RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Syrie : les cartes se sont redistribuées

Depuis quelques jours, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), duquel il faut toujours dire qu’il « s’appuie sur un vaste réseau de militants et de sources médicales civiles et militaires », n’a plus tellement d’informations et ne produit plus que des hypothèses et des suppositions mêlées de ses « inquiétudes » londoniennes.

Qu’à cela ne tienne, il continue d’être cité et de servir de référence. Samedi dernier, l’un de ses communiqués fait le tour de la presse mondialisée, où il se pose cette question : « Où sont les centaines de civils et de blessés qui ont fui Qousseir pour se réfugier à Boueida al-Charqiya ? On n’a aucune nouvelle d’eux. »

Les journaux, qui l’ont reprise, avaient pourtant tout le loisir de s’enquérir des faits à partir de reportages-live des localités citées. Ils seraient au moins plus avancés sur la chose. Mais en ont-ils l’intention ? Certainement que non, puisqu’ils se réfèrent aussi à l’OSDH en tant que source sur l’offensive de l’armée syrienne qui, pourtant, est officiellement annoncée sur tous les canaux disponibles, accompagnée d’images et de déclarations. Et bien non ! On ne change pas d’agence, fut-elle coupée de tout, quand on en a fait « la voix de la vérité » depuis le début de la guerre propagandiste. Et puis, à la guerre comme à la guerre, tous les coups sont permis, même au prix du discrédit le plus profond. Un exercice auquel se livre Le Monde qui perd tout sens de la mesure, au point de rivaliser avec la télévision de l’émir qatari, Al Jazeera. Comme on a pu s’en convaincre avec l’incroyable prétention de ses reporters de s’ériger en spécialistes accrédités des armes chimiques. Hier, c’est au service d’un professeur des universités à Sciences Po qu’il fait appel, une coutume qui s’installe, si on tient compte du fait que cela a été fait récemment concernant l’Algérie. Cette fois-ci, c’est à propos de la Syrie qu’un docte personnage livre un article intitulé « La Syrie passe sous contrôle de l’Iran et du Hezbollah ». Très accrocheur, le titre. Mais on s’attendrait plutôt à une analyse circonstanciée et fouillée du sujet. On est vite déçu, car le texte débute en reportage de guerre. Ce qui est pour le moins inattendu d’un enseignant qui n’a pas bougé de son bureau. « L’essentiel de la contre-insurrection urbaine est assuré par les commandos du Hezbollah, encadrés par les pasdarans iraniens – gardiens de la révolution – alors que l’armée du dictateur syrien assure le soutien de l’artillerie et de ses blindés. » Comme s’il y était et plus que cela. Il ose cette description des combats quand même l’OSDH et ses relais médiatiques sont plus circonspects sur l’appui du mouvement de résistance libanais à l’armée syrienne. Ensuite, il peut tout se permettre pour atteindre l’objectif qu’il s’est assigné, celui de mettre face à face les chiites et les sunnites, seuls sur le terrain.

Exit les « révolutionnaires laïcs » de ce qui est appelé ALS, exit le pouvoir syrien laïc lui aussi, plus que le Hezbollah et le front Ennosra. Pour que tombe ce cri du cœur : « Il faut sauver au plus tôt le peuple syrien du choc entre les apprentis sorciers de la fin des temps. » Toute la détresse non pas d’un intellectuel préoccupé de l’humain, mais d’un colonialiste privé de sa victoire.

Ahmed Halfaoui

»» http://www.lesdebats.com/editions/100613/les%20debats.htm
URL de cet article 20939
  

1914-1918 La Grande Guerre des Classes
Jacques R. PAUWELS
Dans l’Europe de 1914, le droit de vote universel n’existait pas. Partout, la noblesse et les grands industriels se partageaient le pouvoir. Mais cette élite, restreinte, craignait les masses populaires et le spectre d’une révolution. L’Europe devait sortir « purifiée » de la guerre, et « grandie » par l’extension territoriale. Et si la Première Guerre mondiale était avant tout la suite meurtrière de la lutte entre ceux d’en haut et ceux d’en bas initiée dès 1789 ? C’est la thèse magistrale du nouveau (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"cette cloture a été placée pour votre protection. Ne vous en approchez pas, ne tentez pas de la traverser ou nous vous tirerons dessus".

panneau (en anglais) accroché sur une cloture de fils de fer barbelés qui entoure la ville d’Abu Hishma (Irak)

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.