RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pologne — L’armée des États-Unis contre l’Allemagne

La Pologne, qui dans les années 1980 était l’un des coins les plus puissants utilisés par l’OTAN pour affaiblir la puissance soviétique, s’avère une fois de plus extrêmement utile. Dans la guerre par procuration de l’OTAN contre la Russie, non seulement la Pologne a fait tout son possible pour aggraver le conflit, exigeant une aide militaire plus importante - et plus avancée - à l’Ukraine, mais elle occupe également une place prépondérante dans la croisade idéologique de l’OTAN.

La Pologne a été le premier pays à promettre des chars Leopard 2 à l’Ukraine et a depuis promis des chasseurs MiG-29. L’ambassadeur de Pologne en France a suggéré une entrée directe de la Pologne dans la guerre si l’Ukraine semble perdre (Ukrainska Pravda, 19 mars 2023), un point repris par l’ancien chef de l’OTAN Rasmussen qui envisageait que la Pologne entre à la tête des États baltes (Guardian, 7 juin 2023).

Sur le front idéologique, peu après le début de la guerre, le Premier ministre polonais a appelé à la « dé-russification de l’économie polonaise et européenne » (Newsweek, 21 mars 2022). La diffamation a atteint de nouveaux sommets lorsque le président polonais Duda a tenté d’interdire le parti d’opposition polonais dirigé par Donald Tusk, l’accusant d’être pro-russe (FT, 2 juin 2023). L’ancien président russe Medvedev a qualifié la Pologne de "critique le plus vicieux, vulgaire et strident de la Russie" (Newsweek, 22 mars 2022).

La Pologne est également utile à l’OTAN pour d’autres raisons. Elle joue un rôle clé dans l’alignement complet de l’Allemagne sur les objectifs de guerre étasuniens et, à plus long terme, dans la diminution de la puissance allemande.

La rhétorique polonaise est férocement critique à l’égard de l’Allemagne depuis le début du conflit. Elle a « fustigé » l’Allemagne pour son hésitation initiale à livrer des chars à l’Ukraine (Irish Times, 22 janvier 2023), tandis que récemment des diplomates polonais ont attaqué l’Allemagne et la France pour leur « réponse pourrie » à la guerre (Daily Express, 3 et 4 juin 2023 ).

L’utilisation par les États-Unis de la Pologne pour faire pression sur l’Allemagne afin qu’elle fournisse des chars (Ukrainska Pravda, 18 janvier 2023) avait pour objectif plus large de forcer l’Allemagne à couper les ponts avec la Russie - au point qu’en janvier 2023, la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock a annoncé : " nous menons une guerre contre la Russie ”.

Ce n’est pas un hasard si la Pologne a également demandé 1,3 milliard d’euros à l’Allemagne en réparation du coût de la Seconde Guerre mondiale (CNN, 1er septembre 2022), une demande refusée par l’Allemagne. Comme l’observe le commentateur russe Ilya Tsukanov (The Intel Drop, 4 janvier 2023) : « La Pologne a presque certainement été encouragée par ses alliés étrangers à Washington et à Londres.

De telles provocations sont antérieures à la guerre. Jaroslaw Kaczynski, président du parti au pouvoir Droit et Justice, a accusé l’Allemagne en décembre 2021 de chercher à créer un Quatrième Reich en Europe par sa domination de l’UE, notamment par le biais de la Cour européenne de justice, qui est utilisée comme un instrument pour limiter la souveraineté polonaise sur ses propres lois et promouvoir l’euro-fédéralisme (Deutsche Welle, 24 décembre 2021).

L’ambassadrice des États-Unis en Pologne, Georgette Mosbacher, a qualifié les critiques de l’UE à l’égard de la démocratie polonaise d’"exagérées" (Reuters, 18 juillet 2020), encourageant clairement la tentative de la Pologne de défier le pouvoir allemand et européen.

La Pologne et l’Otan

La Pologne est désormais le nouveau centre des opérations de l’OTAN en Europe et, à ce titre, son statut s’est rapidement accru. "La Pologne est devenue notre partenaire le plus important en Europe continentale", a déclaré un haut responsable de l’armée des EU (Politico, 21 novembre 2022) et est la "principale plaque tournante de l’approvisionnement en armes de l’Ukraine" (CNN, 10 juin 2023).

