RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Rapporteur de l’ONU sur la torture : "Julian Assange est un prisonnier politique." (Exberliner)

[Septembre 2020 :] Vous vous souvenez du meurtre de sang froid de civils irakiens dans Collateral Murder ? Vous vous souvenez de la torture à Guantanamo Bay ? Vous vous souvenez de la corruption politique révélée par les câbles diplomatiques ? Ce sont quelques-unes des histoires qui ont fait la une en 2010, lorsque les principaux journaux internationaux, du New York Times au Guardian en passant par Der Spiegel, se sont associés à WikiLeaks pour exposer les crimes de guerre américains et une longue liste de vérités honteuses que nos gouvernements avaient gardées secrètes.

Dix ans plus tard, l’homme qui a rendu tout cela possible se bat pour sa liberté dans une indifférence choquante, maintenu en isolement dans une prison de haute sécurité et soumis à un procès que des experts indépendants qualifient de simulacre pour ces publications très populaires de l’ère WikiLeaks 2010. EXB a eu accès aux audiences du tribunal qui décidera de son sort : si le tribunal décide de donner son feu vert à son extradition vers les États-Unis, où il risque 175 ans d’emprisonnement pour son rôle présumé dans la divulgation au public de documents classifiés qui ont révélé des actes de torture, des crimes de guerre et des fautes commises par les États-Unis et leurs alliés.

EXB s’engage à faire un rapport sur les audiences du tribunal qui non seulement scelleront l’avenir d’un homme, mais détermineront aussi l’avenir du journalisme d’investigation . Nous organiserons également une série d’entretiens avec des experts indépendants et des journalistes qui ont travaillé sur les fuites ainsi qu’avec des partisans éminents.

Tout d’abord, N. Vancauwenberghe et J. Brown se sont entretenus avec Nils Melzer, rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, qui a enquêté sur l’affaire. Restez à l’écoute !

Pouvez-vous nous expliquer ce qui se passe à Londres lundi ?

Oui, Julian Assange devra faire face à la deuxième partie d’une audience au tribunal qui doit décider de son extradition vers les États-Unis. Nous espérons que nous aurons alors une décision de première instance vers le mois d’octobre [jugement ser rendu le 4 janvier 2021 - NdR]. Quelle que soit la décision, je pense qu’un appel sera interjeté auprès de la Haute Cour. Probablement par Julian Assange, car je ne m’attends pas à ce que la première instance refuse l’extradition. Mais même si un miracle se produit et que le juge refuse de l’extrader, les États-Unis feront certainement appel de cette décision

Vous pensez donc que le juge donnera son feu vert à l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis ?

Oui. Maintenant, si le système judiciaire britannique était indépendant et qu’il appliquait la loi, il n’y aurait aucun moyen de donner le feu vert à cette extradition. Il est évident pour tout avocat consciencieux que cette extradition ne peut pas se faire légalement. Il y a la raison formelle que 17 des 18 chefs d’accusation dont Julian Assange a été accusé sont des accusations d’espionnage. L’espionnage est la quintessence d’un délit politique, et vous ne pouvez pas extrader pour des délits politiques. Le traité d’extradition entre les États-Unis et le Royaume-Uni l’interdit explicitement.

Ensuite, il y a la dix-huitième accusation, celle du piratage informatique. Julian Assange n’est même pas accusé d’avoir piraté quoi que ce soit, il est accusé d’avoir tenté d’aider Chelsea Manning, sa source dans l’armée américaine à l’époque, à décoder un mot de passe du système. Ce mot de passe ne lui aurait pas donné accès à de nouvelles informations, mais il lui aurait permis de brouiller les pistes à l’intérieur d’un système auquel elle avait déjà une autorisation d’accès complète. Même si l’implication d’Assange était prouvée, il ne s’agirait pas d’un crime grave, mais simplement d’une tentative infructueuse d’aider quelqu’un à commettre une infraction. Il pourrait peut-être se voir infliger une amende ou une peine de six semaines d’emprisonnement pour cela. Mais tout le monde sait que Julian Assange n’a pas été soumis à une décennie de détention, de persécution et d’audiences d’extradition pour être simplement jeté en prison pendant six semaines seulement.

Alors comment expliquez-vous qu’un pays démocratique comme le Royaume-Uni puisse procéder à une extradition si celle-ci est illégale ?

