RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Délit de faciès et jours tranquilles...

Ce début de semaine, ayant une course à faire, je prends ma voiture et "monte en ville".

J’ emprunte quelques rues en direction du magasin où je dois me rendre. De mon véhicule, je vois une voiture de police garée en travers d’un trottoir, tous gyrophares allumés, et à proximité deux policiers en tenue, visiblement en train de procéder au contrôle d’identité d’un routard.

Je fais ma course et, m’étant garé à proximité, quelque temps après, j’ai l’occasion de repasser dans le coin, à pied donc. Les policiers sont partis ; le routard est encore là. Je l’interpelle : "Bonjour, je peux vous demander ce que vous voulaient ces deux policiers tout à l’heure ?" L’homme, la trentaine, sac à dos et cheveux longs, qui manifestement ne fait que traverser la ville, me répond : "Oh ! un simple contrôle d’identité". Et il ajoute : " Je suis tranquille, j’ai mes papiers". Je m’insurge alors :" Mais pourquoi vous ? Pourquoi pas moi, pourquoi pas ce monsieur, bien de sa personne, avec son cartable et ses souliers vernis qui vient vers nous ?...". "C’est quoi ce délit de faciès ?"

Le jeune routard ne semble en avoir cure.

Je lui glisse : "la prochaine fois que cela vous arrivera, demandez leur en vertu de quoi ils procèdent à ce contrôle".

Délit de faciès : je croyais que c’était terminé...

Dimanche 28 février : grand rassemblement des opposants au gaz de schiste à Barjac (30). J’y étais avec quelque 12 à 15 000 autres personnes.

A la fin de cette belle journée ensoleillée que la météo avait pourtant annoncée catastrophique (histoire de dissuader les opposants ?...), je récupère mon véhicule pour rentrer en Ardèche.

Sans trop de difficulté. J’avais trouvé de la place pour me garer en arrivant le matin.
Il n’en a pas été de même pour beaucoup d’autres manifestants : parkings saturés et voitures garées sur prés de 2 kilomètres sur les deux bas côtés de la route départementale reliant Barjac (30) à La Bastide-de-Virac (07). Et pourtant, les forces de police présentes ce jour là...

Vous savez où étaient les forces de police ?

Non pas employées à aider au désengagement des parkings, non pas à aider à accéder à la route départementale et à fluidifier les départs... Non. Elles étaient postées peu avant l’entrée dans le village de La Bastide-de-Virac, occupées à flasher les automobilistes en excès de vitesse avec un appareil mobile à l’épaule...

Jour ordinaire de dévoiement des forces de l’ordre chargées pourtant d’assurer le service public. Ici, en l’occurrence, la liberté – et la facilité – de circulation...

Je termine ce mot après la journée de mobilisation du 10 mars contre la loi "travail".
A Privas aussi, une belle manifestation dans les rues du centre ville. Entre 800 et 1 000 personnes. Il y a longtemps que cela n’était pas arrivé de voir autant de monde.
Et au coude à coude, avec les camarades de la CGT, de FO, de la FSU, des salariés du privé, des agents de la Fonction publique d’État et de la territoriale, des retraités, des privés d’emploi ; des communistes, des militants de LO et d’autres du POI. Des jeunes aussi, lycéens, pas en assez grand nombre, à mon goût...

Fin de manif sur le coup des 13H30 : un sandwich dans un bistrot.

Et dehors, un rassemblement casse-croûte des salariés de Nuria (une entreprise intervenant en sous-traitance dans le nucléaire) en conflit avec leur direction. Ils doivent la rencontrer le lendemain. Leur sono, à fond, diffuse ” Help ”, la chansons des Beatles. Help, Georges Martin vient de mourir.

La lutte continue.

URL de cet article 30063
  

Comment la mondialisation a tué l’écologie
Aurélien BERNIER
Le débat scientifique sur la réalité du changement climatique a ses imposteurs. Mais, en matière d’environnement, les plus grandes impostures se situent dans le champ politique. Lorsque l’écologie émerge dans le débat public au début des années 1970, les grandes puissances économiques comprennent qu’un danger se profile. Alors que la mondialisation du capitalisme se met en place grâce à la stratégie du libre échange, l’écologie politique pourrait remettre en cause le productivisme, l’intensification du (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les rares personnes qui comprendront le système seront soit si intéressées par ses profits, soit si dépendantes de ses largesses qu’il n’y aura pas d’opposition à craindre de cette classe-là  ! La grande masse des gens, mentalement incapables de comprendre l’immense avantage retiré du système par le capital, porteront leur fardeau sans se plaindre et peut-être sans même remarquer que le système ne sert aucunement leurs intérêts.

Rothschild Brothers of London, citant John Sherman, communiqué aux associés, New York, le 25 juin 1863.

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.