RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Près de 500 000 morts en Irak entre 2003 et 2011 (nouvelle estimation)

Près de 500 000 personnes sont mortes en Irak à cause de la guerre et de l’occupation entre 2003 et 2011, selon une étude des plus sérieuses effectuée par une équipe de chercheurs américains, canadiens et irakiens, publiée dans le PLOS Medicine sous le titre « Mortalité en Irak associée à la guerre 2003-2011 et à l’occupation » [1] : 60% furent tués, les autres 40% sont le résultat de causes indirectes liées à l’effondrement des infrastructures.

Le nombre de civils morts a fait l’objet d’âpres débats au début de l’occupation américaine ; l’armée US avait tout d’abord refusé de tenir un décompte des morts irakiens, ne voulant pas renouveler la même controverse que celle qui avait surgi au Vietnam en la matière.

Les partisans de l’invasion US considèrent qu’un chiffre inférieur, même de l’ordre de 100.000 victimes, et plus, justifie la guerre tandis que ceux qui y étaient opposés pensent qu’un chiffre supérieur témoigne des souffrances excessives endurées par le peuple irakien.

L’étude conduite en 2011, basée sur un échantillon de 2000 foyers choisis au hasard, posait deux questions, sur les décès et naissances dans la famille depuis 2001et notamment la mort d’enfants. Le but était de comparer le taux de décès après 2003 avec celui courant sur 26 mois avant l’invasion et par là d’évaluer l’excédent de décès après la guerre.

Une telle étude n’est cependant pas évidente dans un pays comme l’Irak où les institutions gouvernementales ont été tellement mises à mal que les chiffres prêtent à doute : évaluer le nombre de morts exige de connaître le chiffre exact de la population irakienne, estimée à 33 millions.

L’étude assume que les chercheurs ont « dû s’en tenir au vieux recensement en Irak datant de 1887 [2]… les chercheurs sont à 95% sûrs que le vrai nombre de l’excédent de morts s’élève entre 48 0000 et 751. 000. »

L’émigration en masse des Irakiens a connu un pic dans les années 2006 à 2008 quand ils ont fui leur pays - environ un million - vers la Syrie, la Jordanie et l’Égypte. L’étude considère qu’il faut ajouter quelque 56 000 morts en plus en raison de cette migration.

Au cours des treize années qu’ont duré les sanctions avant la guerre, les services de santé publics avaient périclité en raison de la baisse du niveau de vie et de la pénurie de moyens médicaux. Après 2003, de nombreux médecins, cibles d’enlèvement, ont quitté le pays et de nombreux Irakiens se sont rendus en Syrie et Jordanie pour des soins médicaux.

De grandes différences se sont manifestées en matière de sécurité dans le pays au cours des dix années qu’a duré l’occupation US, jusqu’en 2011. La Région autonome du Kurdistan est demeurée stable et sûre et la violence y a été moindre que dans le sud chiite.

La violence confessionnelle entre sunnites et chiites a été à son maximum dans la région de Bagdad, autour de la capitale et dans le gouvernorat de Diyala. Elle a aussi été très intense entre les forces US et les insurgés dans ces régions, mais aussi à Anbar, la grande province sunnite à l’ouest de l’Irak. A la bataille de Fallujah, en novembre 2004, quelque 2000 insurgés et civils ont été tués par les Marines US.

Les statistiques les plus crédibles proviennent d’une organisation, Iraq Body Count (IBC) qui évalue les morts en fonction des événements parfaitement vérifiables. Sur 31 500 incidents au cours des dix années jusqu’en 2013, le IBC indique qu’entre 114 973 et 126 121 civils sont morts s’ajoutant aux 39 000 combattants et aux 11 500 civils tués révélés par WikiLeaks. On arrive donc à un total de 174 000 victimes depuis 2003.

Les massacres ont atteint un pic au cours de la guerre confessionnelle de mars 2006 à mars ou 2008 où 52 000 personnes tuées.

Depuis, le nombre des morts augmente sans cesse : 5000 morts l’an dernier et 258 rien que ce mois-ci.

Patrick Cockburn
Traduction et synthèse : Xavière Jardez

Autres estimations (AFI-Flash n°141) :

  • En 2006, The Lancet, autre revue scientifique britannique, avait chiffré le nombre depuis l’invasion du pays à 655 000 morts, soit 500 morts par jour.
  • En janvier 2008, l’institut britannique de sondage Opinion Research Business (ORB) estimait le nombre de civils irakiens tués à 1 million.

[1L’étude de Plos Medicine


URL de cet article 23193
   

Agent Orange - Apocalypse Viêt Nam
André BOUNY
Si un jour existe une unité capable de mesurer la douleur et la souffrance, elle devra s’appeler Viêt Nam. « De tous les crimes de guerre, celui de l’Agent Orange au Viêt Nam est particulièrement hideux. » Noam Chomsky, membre du Comité International de Soutien aux victimes de l’Agent Orange Dow Chemical, Monsanto, Diamond, Uniroyal, Hercules… Découvrez les crimes impunis des marchands de la mort. L’effroyable réalité d’un écocide chimique Si l’histoire de l’utilisation des poisons, (venins et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui qualifient les chômeurs et les handicapés de parasites ne comprennent rien à l’économie et au capitalisme. Un parasite passe inaperçu et exploite son hôte à son insu. Ce qui est la définition de la classe dirigeante dans une société capitaliste.

Jason Read

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.