RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
La brutalité d’Israël contre Gaza a créé un sentiment populaire d’unité nationale

Solidarité mondiale avec les Palestiniens : du soutien psychologique au changement politique

Alors que les centaines de milliers de personnes dans le monde qui manifestaient contre les massacres à Gaza se sont repliées dans l’inertie, hypnotisées par les nouvelles sur le cessez-le-feu et la conférence pour la reconstruction de Gaza, un processus plus insidieux de confiscations de la terre par Israël, d’expansion coloniale et de contrôle sur les lieux saints de Jérusalem continue d’éroder la vie palestinienne.

Les lyncheurs chez les jeunes Israéliens juifs continuent de s’organiser en préparation d’une nouvelle agression contre les Palestiniens, et l’armée israélienne bénéficie de l’impunité pour ses crimes de guerre à Gaza. Pour les Palestiniens, le cessez-le-feu signifie un retour dans l’angle mort de la conscience du monde – une agression moins spectaculaire contre les libertés de la vie, avec des humiliations et une oppression quotidiennes.

Le psittacisme, par les dirigeants du monde, du « droit d’Israël à l’autodéfense » ajoute aux blessures des Palestiniens, étant donné l’hostilité et la violence qui nous sont infligées. Il n’est pas étonnant que les Palestiniens ressentent le monde extérieur comme partial, égoïste et complice du mal qui nous est fait. En effet, tout comme la victime d’un viol se sent doublement traumatisée par l’indifférence du passant, les Palestiniens se sentent trahis par le silence du monde. Comme la victime d’un viol, les Palestiniens ont besoin et sont dignes non seulement de la sympathie de l’individu, mais aussi de l’exercice de la justice.

Mais, grâce à toutes celles et ceux qui manifestent en notre nom, nous reconnaissant et validant notre vécu, nous faisant savoir que nous sommes vus et entendus, notre confiance en l’équité et en la bonté des autres n’est pas complètement détruite.

La solidarité nationale avec les Palestiniens contribue à apaiser la douleur psychologique et l’aliénation causées par la déshumanisation implacable d’Israël, et l’apathie, la dénégation et la dénonciation du monde. Les initiatives locales et internationales qui aident les Palestiniens à survivre, recouvrer, atteindre leur liberté et qui soutiennent leur lutte encouragent le dialogue et redonnent un sentiment de santé à la société palestinienne et la protègent contre le désespoir et l’extrémisme. Les Palestiniens, en fait, aiment les internationaux ; ce n’est jamais en Palestine que des internationaux sont enlevés et décapités !

Si les manifestations apportent aux Palestiniens un soutien psychologique important, et une occasion pour les manifestants de laisser s’exprimer leurs objections et leurs frustrations, elles ne sont pas parvenues jusqu’ici à changer notre réalité politique ou à prévenir un prochain massacre contre nous. Israël ne réagit pas à une condamnation morale, et le soutien de Washington à Israël ne se limite pas à des déclarations politiques pour le financement de l’agression militaire israélienne avec l’argent des contribuables américains.

Face à la surdité de nos dirigeants politiques, les militants de la solidarité doivent travailler à prendre de la vitesse et adopter des stratégies et des outils innovateurs. Cela requerra un engagement populaire mondial aussi bien que régional pour le bien-être du peuple palestinien, impliquant une mobilisation, active et à long terme, de la solidarité idéologique, judiciaire, politique et économique.

Il est impératif de construire sur des sentiments instinctifs, immédiats, réfléchis d’empathie et de solidarité pour parvenir à plus long terme à un mouvement mondialisé réaliste et stratégique de solidarité pouvant agir en tant qu’entité unifiée régie par une coopération mutuelle. Une telle entité peut créer des alliances et des coalitions parmi les différents groupes, et orchestrer, multiplier et augmenter l’impact du mouvement de solidarité. Non seulement elle peut servir de couverture à beaucoup de sympathisants individuels – Arabes, Israéliens, Allemands – qui, sous la pression dans leur propre société, ne sont pas en mesure d’y créer des organisations de solidarité, mais elle peut aussi les protéger et faciliter la communication entre eux et leur propre gouvernement.

La solidarité mondiale requiert un réseau d’associations horizontal (prêchant les non convertis) ainsi que vertical (ouvrant l’accès à une influence). Pendant que le premier recherche un meilleur niveau d’informations concernant la Palestine en présence d’une opinion publique internationale intoxiquée par la propagande israélienne, le second exige une formation formelle sur les stratégies de plaidoyer (par exemple, campagnes médiatiques, interventions publiques, groupes de pression et médias sociaux) pour un groupe plus petit se concentrant sur la législation et les autres décisions institutionnelles.

La solidarité avec les Palestiniens exige de s’unir et de se lier ensemble, pas sur la base de la famille, de la religion, de l’ethnie ou de la classe, mais sur des valeurs partagées et un objectif commun : libérer la Palestine de l’occupation, restaurer la justice et les droits humains pour les Palestiniens, et tenir Israël responsable au regard du droit international. La solidarité exige d’apprendre à travailler malgré et à travers nos divisions, ainsi que l’engagement de celles et ceux qui ne partagent pas nos conditions de douleur ou de vie mais qui refusent d’être des collaborateurs passifs ou actifs dans notre oppression – des gens qui considèrent la libération de la Palestine comme partie intégrante de leur propre auto-libération.