Je crois comprendre que, dans le cas de Julian Assange, le Royaume-Uni tente de contourner le traité d’extradition applicable entre le Royaume-Uni et les États-Unis, qui interdit l’extradition pour des délits politiques, en se fondant exclusivement sur la loi britannique sur l’extradition, une loi nationale d’importance subsidiaire dans ce cas, qui ne contient pas une telle interdiction. En substance, les Britanniques choisissent ce qui leur permettra de l’extrader. Par ailleurs, les droits procéduraux d’Assange ont été si gravement et systématiquement violés que cette procédure d’extradition est devenue irrémédiablement arbitraire. Il n’a pas eu un accès adéquat à ses avocats, il n’a pas eu droit à une seule réunion depuis la fermeture de la prison en mars, il a eu un accès extrêmement restreint aux documents de son dossier, il n’a reçu un ordinateur qu’après un an de prison, il n’a pas accès à Internet et, en plus, ils ont collé les touches du clavier pour qu’il ne puisse pas écrire. Il est important de noter que toutes ces restrictions sont clairement illégales, car Assange est emprisonné uniquement dans le but d’empêcher son évasion pendant la procédure d’extradition. Il ne purge aucune peine pénale mais, comme tout autre citoyen, il a le droit de communiquer librement avec ses avocats, ses amis et sa famille et d’exercer sa profession comme il l’entend.

Quels sont les intérêts du Royaume-Uni à cet égard ? Qu’est-ce que le gouvernement britannique a contre Julian Assange pour justifier un traitement aussi dur ?

Commençons par la situation dans son ensemble. Il ne s’agit pas de Julian Assange ni d’un quelconque crime qu’il est censé avoir commis. Il s’agit de WikiLeaks, la méthodologie introduite par WikiLeaks, qui permet aux dénonciateurs de divulguer facilement des informations secrètes sur la conduite des Etats tout en restant complètement anonyme, même pour Wikileaks. Et la prolifération de cette méthodologie est ce qui effraie les États - pas seulement les États-Unis, mais aussi le Royaume-Uni - et je dirais à peu près n’importe quel autre État dans le monde, parce que les gouvernements du monde entier s’appuient fortement sur le secret pour éviter l’examen public. C’est pourquoi Julian Assange ne reçoit pas beaucoup de soutien de la part d’un État. L’Équateur était la seule exception, jusqu’à ce que son nouveau président, Lénine Moreno, cède à la pression économique très brutale des États-Unis.

C’est ce que certains appelleraient la théorie du complot - des gouvernements qui s’appuient sur le secret pour commettre leurs mauvaises actions et qui persécutent quiconque ose les dénoncer.

Je travaille pour des gouvernements et des organisations internationales depuis plus de 20 ans. Je sais donc comment les décisions politiques sont prises et je sais que les gouvernements essaient de plus en plus de cacher des informations compromettantes au public. Ce n’est pas une sorte de théorie de la conspiration.

Nous connaissons tous Snowden et la NSA. Nous sommes au courant des révélations de WikiLeaks. Nous sommes également au courant du récent scandale "Cryptoleaks" et d’innombrables autres cas de corruption et d’abus, qui ne sont que la partie visible de l’iceberg. Si les États qui persécutent Assange avaient vraiment agi de bonne foi, ils auraient au moins poursuivi les fautes qui ont été révélées, les crimes de guerre, la torture, certains des crimes les plus graves qu’on puisse imaginer.

Mais ce que nous constatons, c’est qu’en dépit de preuves irréfutables, aucun de ces crimes n’a jamais fait l’objet de poursuites ou même d’enquêtes. Cela prouve clairement qu’en persécutant Assange, ces gouvernements ne poursuivent pas la justice, mais essaient de protéger leur propre impunité pour les crimes de guerre, les agressions et la torture. Les seuls soldats et fonctionnaires qui ont été poursuivis sont les dénonciateurs, ou ceux qui ont commis des crimes qui n’étaient pas conformes à ce que le gouvernement voulait. Mais tous ceux qui ont obéi à leur gouvernement en commettant des crimes jouissent d’une totale impunité. Cela ne concerne pas seulement les Américains, mais c’est un phénomène que l’on observe partout dans le monde. Et WikiLeaks menace cette impunité en informant et en responsabilisant le public sur les fautes commises par le gouvernement.

Lorsqu’elles ont été publiées il y a dix ans, les fuites étaient énormes. Les grands médias tels que le Guardian, Le Monde, Der Spiegel ou le New York Times ont collaboré avec Julian Assange pour dénoncer les crimes de guerre et les cas de mauvaise conduite commis par les États-Unis et leurs alliés européens. Dix ans plus tard, peu de gens semblent se souvenir des fuites elles-mêmes et la plupart des grands médias ne montrent pas beaucoup de sympathie pour Assange. Que s’est-il passé ?

