RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Tunisie : La feuille de route pour sauver le pays de la banqueroute

La mise en parallèle du déficit commercial structurel avec les importations des produits de bases que sont ceux de l’agriculture et de l’énergie fossile, montre bien que l’avantage comparatif, dont bénéficie la Tunisie en énergie solaire, constitue une opportunité indéniable pour mettre à profit un développement durable et écologique digne ce siècle et qui sera salutaire pour la nouvelle Démocratie naissante !

Prologue : Déficit commercial et importation des Produits de Base

Unité = Milliard de Dinars Tunisiens

Importation des produits de Base :

AnnéeAgricolesÉnergiesTotalD.commercial
20103,23,878,3
201144,88,88,6
20124,36,410,711,6

Ici apparaît, bien clairement dans ce tableau, les éléments majeurs à travers lesquels on peut analyser les maux ‘structurant ‘ l’économie tunisienne !

Le déficit de la balance commerciale est justifié, majoritairement, par l’importation des produits de base. Ce déficit est allé crescendo depuis 1960, où il était de l’ordre de 30 M, jusqu’à atteindre 11,6 MD en 2012. Le long de cette très longue période, notre balance commerciale n’a jamais été excédentaire !

1) Les produits agricoles :

La majorité des produits agricoles importés n’est pas étrangère à notre agriculture : Blés, orges, sucre, huile alimentaire, légumineuses, graines oléagineuses, viandes, coton, fruits secs,riz etc… Au contraire, on est capable d’en produire sur nos terres. Par exemple pour ce qui est de nos blés, ils sont considérés, pour la rive nord méditerranée, comme améliorant, vu leurs qualités intrinsèques, étant gavés de soleil : minimum de poids spécifique 80 kg/Hl, minimum du taux de protéine 15 %, alors que pour nos importations la moyenne est, respectivement de 75 kg /Hl et 11 %....

En effet les 3/4 de notre ration alimentaire sont importés. L’eau virtuelle importée dans ses produits dépasserait les 18km3 !

2) Les produits énergétiques :

Ils sont constitués majoritairement par du gaz naturel servant comme combustible pour nos centrales électriques. Là c’est un problème résultant de la gestion chaotique de nos ressources naturelles. Rien qu’à penser à l’énergie solaire et ce qu’elle dispense sur nos terres, ça donne le tournis à toute être sensé de la rive nord, mais ça laisse de marbre, notre intelligentsia et nomenklatura, toutes obédiences confondues, même celle apparu après la Révolution !

Incompréhension, malgré la Révolution

Pour la chienlit des Partis poste révolutionnaires qui caractérise le paysage politique, il vaut mieux parler d’un panier à crabes, leur joute ressemble à un combat de nuit dans un sombre tunnel où tous les mauvais coups sont permis, mais dont 80% des cas, ils sont assénés au Pays qui les couve, les nourri et les chéri !

Ne se résignons pas, à ce que semble adopter notre nomenklatura, comme leitmotiv : un problème non posé est à 100 % résolu, mais plutôt adoptons, ce que prêchaient nos vénérés enseignants d’antan : un problème bien posé est à moitié résolu ! Donc voyons une solution simple, naïve diraient certains, peut être, pour sortir de cette impasse structurelle dans laquelle le pays patauge tout en faisant du surplace.

Pour un modèle économique de développement durable

Le modèle économique suivi jusqu’alors, basé sur la fourniture du travail à l’export /offshore a montré ses limites : au moindre pépin l’investisseur prend la poudre d’escampette ! Et si on travaillait pour produire les biens qu’on importait, tel que notre nourriture, on ne risque pas de chômer, car nos concitoyens sont toujours là pour participer à les produire et s’en régaler !

a) Eau comme potion salutaire :

Notre agriculture doit reprendre le rôle qui est le sien : nourrir la population en pourvoyant à la fourniture de la majorité des ingrédients du bol alimentaire.

Pour ce faire, ce n’est pas nos cinq millions d’hectares qui font défaut, car, ceux là, bien irrigués fourniraient du cinq tonne à l’hectare comme ceux de Sicile et de Sardaigne toutes proches ; mais c’est plutôt l’élément fondamental, qu’est l’eau, qui nous manquait de trop. En effet nos ressources internes d’eau renouvelable ne cessent de se réduire au cours de ses dernières décennies pour raison de changement climatique entre autres. Elles sont estimées, pour 2011 à 335 m3/habitant/an alors que, selon la F A O, le seuil de vulnérabilité d’un pays, n’est dépassé, qu’au-delà d’une dotation de 2000 m3 ! Le Gap est abyssal personne n’en disconvient ! Mais la réalisation des objectifs de la Révolution passe inéluctablement par cette voie. Tout autre modèle de développement consacrerait les choix désuets avec confirmation de notre dépendance à l’outre mer ! Le bal continue de notre oligarchie auprès des chancelleries en est la parfaite illustration.

b) Soleil, don du ciel :

Il est indéniable que notre pays bénéficie d’un avantage comparatif en rayonnement solaire, puisque la moyenne qui y est reçu se situe à 2000 KWh/an/m² alors que celle de l’U E ne dépasserait pas la moitié ! Ce qui n’a pas empêché l’Allemagne de s’équiper en centrales solaires de 35 GW en PV !

