Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Souriez, vous êtes noté !

Dans son édition du vendredi 30 mars 2018, le quotidien de M. Drahi, Libération, titrait en une sur : « Salariés – clients : la notation par les consommateurs » et développait quelque peu ce thème dans un dossier de trois pages.

Ayant moi-même fait ces analyses – je me souviens d’une discussion que j’ai eue avec un chauffeur d’un car « Oui-Bus » qui ne comprenait pas pourquoi je critiquais le système de notation du salarié (1) – , je voudrais revenir ici sur ce système profondément pervers.

1) Je ne possède aucun élément de connaissance sur les compétences qui sont demandées au salarié, sur les conditions qui lui sont faites pour les mettre en œuvre, sur l’environnement dans lequel il les exerce, etc. Déjà, à ce premier titre là, je ne me sens pas « légitime » pour porter appréciation sur lui.

2) Quand bien même aurais-je ces éléments de connaissance ; est-ce à moi, « bénéficiaire du service », de me prononcer pour juger ? Suis-je moi-même préparé à cela ? N’est-ce pas plutôt le rôle du chef, de l’encadrant ?

Tiens donc ! Où est-il passé celui-là dans la « chaîne de travail » ? N’a-t-il pas purement et simplement disparu et n’est-ce pas à moi, client lambda, que l’on demande de faire son travail ? Mal, je viens de le dire et l’article du journal en pointait les conséquences pour le salarié. Une économie de plus pour le patron avec cette responsabilité (quelquefois ce « sale, ou difficile, boulot » de sanctionner un salarié, en pleine connaissance de cause) en moins à rémunérer en la faisant assurer gratuitement par un tiers ?

3) Je veux pointer un autre effet pervers qui me semble avoir échappé aux rédacteurs du dossier lorsqu’ils parlent de la notation, par les clients, des prestations d’hôtellerie ou de restaurant. Que celles-ci soient assurées par de petits patrons, commerçants encore propriétaires de leur affaire, ou bien salariés-gérants exerçant pour le compte d’une chaîne.

Outre les dérives malsaines, déloyales, anticoncurrentielles, etc., que permet l’anonymat et la distanciation dans la formulation de l’appréciation écrite par le biais de la communication électronique, je veux pointer la désertion, l’effacement de la relation humaine, l’échange « vrai » et direct, d’homme à homme, de client à prestataire, au travers d’une relation dans laquelle le premier comme le second ont tout à gagner en communiquant et en échangeant franchement et loyalement.

Avec la « notation client », le système mis en place et largement proposé aujourd’hui, contribue, outre les défauts non corrigeables qu’il autorise, contribue, ou plutôt confisque, supprime, l’échange et la parole.

A ce titre là, il concourt, lui aussi, à la déshumanisation de la société.

Est-ce ainsi que les hommes veulent vivre ? Est-ce ainsi, avec de tels soubassements socio-éco à nos rapports sociaux, qu’il fera bon vivre demain ?

Je dis non à la déréélisation du monde.

Jean-Marc GARDES

(1) Dans son article publié sur le site du Grand Soir, son auteur expliquait comment il était difficile, « contre productif immédiatement », de lutter contre une mauvaise idée à partir du moment où celle-ci avait été tiré largement répandue, par la porta, dans un très grand nombre de cerveaux.

Oui, décidément, comme l’avait écrit Allain Lèpres dans une de ses chansons : Tout c’qu’est dégueulasse porte un joli nom.

URL de cet article 33151
   
L’Avatar du journaliste - Michel Diard
Michel Diard
Que restera-t-il du quinquennat de Nicolas Sarkozy, le président omniprésent dans tous les médias ? Cet ouvrage dresse un inventaire sans concession des faits et méfaits de celui qui se présentait comme l’ami de tous les patrons de presse et a fini par nommer les présidents des chaînes de l’audiovisuel public. Le "sarkozysme" a largement reposé sur un système de communication proche de la propagande, digne des régimes les plus autocratiques, à la limite de l’autoritarisme. Le système Sarkozy, même s’il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Sous une dictature, il y a une chose pour laquelle nous avons plus de chance que vous en Occident. Nous ne croyons à rien de ce que nous lisons dans la presse, à rien de ce que nous voyons à la télévision, parce que nous savons que c’est de la propagande et des mensonges. Contrairement aux Occidentaux, nous avons appris à voir au-delà de la propagande et à lire entre les lignes et, contrairement à vous, nous savons que la vérité est toujours subversive.

Zdener Urbanek


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.