Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

21 
Le slogan "vos guerres, nos morts" est parfaitement adapté à la situation.

Solidarité avec le peuple belge

J’avais prévu de rédiger un article sur la visite de Barack Obama à Cuba, finalement cela attendra. Une fois de plus l’horreur frappe en plein coeur de l’Europe, chez nos voisins et amis belges.

Avant toute chose nous avons une pensée pour toute les victimes et leurs familles, nous sommes de tout coeur avec le peuple belge dans ce drame, comme nous étions solidaires, il y a peu, du peuple ivoirien, malien, syrien, libanais, turque, de notre peuple, tous victimes de la barbarie terroriste.

A l’heure où ces lignes sont rédigées le bilan fait état de plusieurs dizaines de morts et de plusieurs centaines de blessés dont certains entre la vie et la mort. Tôt ce matin, alors qu’aéroports et métros sont remplis de personnes se rendant à l’école ou au travail, trois bombes explosent. Les deux premières dans l’aéroport international de Bruxelles, vraisemblablement déclenchées par au moins un kamikaze. Puis, une heure plus tard c’est une station de métro qui est touchée. Dans les deux cas c’est l’horreur et l’incompréhension qui prennent le dessus.

La situation est grave, désormais à n’importe quel moment des commandos terroristes peuvent frapper l’Europe, comme ils ont pris l’habitude de frapper les grandes villes du Moyen-Orient depuis plusieurs années déjà. Ce ne sont pas des cibles symboliques qui sont visées, ou bien des personnalités importantes, mais de simples citoyens qui n’avaient rien demandé à personne.

Ces actes nous obligent cependant à chercher des causes, et à déterminer pourquoi il y a depuis 2012 et les attentats de Merah, un regain de terrorisme sur notre continent.

Il apparaît clair que le slogan "vos guerres, nos morts" est parfaitement adapté à l’actuelle situation. Nous le savons, la déstabilisation de pays comme la Libye ou la Syrie, qui, malgré toutes les critiques que l’on peut émettre à leur égard et à leurs dirigeants, s’efforçaient, et s’efforcent encore de lutter contre l’expansion du terrorisme dans le monde.

Ainsi, plutôt que de s’entêter à vouloir renverser Bachar al-Assad, nos gouvernements devraient coopérer avec l’armée arabe syrienne, avec les kurdes et avec les milices populaires qui se battent sur place. Plutôt que de vouloir encore et toujours s’ingérer dans les affaires intérieures d’un pays souverain, et tenter de renverser son gouvernement, la France, en premier lieu, devrait revoir sa politique internationale.

Une politique internationale qui est désastreuse depuis 2011, ayant conduit tour à tour à déstabiliser puis renverser Kadhafi, déstabiliser la Syrie, envahir le Mali, réintégrer notre pays dans l’OTAN aux ordres des américains, tout en accentuant les relations avec des pays plus que douteux et qui selon des preuves formelles financent les groupes terroristes.

Nous ne pouvons pas dire que Kadhadi était un démocrate, certainement pas, en revanche il faut reconnaître qu’en son temps, la Libye était un pays souverain qui avait fait de la lutte contre le terrorisme l’une de ses priorité. Aujourd’hui la Libye en est réduit a être une base arrière et un fief pour les terroristes qu’ils soient d’Al-qaïda ou de Daesh.

De même que nous ne pouvons nous dire pro-Bachar, il faut reconnaître qu’il est, pour le moment, indispensable pour lutter contre le terrorisme. D’ailleurs, grâce à l’intervention des forces russes, coordonnées au sol avec les troupes syriennes, Daesh perd sensiblement du terrain, privé d’une grande partie de ses ressources.

Nous savons que la France a soutenu, et armé ce que les médias ont d’abord nommé "l’opposition modérée et démocratique", en réalité des les premiers reportages, datant de 2011 ou 2012, en revoyant les images on peut s’apercevoir qu’il y avait déjà des terroristes, arborant des bandeaux noirs caractérisant désormais le califat islamique.
De là à dire que toute l’opposition au régime est terroriste ; non, il y a bel et bien, où il y a eu, une opposition démocratique, même s’il semble que beaucoup d’entre eux ont finalement rallié le gouvernement syrien.

Nous pourrions multiplier les exemples, pourquoi avoir autant de relation bilatérales avec l’Arabie Saoudite ou le Qatar, pourquoi maintenir les combattants kurdes, notamment du PKK, sur la liste des organisations terroristes alors qu’ils sont les premiers à lutter contre l’obscurantisme ?

Quoiqu’il en soit, tomber dans le piège de la haine de l’autre reviendrait à avouer notre défaite face aux terroristes. Restons unis et solidaires à l’heure où, plus que jamais, nous avons besoin d’humanisme. Le peuple belge aura, dans les jours qui vont suivre, besoin de tout notre soutien dans cette lutte, soyons à leurs côtés comme ils ont été avec nous auparavant.

»» http://unmilitant.blogspot.fr/2016/03/solidarite-avec-le-peuple-belge.html
URL de cet article 30125
   
Même Thème
Propagande impériale & guerre financière contre le terrorisme
Ibrahim WARDE
« Après chaque attentat, des experts autoproclamés dénoncent les réseaux de financement du terrorisme. Les enquêtes ont beau démontrer que ces attentats nécessitent en réalité très peu de fonds, pour les idéologues endurcis qui forment les bataillons des "guerriers de la finance", l’absence de preuve ne signifie rien : il faut multiplier les attaques contre l’argent caché des terroristes. Or les frappes financières, si elles sont le plus souvent sans effets réels sur leurs cibles officielles, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Quand je vois les Fake journalistes s’en prendre aux Fake News, je me dis que c’est comme si une moitié de leur cerveau s’en prenait à l’autre. »

V. Dedaj


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.