Alors que l’Allemagne, l’allié traditionnel des États-Unis en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, reste au cœur de l’OTAN, c’est la Pologne qui acquiert une nouvelle présence militaire étasunienne permanente importante avec la base de commandement avancé du V Corps de l’armée des EU en Pologne au Camp Kosciuszko (https://en.topwar.ru/ avril 2023), la première garnison de ce type en Pologne et la huitième en Europe. Stars and Stripes, le journal de l’armée des EU, qualifie la création du « Camp K » de « jalon » (21 mars 2023). Le nombre de soldats étasuniens en Pologne est désormais de 10 000, selon l’Institut polonais des affaires internationales (10 juin 2022), et 4 000 autres dans d’autres pays d’Europe de l’Est. C’est le double du nombre qu’il y avait avant la forte montée des tensions qui a conduit à l’intervention de la Russie en Ukraine.

En outre, la Pologne a demandé que des armes nucléaires étasuniennes soient stationnées sur son territoire, tandis qu’une base de missiles étasunienne est en cours de construction à Redzikowo pour stocker des missiles offensifs visant la Russie (Guardian, 5 octobre 2022). Les bombardiers stratégiques lourds étasuniens sont déjà libres de traverser l’espace aérien polonais en direction de la Russie, dans le cadre de la « police aérienne » de l’OTAN dans les pays baltes, qui implique des avions pouvant transporter à la fois des armes conventionnelles et nucléaires (UK Defence Journal, 11 janvier 2020).

Les objectifs expansionnistes de la Pologne

Les ambitions de la Pologne de devenir une grande puissance à part entière sont utiles aux États-Unis et à la Grande-Bretagne. L’armée polonaise de 150 000 hommes n’est que légèrement inférieure aux 170 000 allemandes. Mais la Pologne prévoit de doubler ses effectifs à 300 000 hommes d’ici 2035 - ce qui en fait la plus grande armée terrestre d’Europe - et augmente ses dépenses de défense de 2,4% à 5% du PIB (Simplicius le Penseur, 25 mars 2023).

La Pologne est un marché en croissance pour les fabricants d’armes étasuniens, payant 4,9 milliards d’euros pour 250 chars Abrams pour remplacer les 240 chars de l’ère soviétique qu’elle a envoyés en Ukraine. Il possède déjà des avions de combat F-16 et achète 32 F-35 plus récents. Elle a, en outre, acheté pour 10 à 12 milliards de dollars d’armes à la Corée du Sud, ainsi que des hélicoptères italiens Leonardo qui seront assemblés en Pologne.

La Pologne a désormais l’ambition de s’étendre territorialement en annexant les parties occidentales de l’Ukraine qu’elle possédait autrefois - connues sous le nom de « Petite Pologne orientale » ou Galice orientale (Institut de Varsovie, 1er mars 2018). Vladmir Kozin, de l’Institut russe d’études stratégiques, estime que la Pologne agira une fois que l’Ukraine sera suffisamment affaiblie par la guerre (Danse avec les ours, 14 juin 2022).

Les préparatifs sont en cours. Le président Duda a annoncé les aspirations polonaises à supprimer la « frontière physique entre la Pologne et l’Ukraine après la guerre. Surtout lorsque l’Ukraine deviendra membre de l’Union européenne » (Eastern Herald, 5 avril 2023). Le « patriote » ukrainien Zelensky a déblayé le terrain du côté ukrainien pour la cession de son pays à son voisin du nord. Lors d’une récente visite en Pologne, il a annoncé : "A l’avenir, il n’y aura plus de frontières entre nos peuples : politiques, économiques et - ce qui est très important - historiques" (Ukrainian News, 5 avril 2023).

Une telle union de la Pologne et de la croupe de l’Ukraine pourrait devenir le deuxième plus grand pays de l’UE et une puissance militaire majeure (Foreign Policy, 26 mars 2023).

En tant que pays le plus grand et le plus riche d’Europe centrale et orientale, la Pologne recherche l’hégémonie régionale par le biais d’alliances telles que l’Initiative des 3 mers (3SI). 3SI a été créé en 2015, conformément à un plan élaboré par l’Atlantic Council des États-Unis, dans le but d’élargir la sphère d’influence de la Pologne. Son modèle est l’"Intermarium" post-WW1, que le leader nationaliste polonais Jozef Pilsudski envisageait comme une fédération englobant la Lituanie, la Biélorussie et l’Ukraine, elle-même basée sur le vaste Commonwealth polono-lituanien du XVIIe siècle.

