Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

notes pour la télévision dont nous avons besoin

Pour "Un figuier au pied du terril"

Pourquoi cette marche entre deux pièces fait-elle si mal à la jambe ? Pourquoi le gravier freine-t-il la roue de celui qui emmène la grand-mère à la maison de retraite ? Et ces feuilles du potager dont le petit-fils s’amuse à faire un bouquet pour que la femme qui laissa contre son gré les montagnes d’Algérie, lui dise “pourquoi fais-tu ça” ? Toutes les questions et tous les silences sont sous “Le figuier au pied du terril” de Nadia Bouferkas, Mehmet Arikan et Naim Haddad. Comme des pas dans la nuit, la grand-mère polonaise ou algérienne font et refont dans leur cuisine, le voyage infini des carrelages imprécis, glacés, de ceux qui découvriraient un jour, pas si loin de chez eux, des maisons ou la température était la même dans chaque pièce. Les jambes supportent encore, mais à peine, cette histoire populaire de France. « Avant les hommes étaient fous, je crois que c’est la poussière des mines qui les a rendus fous » dit Nanass. Anciennes baraques pour prisonniers allemands converties en maisons pour mineurs ramenés en esclaves des quatre coins d’Europe, avec les vingt cafés sur la route entre la fosse et jusque « chez soi ». Dans la valise le carnet d’adhérent de la CGT, le certificat de silicose arraché au médecin du travail parce qu’on a réussi à faire déterrer un corps.

JPEG - 31.9 ko
Nadia Bouferkas et Mehmet Arikian au travail.

Parfois, la caméra se déhanche pour faire dialoguer les temps dans le cadre. On regarde de nouveau les maisons, si pareilles vues de loin, que le professeur Dewitte appelait « votre ghetto ». Que d’humiliation, de mépris dans son rictus et pourtant ses anciennes élèves, les fillettes arabes du « ghetto », continuent à saluer le vieillard qui ne vivait qu’à 200 mètres de chez elles. Par culture du respect. Loin du plateau de télévision où meurt la politique, Nadia et Mehmet font vivre l’intelligence vivante d’une jeune femme arabe qui débat avec ses amis : prendre sa place dans la société c’est forcer le respect à partir de l’affirmation de soi. Forger l’histoire de la France dans le fer encore rouge du travail des générations qui nous ont précédés.

« Quand verrais-je le film ? », insiste la plus grande femme de l’histoire de l’Humanité après Cléopâtre, « quand le verrais-je ? Car dans ma famille on ne vit pas vieux ». « Heureusement que je ne suis pas allée à l’école sinon je prendrai un papier grand comme cette table pour écrire tout ce qui ne s’est pas bien passé ». Rires, pleurs, applaudissements de soutien, émotion de prendre la parole face à la salle remplie. Le film a commencé ainsi, en amont, par les discussions. Il sort à présent des grandes salles et voyage de maison en maison, salon après salon, famille après famille. Le figuier se fait palabre, accomplissant ainsi la fonction vitale du documentaire : organiser la vie. Avec au moins cinq leçons de méthode pour la télévision du futur délivrée des egos de plateau. Le respect. L’écoute. L’humilité. Le territoire. Le temps.

Thierry Deronne


Trailer :


UN FIGUIER AU PIED DU TERRIL - Bande annonce 1 from TRIBU documentaires on Vimeo.

« UN FIGUIER AU PIED DU TERRIL » - 72 min, un film de Mehmet Arikan - Nadia Bouferkas - Naim Haddad, Tourné à Libercourt dans le Pas-de-Calais.
Le prochain « Ciné Salon » aura le vendredi 1er décembre à Hénin-Beaumont. Autres projections : à Sallaumines le lundi 20 novembre à 18 h, à la Maison de l’Art et de la Communication - Rue Arthur Lamendin, et à Sailly Labourse, le mardi 21 novembre 18h30, à la Médiathèque Municipale - 2 rue de Noeux. Entrée libre. Contact : tribu.documentaires@free.fr // https://www.facebook.com/tribu.documentaires/


URL de cet article 32554
   
Cuba est une île
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur " Cuba est une île. Comment l’aborder ? S’agit-il de procéder à des sondages dans ses eaux alentours de La Havane, là où gisent toujours les épaves des galions naufragés ? Ou encore, aux côtés de l’apôtre José Marti, tirerons-nous une barque sur la petite plage d’Oriente, et de là le suivrons -nous dans la guerre d’indépendance ? Alors, est-ce qu’il l’a gagnée ? C’est compliqué ! L’écriture hésite, se veut pédagogique pour exposer les conséquences de la nomenclature sucrière. L’épopée (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui n’ont pas le courage de lutter devraient au moins avoir la décence de se taire.

José Marti


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.