Au départ, les médias grand public ont beaucoup profité du travail d’Assange. Ils ont réalisé que WikiLeaks avait des révélations explosives à faire, et ils ont donc sauté dans le train et participé activement à leur publication. Mais ensuite, ils ont dû se rendre compte qu’ils avaient vraiment mis les États-Unis en colère. Je ne sais pas ce qui s’est passé dans les coulisses, s’il y a eu des menaces ou des accords, mais ce que nous pouvons voir, c’est que les grands médias ont commencé peu après à sauter du train à nouveau. La plupart des institutions des médias grand public sont presque totalement contrôlées soit par les gouvernements, soit par de grandes entreprises qui sont profondément liées aux gouvernements, et elles ne sont donc plus capables ou désireuses d’exercer leur fonction de "quatrième pouvoir", de soumettre le pouvoir politique à l’examen du public et d’informer et de responsabiliser le public de manière objective et impartiale. Au lieu de cela, elles se sont inclinées devant le pouvoir, ont trahi leur vocation et ont contribué à diaboliser Julian Assange au service de leurs maîtres politiques et financiers.

Alors, voyez-vous les médias comme complices de la façon dont ils ont rendu compte de Julian Assange ?

Il suffit de regarder les titres des journaux pendant son séjour à l’ambassade d’Équateur : Assange aurait fait du skateboard dans l’ambassade, joué au football, maltraité son chat et étalé des excréments sur le mur. C’était le genre de récit diffusé par les médias, et c’est donc ce dont notre public informé et cosmopolite a ardemment discuté. Mais l’affaire Assange n’a jamais porté sur Julian Assange. Il s’agit de l’éléphant dans la pièce que tout le monde semble ignorer : la mauvaise conduite officielle des états qu’Assange a exposés. En 2010, au moment des révélations, tout le monde était choqué par les crimes de guerre, la torture, la corruption, et le public du monde entier a commencé à en parler. Cela a rendu les États concernés très nerveux. Ce n’est donc pas un hasard si, quelques semaines plus tard, les autorités suédoises ont délibérément publié un gros titre dans la presse à sensation : Julian Assange est soupçonné de double viol. Immédiatement, le public du monde entier s’est désintéressé de la discussion des crimes des puissants, a changé d’orientation et a commencé à débattre du caractère et de la personnalité de Julian Assange : est-il un violeur, un narcissique, un hacker, un espion ?

En tant que lecteur moyen de la presse, vous pensez faire pleinement usage de votre liberté d’expression et d’opinion lorsque vous discutez librement des titres des médias, mais vous ne réalisez pas que ces sujets de discussion ont déjà été présélectionnés pour vous, et qu’ils ne reflètent qu’une fraction "aseptisée" de ce qui se passe réellement. Si les médias ne proposent que des gros titres demandant si Julian Assange est un bon ou un mauvais gars, alors nous ne discutons plus des crimes de guerre.

En fait, lorsque vous mentionnez Julian Assange aux gens, vous obtenez généralement cette réaction viscérale qu’il est ce "méchant" - et cela est principalement dû aux allégations d’agression sexuelle en Suède.

C’est exactement cela. Je ne sais pas si Julian Assange a commis une agression sexuelle ou non, mais ce que je sais, c’est que la Suède ne s’est jamais souciée de le savoir. Ils voulaient utiliser ces allégations pour le discréditer. Et une fois qu’ils ont activement diffusé ces allégations aux quatre coins du monde, ils se sont ensuite assurés qu’il n’y aurait jamais de procès en bonne et due forme car, comme le procureur l’a finalement admis en novembre 2019, ils n’ont jamais eu suffisamment de preuves pour même porter plainte contre Julian Assange.

Pourriez-vous revenir sur les allégations de viols en Suède, parce que c’est quelque chose sur lequel vous avez réellement enquêté. Pour beaucoup, c’est encore un point litigieux majeur - peu se rendent compte que les charges ont été abandonnées.

C’est une façon très pratique et classique de discréditer les dissidents politiques devant le tribunal de l’opinion publique. Tout au long de l’histoire, les allégations de trahison, de blasphème et, plus récemment, d’inconduite sexuelle ont été très efficacement utilisées pour manipuler l’opinion publique à l’encontre de certaines personnes.

