RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

« Porter… », disent-ils

Dans Le Grand Soir du 16 mai 2010, Jean-Michel Arberet écrivait ceci :

« Les mots aussi ont un camp !

Le dernier numéro de l’Humanité Dimanche fait sa une sur la crise du capitalisme, annonçant un dossier pages 8 à 23, sur lesquelles figure l’en tête "Spécial la crise du capitalisme." L’on ne peut que se féliciter de voir ainsi 16 pages consacrées à l’analyse de cette crise. Toutefois la lecture des différents articles apporte quelques surprises dans le choix de termes employés pour traiter de sujet. Le premier article commençait plutôt bien pourtant sur ce plan-là, puisque son auteur précisait le sens de l’adjectif systémique après avoir cité Nicolas Sarkozy qualifiant cette crise de systémique. Par contre à aucun moment dans ce dossier le terme capitalisme ne sera explicité cet oubli est d’autant plus regrettable que, si l’on s’en réfère au dictionnaire critique du Marxisme de Bensussan et Labica, « le capitalisme est tout à la fois un mode de production déterminé… et une série de formations économiques et sociales.. » Mais il n’est nullement besoin de cette précision puisque le terme de capitalisme n’est jamais employé dans cette série d’articles. Cette absence est équilibrée par l’absence du prolétariat de ce dossier. Par contre fleurissent les « peuples », les « catégories les plus modestes », « ceux qui en ont le plus besoin ». La notion de classe semble aussi absente malgré quelques apparitions des « classes moyennes » parfois « des classes populaires », la notion de classe allant jusqu’à disparaître au profit d’une « caste qui n’hésite pas à appauvrir la majorité des citoyens ». Seul visiblement Bernard Conte faisant référence aux Trente Glorieuses évoque le développement de « la classe moyenne surtout ouvrière ». Si l’on veut, comme Fernand Pelloutier donner au peuple la science de son malheur, il est plus que temps de cesser de parler, d’écrire et de penser avec les mots et donc les concepts de la classe dominante. De nombreux penseurs ont contribué à forger d’autres concepts : il y a urgence à s’en saisir. Dans la lutte des classes, les mots aussi ont un camp ! »

Je suis pleinement d’accord avec cette analyse.

Parler avec les mots de l’autre, c’est lui être soumis. Raison pour laquelle des groupes humains, pour des raisons politiques ou non, se sont créées leur propre langage pour se distinguer de la “ distinction ” (Bourdieu) : taulards, truands, marchandes des Halles, mineurs de fonds, cyclistes professionnels.

Je voudrais apporter ma contribution au débat en lançant une petite piste. Comme disait Hugo, la forme, c’est le fond qui remonte à la surface. Je dirai dans cette optique que les pratiques militantes ont commencé à avoir du mou lorsque – il y a dix, quinze ans, environ – les responsables politiques de gauche ont mis le verbe “ porter ” à toutes les sauces. D’abord les socialistes, puis les communistes, la CGT, même le NPA. La droite a suivi. Ainsi, on « porte une revendication », on « porte un programme », ce qui ne veut rien dire, mais ce qui fait très « partenaire social ». Comme si on portait des fleurs ou des escarpins. On a donc cessé de « défendre » une revendication (ou de la « soutenir »), on a cessé de vouloir « imposer » un programme.

Quand on fait passer des mots à la trappe, ce sont les idées que ces mots incarnent (et non pas « portent ») qui disparaissent.

URL de cet article 31224
  

Même Auteur
Bernard Klein. Les expressions qui ont fait l’histoire. Paris, E.J.L. 2008
Bernard GENSANE
Ce qu’il y a d’intéressant avec les phrases historiques, c’est que, souvent, elles n’ont pas été prononcées par les personnes à qui on en a attribué la paternité. Prenez la soutière (je sais, le mot "soutier" n’a pas de féminin, mais ça ira quand même) du capitalisme américain qui siège au gouvernement français, Christine Lagarde. Elle a effectivement, lors de la flambée du prix des carburants, conseillé au bon peuple d’utiliser le vélo plutôt que la voiture. Mais la reine Marie-Antoinette, qui a tant fait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.