RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Sortir de la crise alimentaire.

Dessin : Erreur fatale par Delize.

Si les commentaires ont été nombreux sur les émeutes qui ont éclaté un peu partout dans le monde du fait de la crise alimentaire mondiale, peu d’attention a été accordée aux mesures à prendre dans l’immédiat. La solution passe par une réduction radicale du pouvoir des institutions financières et des agences de développement internationales de façon à ce que les petits agriculteurs, qui assurent encore la production de la plus grande partie des denrées alimentaires consommées dans le monde, puissent définir les politiques agricoles. Il faut pour cela s’attaquer à trois domaines étroitement liés : l’accès à la terre, les marchés et le mode de production agricole lui-même. (...)

GRAIN, 3 juin 2008.

Les agriculteurs thaïlandais sont abasourdis. L’année dernière, ils obtenaient 10 000 bahts (308 dollars US) par tonne de riz livrée à l’usine. Aujourd’hui ils sont payés 9 600 bahts (296 dollars US), alors que le prix du riz a triplé pour les consommateurs ! [2] Le dollar américain (qui sert encore de devise mondiale pour le commerce des denrées alimentaires) a plongé, tandis que le prix du pétrole (dont dépend la production alimentaire industrielle) a crevé tous les plafonds. En conséquence, les gouvernements ont commencé à retirer les produits alimentaires du marché parce qu’ils ne font tout simplement plus confiance à la manière dont sa valeur est fixée. Le gouvernement de Malaisie, par exemple, a annoncé qu’il allait troquer de façon bilatérale de l’huile de palme contre du riz avec tout pays prêt à accepter cet échange, et plusieurs autres pays ont interdit l’exportation des denrées alimentaires. [3]

Dans ce climat de faillite des idées et des systèmes, il n’y a pas d’autre manière crédible d’avancer que de tout reconstruire de fond en comble. Ce qui veut dire qu’il faut complètement renverser la perspective : les petits agriculteurs, qui assurent encore la plupart de la production alimentaire, doivent pouvoir définir les politiques agricoles à la place de l’OMC, du FMI, de la Banque mondiale et des gouvernements. Les organisations paysannes et leurs alliés ont des idées claires et viables sur la façon d’organiser la production et les services, et de gérer les marchés et même le commerce régional et international. Même chose pour les syndicats ouvriers et les populations urbaines pauvres qui ont un rôle important à jouer dans la définition des politiques alimentaires. De nombreux groupes, comme l’Union nationale des fermiers au Canada, la Confédération paysanne en France, ROPPA en Afrique de l’Ouest, Monlar au Sri Lanka et le Mouvement des sans-terre au Brésil, ont lancé des appels pressants à une refonte des politiques et des marchés agricoles. Des organisations internationales, comme Via Campesina et l’Union internationale des travailleurs de l’alimentation, sont également prêtes à jouer un rôle. (...)

Les profits spectaculaires que les poids lourds de l’industrie agro-alimentaire et les spéculateurs ont pu réaliser grâce au marché représentent l’un des aspects les plus obscènes de la crise alimentaire. Contrairement à l’impression donnée par certains médias, peu d’agriculteurs retirent un quelconque bénéfice des flambées des prix. Nous avons déjà cité l’exemple des fermiers thaïlandais qui retirent maintenant moins d’argent de leur riz alors que les consommateurs paient trois fois plus. Les agriculteurs du Honduras, un pays autrefois considéré comme le grenier de l’Amérique centrale, ne peuvent plus se permettre d’acheter des semences et des engrais puisque les prix de ces intrants se sont envolés. [7] En revanche, les grandes sociétés engrangent des profits records à tous les maillons de la chaîne alimentaire, depuis les engrais et les semences jusqu’au transport et au négoce agricole. Au début de l’année, GRAIN a donné des informations détaillées sur l’augmentation des profits des plus grandes entreprises d’agro-alimentaire et d’engrais en 2007. [8] Au premier trimestre 2008, alors que des populations souffraient déjà de la faim et se voyaient obligées de réduire encore les repas, ces entreprises annonçaient des profits encore plus spectaculaires. [9] (...)

Lire l’ article http://www.grain.org/nfg/?id=578

URL de cet article 6828
  

La Tiers-Mondialisation de la planète - Bernard Conte
La Tiers-Mondialisation de la planète, c’est le laminage des classes moyennes et la polarisation riches-pauvres de l’ensemble des sociétés, les ramenant toutes à l’état du Tiers-monde d’avant les « miracles ». On peut diversement décrire ce phénomène : « prolétarisation des classes moyennes », « classes moyennes à la dérive », « déclassement »… Bernard Conte analyse le caractère universel de cette transformation sociale comme résultat des politiques économiques néolibérales mises en oeuvre depuis le milieu des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Être un ennemi des États-Unis peut être dangereux, mais en être un ami est fatal" - Henry Kissinger

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.