La Suède a fait tout son possible pour s’assurer que le public soit informé des allégations contre Assange, même contre la volonté des femmes concernées, et a ensuite systématiquement reporté son enquête pendant près d’une décennie, avant d’être finalement contrainte d’abandonner l’affaire et d’admettre qu’elle n’avait jamais disposé de preuves suffisantes au départ. Malgré l’énorme préjudice causé par l’arbitraire délibéré de la procédure suédoise, aucun fonctionnaire suédois n’a jamais été sanctionné et le gouvernement n’a jamais proposé de verser les indemnités dues à Mme Assange. De toute évidence, le préjudice était intentionnel.

Pouvez-vous dire à nos lecteurs comment vous avez été impliqué dans cette affaire ? Parce que vous aussi avez eu cette réaction viscérale lorsque vous avez entendu le nom d’Assange pour la première fois, n’est-ce pas ?

L’histoire a commencé en décembre 2018, alors que Julian Assange était encore à l’ambassade. Ses avocats ont contacté mon bureau et m’ont demandé d’intervenir en sa faveur, affirmant que ses conditions de vie à l’ambassade équatorienne étaient devenues inhumaines. Lorsque j’ai vu son nom, j’ai immédiatement refusé. Non seulement j’étais trop occupé par d’autres affaires, mais j’avais cette perception presque subconsciente de lui en tant que violeur, narcissique, espion et pirate informatique, ce qui a provoqué ma réaction négative. Ils m’ont recontacté trois mois plus tard, en me disant que les rumeurs se faisaient plus denses, qu’Assange pourrait être expulsé de l’ambassade de manière imminente et ensuite extradé vers les États-Unis. Je me suis alors souvenu que j’avais précédemment refusé de me pencher sur cette affaire, mais j’ai réalisé que je ne savais pas vraiment pourquoi. J’ai donc commencé à me poser des questions : pourquoi ai-je eu cette réaction viscérale ? Je ne connaissais pas Julian Assange, je ne l’avais jamais rencontré, je n’avais jamais vraiment eu affaire à WikiLeaks. Même les révélations de 2010 n’avaient pas été de grandes nouvelles pour moi car, à l’époque, j’étais conseiller juridique à la Croix-Rouge internationale, j’avais été affecté dans différentes zones de conflit et j’avais donc une idée assez réaliste de ce qui se passait en coulisses. Mais j’avais toujours ce préjugé en moi sur le fait que Julian Assange était un violeur, un narcissique, un espion et un hacker.

Qu’est-ce qui vous a fait changer d’avis ?

Tout d’abord, j’ai réalisé que je n’avais pas de base objective pour mes opinions, et j’ai donc décidé d’examiner les preuves. Et quand je l’ai fait, j’ai immédiatement vu que les choses ne collaient pas, qu’il y avait plusieurs récits contradictoires et que c’était tellement politisé qu’il m’était impossible d’arriver à une conclusion objective sans effectuer une visite sur place à Assange. Pour être honnête, je ne m’attendais pas à ce que quelque chose de dramatique en ressorte. Mais il fallait que j’aille le voir moi-même. C’est pourquoi, la première semaine d’avril 2019, j’ai officiellement demandé à l’Équateur de geler la situation et de ne pas expulser Assange de l’ambassade. J’ai également annoncé que j’avais l’intention d’enquêter sur l’affaire et j’ai demandé l’autorisation de rendre visite à Julian Assange à l’intérieur de l’ambassade le 25 avril. J’ai également demandé officiellement aux autorités britanniques, si Julian Assange venait à relever de leur juridiction, de ne pas l’extrader vers les États-Unis car je craignais qu’il ne soit exposé à de graves risques pour ses droits de l’homme là-bas. J’ai publié un communiqué de presse le vendredi soir 5 avril et, le lundi suivant, j’ai envoyé mes lettres officielles à l’Équateur et au Royaume-Uni. Trois jours plus tard, l’asile de Julian Assange a pris fin, sa nationalité équatorienne lui a été retirée et il a été expulsé de l’ambassade - le tout sans aucune forme de procédure régulière.

Pensez-vous avoir pu provoquer par inadvertance son expulsion et son arrestation ?

Avec le recul, je pense que cela pourrait bien être ce qui s’est passé. Il se pourrait bien que les États-Unis, l’Équateur et le Royaume-Uni aient tous voulu expulser Assange de l’ambassade et le placer en détention britannique avant que le rapporteur des Nations unies sur la torture ne commence à déterrer des tas de saletés et à compliquer les choses pour eux. Mais cette réaction instinctive m’a paru très étrange. Je savais par expérience que les États agissant de bonne foi ne se comporteraient normalement pas ainsi. J’étais le rapporteur des Nations unies, pas un journaliste ou un militant. Assange était dans cette ambassade depuis six ans et demi, et il n’y avait aucune raison de se précipiter. J’ai demandé aux États concernés de geler officiellement, publiquement, formellement et diplomatiquement la situation pendant deux semaines afin que je puisse enquêter correctement sur les allégations faites. Et puis trois jours plus tard, ils le privent sommairement de son asile et de sa citoyenneté équatorienne, et le jettent hors de l’ambassade sans même lui donner une chance de se défendre ?

