RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Samir Amin, « national-populaire » et peuple-classe.

Plusieurs militants ont déjà (1) ou vont produire prochainement des textes très instruits sur Samir Amin qui vient de décéder ce 12 aout 2018 à presque 87 ans. Je vais me borner à évoquer un aspect.

Il me faut dire auparavant qu’il fut, outre ses ouvrages théoriques-critiques, un brillant marxiste ex-maoiste devenu altermondialiste (pour un autre monde possible) . Qu’il est le créateur (avec d’autres - 2) du Forum mondial des alternatives (FMA). Qu’Il a participé à plusieurs Forum Sociaux mondiaux (FSM).
Samir Amin, est devenu du fait de sa puissance critique dans plusieurs domaines théoriques et pratiques, en quelque sorte l’Ernest Mandel - grande figure de la IV Internationale décédé le 20 juillet 1995 - d’une future V Internationale des peuples-classe (composition sociale) et une internationale porteuses d’alternatives allant vers le socialisme (double contenu donc) ! (3)
- NATIONAL - POPULAIRE
Venons-en à une formule parfois employée par lui : le « national-populaire » (notamment dans une vidéo de Mémoire des luttes mais ailleurs aussi).

Le national n’est ici que le CADRE - celui des Etats nation - du développement d’une double lutte qu’on peine à rapprocher : d’une part les luttes de classe via divers syndicats et d’autre part les luttes de démocratisation des institutions qui doivent sortir de l’emprise oligarchique et bureaucratique qui sert le capital d’abord, notamment sa branche financière. Les luttes de démocratisation font peu appel à des citoyens non situés. Il semble bien que la démocratisation soit un processus d’émancipation qui vienne d’en-bas soit un empowerment .
Il n’y a pas chez Samir Amin de fétichisme culturel de la Nation même si les variations culturelles existent . Il voit surtout en la matière des moyens de division ou des éléments de régression en terme d’accès à la liberté et l’égalité de tous et toutes.
Le « national populaire » qui porte la marque évidente de sa composition sociale - paysanne (surtout au Sud) et salariale (nationaux ou résidents, public ou privé, actifs ou chômeurs et retraités) - est OUVERT à l’international via une V Internationale à construire. Une Internationale organisation et non une Internationale mouvement, ce qui est à débattre . En tout cas, nous sommes bien loin d’un esprit étroitement national. Il sait que le capital est un cosmopolitisme des riches et des grands possédants. Il répète qu’il faut adjectiver la mondialisation.

Cette formule de « national populaire » diffère encore tout à la fois du nationalisme d’extrême-droite en exclusion des migrants mais aussi d’un national droitier d’en-haut et par en haut, c’est à dire construit sur la base d’un bloc social autour du 1% (classe dominante) et des classes moyennes aisées.

Il y aurait ici à distinguer, pour les formations sociales de la périphérie, au sein des classes dominantes, la « bourgeoisie compradores » (tournée vers les marchés mondiaux) et la « bourgeoisie nationale » (ayant opérée une déconnexion). Mais son propos ne semble pas (ou plus) être de devoir choisir une alliance économico-sociale entre un peuple-classe et une éventuelle « bourgeoisie nationale ».

C’est cette conception du « national-populaire » qui m’autorise à dire que la V ème Internationale qu’il souhaitait construire était bien celle des peuples-classes allant vers le socialisme. Mais au sein des peuples-classes c’est aux classes sociales, paysannes ou ouvrières, qu’il pensait le plus. Les classes moyennes - terminologie ambiguë qu’il n’emploie pas - sont en soutien des classes sociales modestes et pauvres et pas des riches et des puissants.

- La question du socialisme et d’une souveraineté doublement progressiste
L’indépendance ne suffit pas. Toute souveraineté étatique n’est pas en soi progressiste. Il ne suffit pas de repousser l’impérialisme, il faut aussi repousser sa propre classe dominante, surtout sa fraction proprement capitaliste (au Nord) et sa fraction « compradores » au Sud. Mais en restant combatif pour l’autre fraction plus susceptible d’alliance. Toute élite n’est pas un Sankara !

La notion de « national-populaire » de Samir Amin - telle que je l’interprète ici en rapprochement de la notion de peuple-classe - à un potentiel supérieur d’émancipation - en cas de mise en oeuvre concrète évidemment - que la simple évocation d’une souveraineté en soi progressiste face à l’impérialisme ou à l’OTAN .

Christian DELARUE

1) 1) plusieurs textes en hommage
- Celui de Jean-Marie Harribey sur son blog et sur ATTAC.
https://france.attac.org/actus-et-medias/le-flux/article/samir-amin-hommage
- Celui de Bernard Dréano du CEDETIM
https://fraternafrique.wordpress.com/2018/08/15/hommage-a-samir-amin-cedetim/
- d’Hakim Ben Hammouda
http://hakimbenhammouda.typepad.com/hakim_ben_hammouda/page/37/
- « Un baobab est tombé » : Samir Amin, le théoricien du développement inégal, est mort | L’Humanité (sur Le Grand Soir aussi)
https://www.humanite.fr/un-baobab-est-tombe-samir-amin-le-theoricien-d...
2) En 1996 avec François Houtard (décédé le 7 juin 2017, à l’âge de 92 ans) et d’autres intellectuels militants.
Le forum mondial des alternatives.
https://www.pressenza.com/fr/2017/02/samir-amin-extraits-memoires-foru...
3) Pour une internationale des peuples- Samir Amin - aout 2017.
[http://samiramin1931.blogspot.com/2017/08/samir-amin-pour-une-internat...>http://samiramin1931.blogspot.com/2017/08/samir-amin-pour-une-internat...]
Lire aussi de SAMIR AMIN : Automne du capitalisme, printemps des peuples ?
http://samiramin1931.blogspot.com/2016/08/samir-amin-automne-du-capitalisme.html

»» http://amitie-entre-les-peuples.org/Samir-Amin-nous-a-quitte-nous-somm...
URL de cet article 33692
  

Harald Welzer : Les Guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un ouvrage aussi important que passionnant. Les conclusions politiques laissent parfois un peu à désirer, mais la démarche sociologique est de premier plan. Et puis, disposer d’un point de vue d’outre-Rhin, en la matière, permet de réfléchir à partir d’autres référents, d’autres hiérarchies aussi. Ce livre répond brillamment à la question cruciale : pourquoi fait-on la guerre aujourd’hui, et qui la fait ? L’auteur articule, de manière puissante et subtile, les questions écologiques, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières sur le pied de guerre. Si le peuple américain permet un jour aux banques privées de contrôler le devenir de leur monnaie, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, les banques et les compagnies qui fleuriront autour des banques priveront le peuple de tous ses biens jusqu’au jour où ses enfants se retrouveront sans toit sur la terre que leurs parents ont conquise.

Thomas Jefferson 1802

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.