Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Quelle gueule faut-il avoir pour paraître honnête en Macronie ?

Je rentre, en voiture, de faire des courses dans la zone commerciale de la petite ville où j’habite.

Sur le trajet de mon domicile, je vois, sur le bas côté de la route, un trio : un couple de jeunes et une seconde femme. Le couple porte à bout de bras et avec difficulté, un chariot à roulette (sorte de caddy) qui sert à faire les courses. Celui-ci semble encombrant, très lourd pour eux. Je ne comprends pas tout de suite.

Au premier rond-point, je fais demi-tour et viens me garer à leur hauteur de façon à les accoster. J’ai mes explications : le chariot de la dame est cassé (la tige qui supporte les deux roues est cassée) et le jeune couple s’est proposé pour l’aider à porter son fardeau jusqu’au prochain arrêt de bus. Je demande où se rend la propriétaire du caddy. Dans un quartier du centre ville où j’avais projeté d’aller après être passé chez moi chercher un paquet. Je propose à la dame de la mener à destination. Elle accepte. Les jeunes chargent son lourd fardeau dans le coffre de ma voiture et nous quittent. Je démarre et nous partons. En route, je lui explique que je la mène bien à destination, puisque c’est aussi dans ce quartier que j’avais prévu de me rendre, mais après être passé chez moi pour récupérer un paquet. Elle ne comprend pas trop cette volonté de faire un crochet. Je lui répète mon explication, et lui dis que chez moi, j’en profiterai aussi pour essayer de réparer son chariot. Sa méfiance ne tombe pas. Je lui dis alors que je suis marié, père de famille et aussi grand-père et que, chez moi, je lui présenterai ma femme. Je lui propose encore de lui montrer/de lui donner ma carte d’identité… pour lui prouver ma bonne foi, mon honnêteté. Rien n’y fait.

Nous approchons de ma maison, je quitte la route principale pour une autre, beaucoup plus petite.

Sa méfiance repart au galop. Je lui répète que je suis un type honnête, connu dans mon quartier…, que mon arrêt ne va durer que quelques minutes, qu’elle va voir ma femme. Rien n’y fait. Dans un virage, elle essaye d’ouvrir la portière. J’arrête aussitôt la voiture et sort avec elle. Panique maximum ! Je lui demande si elle a un téléphone pour appeler ma femme. Elle ne répond pas. Je comprends que la situation est alors irrécupérable. Elle ne remontera pas dans la voiture. J’ouvre le coffre pour sortir son chariot. Je regarde l’essieu cassé : irréparable de façon rapide. Elle veut partir et prend son chariot à bout de bras. Je lui conseille la route à prendre pour regagner le centre ville et sa destination, en lui disant que très bientôt j’allais emprunter cet itinéraire et que je lui proposerai alors de la conduire chez elle, après avoir fait le crochet chez moi, puisque telle était aussi ma destination.

Elle ne répond pas et se précipite sur son paquet.

Je fonce chez moi (j’étais tout près), récupère les affaires qui me manquaient et reprend la route du centre ville. Cette femme encombrée avec un lourd caddie dans les bras disparu a.

Je refais l’itinéraire une seconde fois, en essaye un autre, passe devant des arrêts de bus. Peine perdue !

Encombrée comme elle était, comment sera-t-elle rentrée chez elle ? Je me culpabilise : habitant à l’extérieur de la ville, avec mon « crochet », j’ai, involontairement, allongé son trajet !

Qui lui réparera son caddy ?

L’image, forcément négative, qu’elle a pu se faire de moi disparaîtra-t-elle de son esprit ?

Je crains que non.

Pourquoi est-ce si difficile, aujourd’hui en Macronie, d’être honnête, de vouloir rendre service à son prochain ?

J’enrage…

Jean Marga,

qui s’est déjà trouvé plusieurs fois dans des situations semblables, dans lesquelles il n’a pas pu rendre service.

URL de cet article 35423
   

Circus politicus
Christophe Deloire, Christophe Dubois
A quelques mois de l’élection présidentielle de 2012, les Français sont saisis d’angoisse à l’idée que la fête électorale débouchera sur une gueule de bois. La crise aidant, la politique se révèle un théâtre d’ombres où les signes du pouvoir servent surtout à masquer l’impuissance. Qui gouverne ? Qui décide ? Circus politicus révèle les dessous d’un véritable « putsch démocratique », une tentative de neutralisation du suffrage universel par une superclasse qui oriente la décision publique. Il montre comment le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le déficit de l’Etat était l’objet même de spéculations. A la fin de chaque année, nouveau déficit. Au bout de quatre ou cinq ans, nouvel emprunt. Or chaque emprunt fournissait à l’aristocratie une nouvelle occasion de rançonner l’Etat, qui, maintenu artificiellement au bord de la banqueroute, était obligé de traiter avec les banquiers dans des conditions toujours plus défavorables.

Karl Marx
La lutte des classes en France. 1850

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.