Et non seulement cela, mais le jour même de son arrestation, les autorités britanniques l’ont traîné en justice et l’ont condamné pour une infraction pénale lors d’une audience sommaire tenue le jour même, audience au cours de laquelle Assange a été personnellement insulté par le juge et où les objections de son avocat contre les conflits d’intérêts ont été balayées sous le tapis. Pour moi, c’était vraiment étrange.

Vous avez fini par lui rendre visite à la prison de Belmarsh en mai 2019. Quelles ont été vos conclusions ?

J’ai amené avec moi deux experts médicaux, un médecin légiste et un psychiatre, tous deux spécialisés dans l’examen des victimes potentielles de la torture. Les médecins l’ont examiné séparément, mais nous sommes tous arrivés à la même conclusion, à savoir que Julian Assange présentait des signes typiques d’une exposition prolongée à la torture psychologique. Il présentait notamment des niveaux extrêmement élevés de stress et d’anxiété. Ce n’est pas comparable au stress et à l’anxiété que peut ressentir un accusé, mais plutôt à des niveaux de stress et d’anxiété traumatisants qui commencent à affecter le système nerveux et les capacités cognitives d’une manière physiquement mesurable. Ces symptômes traumatisants sont le résultat typique de l’isolement, de l’exposition constante à un environnement menaçant et arbitraire où les règles sont modifiées en permanence et où l’on ne peut faire confiance à personne.

Il y a deux choses très importantes à dire ; la première est que le but premier de la torture n’est pas nécessairement l’interrogatoire, mais que très souvent la torture est utilisée pour intimider les autres, pour montrer au public ce qui se passe si vous ne respectez pas le gouvernement. C’est le but de ce qui a été fait à Julian Assange. Il ne s’agit pas de le punir ou de le contraindre, mais de le réduire au silence et de le faire en plein jour, en rendant visible au monde entier que ceux qui dénoncent les fautes des puissants ne bénéficient plus de la protection de la loi, mais seront essentiellement anéantis. Il s’agit d’une démonstration de pouvoir absolu et arbitraire. Deuxièmement, la torture psychologique, contrairement à la torture physique, ne laisse pas de traces facilement identifiables de l’extérieur. Mais elle est extrêmement destructrice, car elle vise directement à déstabiliser puis à détruire la personnalité et le moi le plus profond.

Pouvez-vous donner des exemples concrets du type de torture psychologique que Julian Assange a subi ?

Dans ce cas, les symptômes de la torture sont le résultat d’un processus cumulatif. Ce qui domine, c’est la menace constante d’être extradé vers un pays où il sera certainement exposé à un procès spectacle politisé, privé de sa dignité humaine et de son droit à un procès équitable, puis emprisonné dans des conditions cruelles, inhumaines et dégradantes pour le reste de sa vie. Ensuite, vous avez plusieurs États qui coopèrent et abusent délibérément de leur système juridique pour s’assurer que cela se produise réellement, en le confinant pendant des années à l’ambassade équatorienne comme dernier refuge. Cependant, même à l’intérieur de l’ambassade, il a été constamment surveillé, privé de sa vie privée, exposé à des menaces de mort, isolé, humilié et diabolisé.

Mais s’agit-il vraiment de torture ?

C’est de cela qu’il s’agit, de la persécution, qui ressemble beaucoup au harcèlement que nous connaissons à l’école, sur le lieu de travail ou dans l’armée et qui peut conduire les victimes à un effondrement psychologique complet, voire au suicide. Lorsque j’ai rendu visite à Julian en prison, il avait l’air propre et normal, mais je pouvais dire qu’il était anxieux, qu’il me posait constamment des questions et ne me laissait jamais y répondre. C’est un signe typique que le cerveau est en surrégime, que la victime veut comprendre et contrôler la situation mais n’y arrive pas. J’ai reconnu ce schéma chez de nombreux autres détenus politiques du monde entier qui ont été isolés. Ce n’est pas une anomalie ou un trouble mental, mais une réaction normale d’une personne en bonne santé à l’exposition constante aux abus et à l’arbitraire.