J’ai rencontré beaucoup de ces gens passionnés, sincères, et je suis convaincue que d’apprendre comment réaliser un changement politique en protègera beaucoup de l’épuisement. Il n’y a pas une recette unique pour la solidarité – comme disent les Français, « Chacun fait sa cuisine interne, », ou chacun se crée sa propre vision du monde - aussi tout comme je demande à celles et ceux de la solidarité de laisser les Palestiniens choisir leurs moyens de résistance, il est important de respecter les choix des moyens de solidarité des citoyens de chaque pays : ils savent mieux ce qui fonctionne pour eux. Il est important, néanmoins, d’être souple et ouvert à la consultation et à la collaboration avec les autres.

Il est fondamental pour la création d’un mouvement mondial de solidarité d’encourager le partenariat et le travail en équipe avec les professionnels, universitaires, militants et éducateurs palestiniens, de sorte que les actions de solidarité soient sensibles aux besoins et à la culture de la société civile palestinienne, et aident les Palestiniens à diffuser leurs récits, aspirations et points de vue à un monde plus vaste.

La crise comme occasion

La cohésion nationale palestinienne est le préalable d’une solidarité mondiale. Le morcellement des partis politiques de Palestine qui s’est produit à la suite des élections de 2006, et qui a été exacerbé par l’aide politique et financière extérieure apportée à certains Palestiniens et pas à d’autres, a causé d’importants dommages à la morale et aux valeurs palestiniennes, et a fragmenté pareillement les efforts de solidarité avec les Palestiniens.

Mais la brutalité de la récente attaque d’Israël contre Gaza a créé un sentiment spontané, passionné et populaire d’unité nationale, auquel la direction palestinienne n’a pas eu d’autre choix que de s’y associer. C’est, par conséquent, une occasion pour les Palestiniens de bâtir sur leur refus de la polarisation, de l’incitation et de l’intimidation, et d’investir dans la vigueur, la vitalité et la mobilisation des énergies et des succès dans les différents domaines de la vie. La ténacité de nos compatriotes de Gaza a élevé le moral du peuple et amélioré les niveaux de la cohésion sociale et de la confiance. La confiance à son tour génère le travail d’équipe et la coopération mutuelle, et elle accroît le niveau de l’identité nationale et le désir de participer à la vie publique.

Au cours de l’agression d’Israël contre Gaza les Palestiniens ne se sont pas reconnus dans les positions de nos dirigeants élus (il y a longtemps), mais dans la résistance. Par suite, une majorité de Palestiniens maintenant remettent en cause l’Autorité palestinienne, rejettent sa coordination de la sécurité avec Israël, et lui demandent de porter notre dossier devant la Cour de justice internationale. Pour que cette réaction énergique perdure, qu’elle soit plus qu’une réaction temporaire. Il est crucial de soutenir le développement d’institutions démocratiques pleinement responsables au sein de la Palestine qui coordonneront des structures économiques de gouvernance et d’autosuffisance d’une manière sage, efficace et dynamique. L’adhésion aux principes de méritocratie, transparence et responsabilité est un prérequis à l’instauration d’une réforme institutionnelle et d’une citoyenneté participative ; l’élaboration d’une charte nationale palestinienne, avec la participation de tous les partis politiques, qui devra être soumise aux votes dans un référendum, est aussi une étape obligatoire vers la consolidation d’une unité nationale.

Aider les Palestiniens et de même les Israéliens

Outre qu’elle favorisera la guérison, et la création d’un changement politique, notamment en faisant obstacle à de futures attaques et en faisant avancer la libération palestinienne, la solidarité avec les Palestiniens servira aussi à atténuer la soif de vengeance et à ouvrir la voie à une future réconciliation. Parce qu’elle facilite à la fois le renouveau personnel et la réforme sociale, elle finira par aider les Palestiniens, de même que les Israéliens, dans une période d’après-guerre que nous espérons proche. La sécurité dans laquelle elle nous enveloppe promeut la confiance et autorise une reconnaissance et une compassion mutuelles, ouvrant ainsi la voie au pardon et à la justice – le fondement de la paix.

Samah Jabr

Samah Jabr est Jérusalémite, psychiatre et psychothérapeute, dévouée au bien-être de sa communauté, au-delà des questions de la maladie mentale.

Traduction : JPP pour les Amis de Jayyous

URL de cet article 27335
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Auteur
Derrière les fronts : chroniques d’une psychiatre psychothérapeute palestinienne sous occupation
Samah JABR
EN LIBRAIRIE LE 22 MARS 2018 En coordination avec la sortie en salle du documentaire d’Alexandra Dols – Derrière les fronts : résistances et résiliences en Palestine – nous vous proposons en coédition avec Hybrid Pulse le premier livre de la psychiatre et écrivaine Palestinienne Samah Jabr. Le livre ne sera pas disponible en librairie pour le moment mais seulement sur notre site ou par demande par courrier à PMN Éditions. « Nous voulons une vie décente, pas n’importe quelle vie. Notre action pour (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au VietNam une tête coupée et un oeil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées. de tous ces prisonniers ficelés et interrogés, de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. [...]

Aimé Césaire

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.