La Grande-Bretagne, le principal belliciste d’Europe, a conclu un pacte trilatéral séparé avec la Pologne et l’Ukraine - en dehors de l’OTAN et de l’UE dans lequel l’Allemagne et la France ont une voix. Le but du pacte est d’approfondir l’atlantisme est-européen, selon le Council on Geostrategy basé au Royaume-Uni et lié au MoD (1er février 2023) et d’agir comme un contrepoids à l’Allemagne et à la France, contraignant les deux principales puissances de l’UE.

Cette stratégie consistant à opposer l’Est à l’Ouest de l’Europe a été développée pour la première fois par Donald Rumsfeld en 2003 lorsqu’il a condamné la France et l’Allemagne comme étant la « vieille Europe » pour avoir refusé de rejoindre la Coalition étasunienne des volontaires en Irak et a salué la « nouvelle Europe » de la poste. -Les pays socialistes, affaiblis et plus réceptifs au contrôle américain.

Puissance économique allemande

Alors que l’Allemagne a été forcée par les États-Unis de saboter sa propre économie au cours de la guerre d’Ukraine - comme prix pour rester au sein du bloc impérialiste étasunien privilégié dont elle dépend - elle reste le premier pays européen, avec des pays d’Europe de l’Est comme La Pologne lui est économiquement subordonnée et intégrée à son économie. La Pologne produit des machines à laver pour l’allemand Bosch-Siemens, des moteurs pour Daimler et des voitures pour VW. Le commerce bilatéral a augmenté de 14% l’année dernière, selon Michał Baranowski, directeur du bureau du German Marshall Fund à Varsovie. Récemment, Mercedes-Benz a annoncé la construction d’une usine d’un milliard d’euros pour fabriquer des fourgonnettes électriques à Jawor, dans le sud-ouest de la Pologne. Un tiers de toutes les exportations polonaises sont destinées à l’Allemagne.

La réussite souvent vantée de la Pologne dans l’UE néglige le fait qu’elle n’est encore que 22e parmi les 27 États membres de l’UE en termes de PIB par habitant en termes de parité de pouvoir d’achat - bien qu’elle soit passée de 50% à 73% de la moyenne européenne entre 1990 et 2019 (Adam Tooze, Chartbook, 7 juin 2023) et malgré le dépassement de la Grèce en 2015.

Les salaires polonais sont bien inférieurs à la moitié du salaire européen moyen, avec des coûts de main-d’œuvre en Pologne de 10 €/heure, contre 27 €/heure en moyenne dans l’UE (Matt Day, The first News, 13 avril 2019). Même si les salaires augmentent, la Pologne restera un "pays plutôt plus pauvre selon les normes de l’UE", selon Aleksander Laszek, économiste en chef du groupe de réflexion du Forum du développement civil à Varsovie.

Ce sont ces bas salaires qui ont incité des entreprises comme Google, Samsung et d’autres à investir en Pologne en 2022 (Wojciech Przybylski, Centre for European Policy Analysis, 12 janvier 2023).

Le dernier trimestre de 2022 a vu une chute de 2,4 % du PIB polonais, bien pire que les autres pays européens, selon Notes from Poland (23 mai 2023).
Si le ralentissement économique allemand se poursuit, la Pologne sera confrontée à des difficultés encore plus grandes (Jo Harper, DW, 19 février 2020). Il a déjà perdu des centaines de milliers de personnes en âge de travailler à cause de l’émigration vers des pays à salaires plus élevés et compte sur ses 600 milliards d’euros de financement de l’UE, ce qui est loin d’être garanti.
La main-d’œuvre et la fabrication bon marché de Pologne et d’autres pays d’Europe de l’Est ont soutenu la croissance de l’impérialisme allemand depuis la défaite du socialisme et l’unification de l’Allemagne. Cette relation inégale persiste.

L’Allemagne domine toujours l’UE

L’Allemagne rend hommage à la douleur qu’elle a subie aux mains des États-Unis sur les autres pays de l’UE, en particulier les plus pauvres d’Europe de l’Est, en agissant en tant que « gendarme économique » de l’Union (Thomas Fazi, Unherd, 9 mai 2023). Elle continue de piloter le plan très strict de réduction de la dette de la Commission européenne – basé sur le Pacte de stabilité et de croissance de 1997 – qui oblige les pays membres de l’UE à imposer l’austérité si leur ratio déficit/PIB dépasse 3 %. Une telle intimidation économique est maintenant exacerbée par le détournement de fonds vers la guerre en Ukraine et loin de l’aide sociale et des investissements productifs - au détriment énorme du niveau de vie de la classe ouvrière européenne.