Vous dites donc qu’il s’agit du cas d’un prisonnier politique détenu dans une prison européenne et soumis à la torture psychologique ?

Oui, il est clair que Julian Assange est un prisonnier politique, car il n’a jamais été accusé d’un crime réel. Les autorités judiciaires suédoises, qui portent la responsabilité première de la diabolisation et des abus injustifiés de Julian Assange, ont mis près d’une décennie à "découvrir" qu’elles n’avaient jamais eu assez de preuves pour l’inculper d’agression sexuelle. En fait, le procureur général de Stockholm l’a reconnu publiquement déjà quelques jours après les premières allégations en 2010, mais il a rapidement été écarté et repoussé par un procureur supérieur.

La seule chose pour laquelle M. Assange a été inculpé et condamné est l’infraction administrative de violation de la liberté sous caution. Lorsque le Royaume-Uni a voulu extrader Assange vers la Suède, et que la Suède a toujours refusé de garantir qu’elle ne l’extraderait pas vers les États-Unis, il ne s’est pas présenté à la police britannique et a demandé - et obtenu - l’asile diplomatique pour cause de persécution politique à l’ambassade équatorienne. L’asile contre la persécution étant un droit humain fondamental, Assange avait même une justification légale pour ne pas respecter les conditions de sa mise en liberté sous caution. En outre, ces conditions de mise en liberté sous caution ont été émises dans le cadre d’une procédure suédoise qui a dû être close faute de preuves. Et les accusations aux États-Unis étant si manifestement arbitraires et en violation directe de la liberté fondamentale d’opinion et d’expression que leur nature politique ne peut tout simplement pas être ignorée. Donc, oui, à mon avis, Julian Assange est un prisonnier politique.

Julian Assange a-t-il purgé sa peine pour violation de la liberté sous caution ?

Oui, il a été condamné à une peine de prison de 50 semaines pour ce délit, ce qui est totalement disproportionné. Je le dis objectivement, je ne suis pas un fan de WikiLeaks ou d’Assange, juste un professeur de droit. Dans le monde réel, les violations de la liberté sous caution ne sont presque jamais sanctionnées par une peine d’emprisonnement, sauf si le délinquant l’exploite pour commettre un autre crime grave. En raison de sa bonne conduite, Assange n’a dû purger que 25 semaines de cette peine. Ainsi, depuis la fin septembre 2019, Assange est privé de sa liberté dans le seul but de l’empêcher d’échapper à l’extradition américaine si celle-ci devait avoir lieu. Mais pour cela, il n’a pas besoin d’être dans la prison de haute sécurité la plus sécurisée du pays, emprisonné avec des meurtriers et des terroristes condamnés et soumis au même régime hyper restrictif.

Julian Assange n’est pas dangereux, il n’est pas violent et, surtout, il est présumé innocent et n’a été condamné pour aucun crime. En substance, jusqu’à la décision finale sur son extradition, il devrait être autorisé à travailler et à mener une vie normale, par exemple dans un établissement semi-ouvert où il est empêché de s’échapper mais où il peut voir sa famille, ses avocats, ses médecins et ses amis, et avoir toutes les facilités et les contacts d’une vie normale. Mais Julian Assange est délibérément et illégalement privé de toutes ces choses, ce qui a de graves conséquences sur sa santé, son bien-être et sa capacité à préparer sa défense juridique. Il est clair qu’il existe une motivation politique pour l’empêcher d’exercer une activité professionnelle et que les gouvernements américain et britannique veulent en faire un exemple en disant au monde entier : "Si vous faites ce que Julian Assange a fait, nous vous arrêterons, nous vous réduirons au silence et nous détruirons votre vie entière et celle de votre famille". Je pense que la plupart des États seront heureux si personne n’essaie d’imiter Julian Assange.

Pensez-vous qu’Assange aurait été soumis au même genre de traitement s’il avait été détenu à Berlin ?

