RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Stratégie et mirage

Le président vénézuélien Nicolas Maduro dont le pays est dans une passe dangereuse pour sa stabilité du fait de l’effondrement des cours du pétrole qui lui procurent l’essentiel de ses ressources financières s’est rendu à Téhéran, puis à Ryadh et enfin à Alger pour y plaider la nécessité d’une intervention de l’OPEP qui permettrait de redresser ces cours.

Si Maduro a trouvé à Téhéran et Alger des oreilles attentives, finalement sa tentative de constituer un front des pays membres de l’OPEP qui appuierait sa demande d’une intervention concertée pour au moins stopper la dégringolade des prix pétroliers a manifestement échoué du moment qu’à Ryadh, il lui a été opposé une fin de non-recevoir à une telle initiative.

Il ne pouvait en être autrement de la part des autorités d’un pays qui est grandement pour ne pas dire l’acteur principal à l’origine de la crise pétrolière qui pénalise les Etats producteurs. Ce dont personne ne doute désormais. Certes, l’Arabie saoudite n’a pas déclenché cette crise pétrolière. Celle-ci a démarré dès lors que la demande en pétrole a fléchi sous le coup du ralentissement de croissance qui a affecté les économies mondiales pour certaines entrées carrément en récession. Mais Ryadh a contribué à l’aggraver en refusant que l’OPEP régule, quand cela aurait pu être possible, la distorsion qui s’est créée entre l’offre et la demande sur les marchés pétroliers en procédant à une réduction adaptée des quotas de production de ses Etats membres.

Son refus a fait dans un premier temps l’objet de l’interprétation que la monarchie saoudienne a opté pour une telle décision avec pour calcul de « punir » la Russie, l’Iran et même l’Irak, pays producteurs de pétrole ultra-dépendants de la manne financière que leur procure cette ressource. Etats avec lesquels elle est en confrontation tout à la fois sur la question syrienne, le dossier du nucléaire iranien que pour des raisons d’ordre religieux et de rivalité pour le leadership régional. Il se prête désormais à une autre lecture du moment que l’Arabie saoudite persiste dans sa position du « laisser-faire » qui est en train de plonger les prix sous des seuils qui outre que cela met à genoux les pays cités mais également pratiquement tous les Etats producteurs.

Il apparaît en effet clairement que Ryadh favorise la chute des cours dans un autre dessein qui est celui de contrer la concurrence que l’exploitation du gaz de schiste fait au pétrole classique. S’estimant à l’abri le temps que cette exploitation en vienne à n’être plus attractive en terme de coût et de bénéfice des conséquences du manque à gagner financier qu’elle enregistrera, la monarchie estime avoir les moyens de sa stratégie. D’autant que pour elle, elle répond également à un objectif politique et sécuritaire. L’indépendance énergétique que les Etats-Unis ont retrouvée grâce à l’exploitation du gaz de schiste nourrit en effet à Ryadh la crainte qui n’est pas que fantasmagorique d’un lâchage américain du Royaume.

Le retour de bâton possible qui pourrait en résulter pour Ryadh est qu’en s’en prenant aussi franchement à l’industrie du gaz de schiste étasunienne et aux multinationales du pétrole, elle a pris le risque d’encourager et de renforcer les lobbys qui prônent le désengagement américain à son égard. Les émirs saoudiens présument un peu trop de la puissance que le pétrole confère à leur monarchie et semblent persuadés qu’elle peut leur permettre de contraindre l’Amérique à réviser sa politique énergétique. Il y a fort à parier que les Etats-Unis se chargeront le moment opportun pour eux de leur démontrer qu’ils ont bâti leur stratégie sur un mirage.

Kharroubi Habib

»» http://www.tamoudre.org/strategie-et-mirage/opinions/
URL de cet article 27827
  

Histoire de ta bêtise
François Bégaudeau
PREFACE D’abord comme il se doit j’ai pensé à ma gueule. Quand en novembre les Gilets jaunes sont apparus pile au moment où Histoire de ta bêtise venait de partir à l’imprimerie, j’ai d’abord craint pour le livre. J’ai croisé deux fois les doigts : une première fois pour que ce mouvement capote vite et ne change rien à la carte politique que le livre parcourt ; une second fois pour que, tant qu’à durer, il n’aille pas jusqu’à dégager Macron et sa garde macronienne. Pas avant le 23 janvier 2019, date de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin.

Henry Ford (1863-1947)

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.