L’Allemagne fait également pression pour mettre fin à l’unanimité requise pour décider de la politique étrangère de l’UE, en faveur du vote à la majorité. Cela lui permettrait d’imposer sa volonté en mettant au pas un bloc de pays dépendants de l’UE (Rane Worldview, 24 mai 2023).

Selon le Premier ministre Morawiecki parlant de l’UE, « la réalité politique montre que le poids des voix allemandes et françaises est dominant. Nous avons affaire à une démocratie formelle mais à une oligarchie de facto où le pouvoir est détenu par ceux qui sont les plus forts » (DW, 16 août 2022).

De plus, l’UE resserre son emprise sur les tribunaux nationaux au sein de l’Union (Wolfgang Streek, 9 janvier 2022), afin de parvenir à une intégration plus étroite de l’UE par la loi plutôt que par des traités qui sont beaucoup plus difficiles à obtenir - une approche plus politique favorisée par France.

L’Allemagne veut maintenir son avance à travers les "tentatives agressives de l’UE pour imposer ses valeurs intégrationnistes et socialement progressistes à travers l’Europe centrale et orientale", comme le dit Thomas Fazi (Unherd, 17 avril 2023). Du point de vue de la Pologne, « la menace qui pèse sur la souveraineté [de la Pologne] de l’ouest [c’est-à-dire l’Allemagne et l’UE] est plus grande que celle de l’est », comme l’a affirmé un député européen polonais (délibération, 19 janvier 2023).

Afin de repousser, la Pologne tire parti de son partenariat en développement avec les États-Unis et la Grande-Bretagne. Ses ambitions s’alignent clairement sur l’objectif étasunien de déplacer l’équilibre des pouvoirs de l’Europe vers la "nouvelle Europe" qui est plus sensible au contrôle américain et plus clairement belliqueuse contre la Russie.

Humeur publique

Il y a des signes de désaffection du public en Pologne et en Allemagne avec la guerre en Ukraine et l’UE. Les agriculteurs polonais ont forcé leur gouvernement à interrompre les importations de céréales ukrainiennes - censées transiter par la Pologne - qui ont inondé le marché (Politico, 2 mai 2023). Les sondages d’opinion polonais montrent également des doutes croissants quant à une victoire militaire ukrainienne, et une augmentation de dix points depuis 2022 (de 33% à 45%) chez ceux qui pensent que l’adhésion à l’UE limite trop la souveraineté polonaise (CBOS Public Opinion Research Center, fév. avril 2023).

En Allemagne, le scepticisme à l’égard de la guerre s’est exprimé de plusieurs manières, notamment par les 800 000 signataires de la pétition lancée par les députés de Die Linke Sahra Wagenknecht et Selim Dagdelen et par les huées de Scholz lors d’une réunion publique du SPD. Le soutien à l’AfD d’extrême droite progresse et s’élève désormais à 19% dans les sondages. Alors que l’AfD est réactionnaire dans le moule Farage, il est eurosceptique et également sceptique quant à l’armement de l’Ukraine. De nombreux électeurs de l’AfD, en particulier dans l’est de l’Allemagne, conservent « une empathie culturelle résiduelle avec la Russie » (DW, 2023).

Le changement d’humeur s’étend bien au-delà de l’AfD - 55% des Allemands sont désormais favorables à des négociations pour mettre fin à la guerre, tandis que 56% se disent eurosceptiques (Indian Punchline, 13 juin 2023). Alors que les salaires réels en Allemagne ont chuté au cours des deux dernières années (iamexpat.de, 17 février 2023), le soutien à la guerre en Ukraine et à l’austérité de l’UE diminue.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/pfbid0fBQnK2P...
URL de cet article 38745
  

L’Eglise et l’école, de Marceau Pivert
La laïcité séduit au XIXe siècle une bourgeoisie soucieuse de progrès et d’efficacité. Les socialistes en font également leur cheval de bataille. La séparation de l’Église et de l’École puis de l’Église et de l’État en 1905 en est le symbole, mais ce fragile compromis est bientôt remis en cause. Face à une contestation grandissante, la bourgeoisie et l’Église s’allient pour maintenir l’ordre social, politique et moral. Depuis les années 1920, leur offensive conjointe reprend une à une les conquêtes laïques. La (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières sur le pied de guerre. Si le peuple américain permet un jour aux banques privées de contrôler le devenir de leur monnaie, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, les banques et les compagnies qui fleuriront autour des banques priveront le peuple de tous ses biens jusqu’au jour où ses enfants se retrouveront sans toit sur la terre que leurs parents ont conquise.

Thomas Jefferson 1802

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.