Je pense que l’Allemagne n’oserait probablement pas traiter Julian Assange de la même manière que le Royaume-Uni. Le Royaume-Uni peut le faire parce qu’il est membre permanent du Conseil de sécurité, et les États-Unis n’ont jamais montré beaucoup d’hésitation à enfreindre la loi pour obtenir ce qu’ils veulent de toute façon. Je ne pense pas que l’Allemagne oserait faire la même chose, surtout à la lumière de sa propre histoire. Cela dit, le ministère des affaires étrangères (Auswärtiges Amt) avait demandé à me rencontrer lorsque j’étais à Berlin en novembre dernier. Ils ont immédiatement évoqué l’affaire Assange et m’ont demandé : "Etes-vous sûr que cela relève de votre mandat ? N’y a-t-il pas de cas de torture plus graves dans le monde ?" J’ai répondu : "Oui, il y a des gens qui sont lapidés et fouettés dans d’autres pays, et j’interviens également en leur nom, mais ici j’interviens au nom de quelqu’un qui est persécuté sans relâche pour avoir exposé des crimes graves commis par des gouvernements - des crimes qui, comme la torture, relèvent de mon mandat. Ces crimes ne sont pas poursuivis en dépit des preuves existantes, mais c’est l’éditeur et le dénonciateur qui sont persécutés. Cela établit une norme très dangereuse pour l’État de droit dans le monde". Les fonctionnaires allemands ont laissé entendre qu’ils n’avaient aucune raison de douter que le Royaume-Uni respecterait l’État de droit. Lorsque je leur ai donné des exemples précis de la manière dont les droits d’Assange étaient systématiquement bafoués par le Royaume-Uni, mes interlocuteurs ont rapidement changé de sujet et ont dit : "oui, mais il y avait aussi ces accusations suédoises". Bien sûr, lorsque je leur ai expliqué que cette procédure venait d’être close par manque de preuves, après avoir diffusé pendant près de dix ans un récit sans fondement, ils ont à nouveau changé de sujet. Ce type de comportement évasif est tout à fait typique de ce que je vis partout avec l’establishment politique. Ils sont tellement mal à l’aise avec la vérité sur la persécution d’Assange et ses implications pour l’État de droit, qu’ils veulent juste que toute cette affaire disparaisse d’une manière ou d’une autre aussi rapidement et discrètement que possible.

Pensez-vous qu’il y a encore quelque chose que vous pouvez faire pour l’aider à ce stade ?

J’ai écrit à plusieurs reprises aux gouvernements et j’ai alerté à la fois le Conseil des droits de l’homme des Nations unies à Genève et l’Assemblée générale des Nations unies à New York. Je pense que ma lettre au gouvernement suédois a probablement déclenché la fin de leur enquête sur les allégations de viol. Étant donné que les États concernés refusent systématiquement d’engager un dialogue constructif avec moi sur cette affaire, je devrai également continuer à informer le public de mes conclusions par tous les canaux qui me sont accessibles.

Il y a quelques années, une décision du groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a déclaré que la situation d’Assange à l’ambassade d’Équateur à Londres équivalait à une détention arbitraire par le Royaume-Uni et la Suède. Quelle a été la réponse britannique à l’ONU ?

Selon mon expérience, le gouvernement britannique ne répond aux interventions de l’ONU que lorsqu’il le juge opportun et dans la mesure où il le juge à son avantage. Dans ce cas, le tableau d’ensemble est clair : le Royaume-Uni veut l’extrader vers les États-Unis pour contribuer à en faire un exemple, mettre fin à la remise en cause du secret et de l’impunité découlant de WikiLeaks et faire comprendre au public que ce comportement n’est pas toléré par ceux qui sont au pouvoir. Pour ce faire, ils sont prêts à tordre et à déformer la loi à l’extrême. Cela a clairement été le cas avec les systèmes judiciaires britannique, suédois et équatorien et ne serait certainement pas différent aux États-Unis.

Lorsque les Britanniques ont voulu extrader Assange vers la Suède, cela s’est fait sur la base d’un mandat d’arrêt européen, qui avait été émis par le procureur suédois. Le problème était que, dans le traité international sur le mandat d’arrêt européen, il est dit que ces mandats doivent être émis par une autorité judiciaire, et que le procureur n’est pas une autorité judiciaire au Royaume-Uni. En fin de compte, pour pouvoir extrader Assange vers la Suède malgré l’invalidité du mandat d’arrêt, la Cour suprême britannique a simplement décidé d’appliquer le texte du traité français, au lieu du texte anglais. En effet, en France, le procureur peut être interprété comme une autorité judiciaire. Mais l’affaire ne concernait pas la France, elle concernait la Suède et le Royaume-Uni. Voyez-vous l’absurdité de cette situation ?

