RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Silence sur l’assassinat d’un journaliste en Bolivie

Les médias et les groupes de défense des droits humains restent silencieux sur l’assassinat de Sebastian Moro, un journaliste engagé politiquement en Bolivie

Le 10 novembre, le journaliste argentin Sebastian Moro a été retrouvé inconscient, souffrant de multiples blessures, couvert d’ecchymoses, d’égratignures et d’autres signes de violence, tous enregistrés au centre médical où il a été soigné. Moro portait un gilet qui l’identifiait comme journaliste. Il couvrait le coup d’État soutenu par les États-Unis contre Evo Morales, le président de Bolivie démocratiquement élu.

Il avait 40 ans et travaillait pour le quotidien argentin Pagina12. Quelques heures auparavant, il avait dénoncé ce qu’il considérait comme une prise du pouvoir par l’extrême droite. Ses derniers mots connus, publiés dans son journal quelques heures avant qu’on le découvre, dénonçaient l’enlèvement de fonctionnaires du gouvernement et les attaques de la mafia contre des journalistes et les moyens de communication.

Il avait été l’une des seules voix à révéler au monde la campagne de terreur de l’opposition locale. Moro a passé six jours dans un hôpital de La Paz avant de finalement succomber à ses blessures.

En fait, tant les médias que l’industrie des droits humains ont mené une campagne pour légitimer la nouvelle administration putschiste de Jeanine Añez et blanchir sa répression des médias indépendants.

En fait, la seule source en anglais qui a rapporté la mort de Moro est l’Orinoco Tribune, un petit site vénézuélien animé par deux personnes, selon son site web. La Tribune a traduit un article argentin et l’a publié sur son site Internet. MintPress News a contacté la Tribune pour commenter l’histoire. Le rédacteur en chef a répondu que le cas de Moro, ainsi que le silence total des médias sur la question, mettaient en évidence la nécessité de créer et d’encourager de nouveaux médias de base. Il a également noté qu’après le coup d’État contre le président hondurien Manuel Zelaya en 2009 :

« L’un des premiers gestes posés lors du coup d’Etat américain contre Zelaya au Honduras a été de fermer la radio communautaire et d’enlever les journalistes. Ceux-ci, torturés, ont été jetés sur la route en guise d’avertissement pour les autres. Les plus chanceux ont survécu. Le coup d’État en Bolivie semble suivre la même courbe. »

Comme l’a signalé MintPress, on a assisté à une attaque coordonnée contre les médias indépendants en Bolivie. La nouvelle ministre des Communications, Roxana Lizarraga, a annoncé que cela faisait partie du « démantèlement de l’appareil de propagande du régime dictatorial d’Evo Morales », affirmant que « les militants de Morales qui ont abusé du système médiatique de l’Etat » sont « écartés ». Des médias tels que TeleSUR et RT en Español ont été fermés et des journalistes ont été maltraités.

Mme. Lizarraga a également déclaré qu’elle poursuivrait tout journaliste impliqué dans ce qu’elle a appelé une « sédition », notant qu’il avait déjà une liste d’individus et de médias « problématiques ».

Les groupes de défense des droits humains ont également subis la répression. Le nouveau ministre de l’Intérieur, Arturo Murillo, a directement menacé une délégation argentine des droits humains dès son arrivée. « Nous recommandons à ces étrangers qui arrivent... de faire attention », précisant : « On vous regarde. Nous vous suivons », avertissant qu’il y aura « tolérance zéro ». Il a ajouté par ailleurs que « le premier faux pas qu’ils feront, en essayant de commettre des actes de terrorisme et de sédition, ils devront faire face à la police ». Quatorze membres du groupe ont ensuite été arrêtés, pour faire taire la presse.

Les plus grandes ONG existent principalement pour protéger et promouvoir le pouvoir sous prétexte de défendre les droits humains. Human Rights Watch a commencé comme une machine de propagande antisoviétique pendant la guerre froide. Luis Kutner, co-fondateur d’Amnesty International était un agent du FBI impliqué dans l’assassinat de dirigeants des Black Panthers comme Fred Hampton. Cela explique leur peu d’intérêt pour le meurtre de Moro dans un contexte de violence croissante en Bolivie. Ceux qui affrontent réellement et directement le pouvoir sont rarement vus avec bienveillance par les grands médias.

Alan Macleod

Alan MacLeod est journaliste pour MintPress, ainsi qu’universitaire et rédacteur de rapports sur l’équité et l’exactitude en matière d’information. Son livre, Bad News From Venezuela : Twenty Years of Fake News and Misreporting a été publié en avril 2019.

Source : Vida Latinoamericana / Traduction : Venesol

»» https://venesol.org/2019/12/25/assassinat-dun-journaliste/++cs_INTERRO++fbclid=IwAR...
URL de cet article 35581
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les individus ne constituent une classe que pour autant qu’ils ont à soutenir une lutte commune contre une autre classe ; pour le reste, ils s’affrontent en ennemis dans la concurrence.

Karl Marx

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.