Il est clair que le gouvernement britannique n’a pas respecté la décision du groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire. Ils m’ont alors autorisé à rendre visite à Julian Assange à Belmarsh parce qu’ils ne s’attendaient probablement pas à ce que j’examine l’affaire en détail et que je sois aussi franc et clair dans mon évaluation. Ainsi, conformément à leur approche de la décision du groupe de travail, lorsque j’ai examiné les faits et conclu que la persécution et les mauvais traitements d’Assange constituaient une torture psychologique, ils ont décidé d’ignorer mes conclusions et ont refusé d’engager un dialogue avec mon mandat sur cette affaire, non seulement les Britanniques, mais aussi la Suède et les États-Unis.

Si Assange devait se rendre aux États-Unis, pourrait-il être condamné à la peine de mort ?

Théoriquement, il est possible qu’il soit passible de la peine de mort. Les Britanniques trompent le public en disant qu’aucune charge supplémentaire ne pourrait être ajoutée une fois qu’Assange aura été extradé. Ce n’est pas vrai. Le traité d’extradition permet d’ajouter des charges supplémentaires ou différentes à condition qu’elles soient fondées sur les mêmes faits que ceux qui sont allégués dans l’acte d’accusation utilisé pour la demande d’extradition. Mais je ne pense pas que les États-Unis veuillent nécessairement exécuter Assange, ils veulent en faire un exemple. Le message des États-Unis au monde est le suivant : "Si vous faites ce qu’Assange a fait, vous ne serez plus jamais libre, vous ne pourrez plus jamais ouvrir votre bouche et parler au public". Il ne s’agit pas de punir Assange, mais d’une démonstration de pouvoir adressée au public du monde entier. C’est aussi pourquoi ils ne se précipitent pas pour extrader Assange, cela n’a pas vraiment d’importance, tant qu’il est isolé dans sa cellule et ne peut pas parler. Il ne s’agit pas de savoir qui gagnera le procès, les gouvernements ont déjà gagné, car Assange a été réduit au silence. Et malheureusement, dans le monde de la politique du pouvoir, des États comme le Royaume-Uni et les États-Unis savent qu’ils peuvent s’en tirer.

Si Julian est envoyé aux États-Unis pendant votre mandat, essayeriez-vous de vérifier les conditions de vie aux États-Unis ? Pensez-vous qu’un visa vous serait accordé ?

S’il est envoyé aux États-Unis, personne ne pourra plus rien faire pour lui. On ne me donnerait certainement pas accès à ce pays. Mon prédécesseur a essayé d’obtenir l’accès de Chelsea Manning et on lui a dit qu’il ne serait pas autorisé à l’interroger sans témoins, ce qui fait partie du mandat standard pour toute visite de prison effectuée par un rapporteur spécial des Nations unies.

Les juges de la Cour pénale internationale aux États-Unis ont été sanctionnés pour avoir demandé au gouvernement d’enquêter sur les crimes de guerre américains en Afghanistan. Pensez-vous que vous pourriez également être visé par des sanctions pour vos interventions dans cette affaire ?

Je n’en serais pas surpris. Je pense que, jusqu’à présent, ils estiment que je ne suis pas assez influent pour les inquiéter réellement. Si mes communications officielles sont certainement perçues comme une nuisance, elles ne sont pas juridiquement contraignantes et n’ont pas provoqué de tollé jusqu’à présent. Mais il est difficile de prévoir ce qui se passerait si jamais je déclenchais quelque chose qui aurait plus d’impact. En tout cas, je ne me fais pas d’illusions sur le fait que ma carrière aux Nations unies est probablement terminée. Ayant ouvertement affronté deux États P5 (membres du Conseil de sécurité des Nations unies) comme je l’ai fait, il est très peu probable qu’ils m’acceptent à un autre poste de haut niveau. On m’a dit que mon engagement sans compromis dans cette affaire avait un prix politique. Mais le silence a aussi un prix. Et j’ai décidé que je préfère payer le prix pour m’exprimer que le prix pour rester silencieux.

Traduction "oops, ma haine pour les journalistes est encore monté d’un cran" par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://www.exberliner.com/features/julian-assange-trial-2020/nils-mel...
URL de cet article 36796
  

Même Auteur
L’Affaire Assange, histoire d’une persécution politique
Nils MELZER
L’affaire Assange, c’est l’histoire d’un homme persécuté et maltraité pour avoir révélé les sordides secrets des puissants, notamment les crimes de guerre, la torture et la corruption. C’est l’histoire d’un arbitraire judiciaire délibéré dans des démocraties occidentales qui tiennent par ailleurs à se présenter comme exemplaires en matière de droits de l’homme. C’est l’histoire d’une collusion délibérée des services de renseignement dans le dos des parlements nationaux et du grand public. C’est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Partout où l’antisémitisme n’existe pas, le sionisme le fabrique »

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.