La consommation moyenne annuelle d’électricité de nos ménages ne dépasse pas les 2000 kWh !

C’est depuis l’an 2000 que l’exploitation de cette énergie sous forme d’électricité Photovoltaïque fut bien maîtrisée. En outre, la technique ne cesse de s’améliorer et les rendements varient de 18 % pour le PV à 65 % pour le CSP. L’emploi de cette énergie pour le dessalement de l’eau de mer, est avéré. L’équipement idoine d’un km² de nos terres/mer du sud fournirait, annuellement, 60 millions de mètres cubes d’eau douce, extraite de la mer et 250 millions de KWh !

Notre consommation électrique pour 2012 est de 15 milliard de KWh, nos besoins en eau s’élèveraient à 18 km3, ils seraient ainsi couverts par l’énergie solaire…

c) Mesures à très court terme :

  • Réduction des subventions :

Les subventions du secteur énergétique sont devenues insupportables, ce que ne cessent de répéter nos responsables ! Sachant que plus de 60% de nos exportations se font sous le régime offshore ! Alors que leur consommation d’énergie électrique se fait en tarification locale subventionnée. Commençons par leur donner le choix d’être livrées au tarif réel ou de s’équiper en PV solaire renouvelable pour couvrir leurs besoins, de façon partiel ou total, comme auto-producteur. Dans trois mois on verra les toits de leurs usines fleurir en installation PV aussi ! Sortons des stéréotypes concoctés sous l’Ancien régime et faisons savoir à nos partenaires que le progrès est digne de notre contrée aussi !

On verra ainsi, ces subventions tant décriées, fondre comme neige au soleil, et l’État éviter de dépenser pas mal d’oseilles !

  • Nouveau Code des Investissements :

Que le nouveau code d’investissements en gestation prévoit un article pour ce paramètre d’énergie solaire ! Un atout majeur qui peut booster le site d’investissement Tunisie : Énergie gratuite solaire pour tout nouveau projet industriel voulant s’implanter sur nos terres irriguées par un minimum de 2000 kWh/an/m², et ce en s’auto-équipant sous le régime d’autoconsommation pour couvrir ses besoins en énergie électrique. En effet ses zones dite défavorisées et marginalisées, correspondent bien aux régions les mieux lotis en rayonnement solaire aussi ! Elles seront attractives par cet atout indéniable ! Pour ceux voulant s’installer ailleurs ils verront leur consommation électrique facturée au tarif réel !

Conclusion

Ainsi en tablant sur une décennie de mobilisation tout azimut, pour réaliser les programmes ci-haut décrits, notre pays aurait une balance commerciale équilibrée, assurerait son autosuffisance alimentaire et énergétique, résorberait totalement son chômage endémique, refleurirait ses campagnes, arrêterait la dégradation et l’érosion de ses côtes, stopperait la désertification et mettrait un terme à l’élévation du niveau des eaux de la méditerranée tout en montrant le chemin du progrès à nos voisins, pétris, eux aussi, de stress hydrique ! Alors là on sera sûr que les objectifs de la Révolution de la Dignité seront bel et bien atteints !

Mohamed Cheikhalifa
Macro-économiste

URL de cet article 23722
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
L’écologie réelle
Guillaume SUING
Des premières aires naturelles protégées (zapovedniki) en 1918 jusqu’au plus grand plan d’agroforesterie au monde en 1948, avant que Nikita Khrouchtchev ne s’aligne sur le modèle intensif américain dans les années soixante, c’est toute une écologie soviétique qui fut jadis raillée par les premiers zélateurs occidentaux de l’agriculture « chimique ». Cette « préhistoire dogmatique », pourtant riche d’enseignements pour l’époque actuelle, est aujourd’hui totalement passée sous silence, y compris dans le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Croire que la révolution sociale soit concevable... sans explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes politiquement inconscientes contre le joug seigneurial, clérical, monarchique, national, etc., c’est répudier la révolution sociale. C’est s’imaginer qu’une armée prendra position en un lieu donné et dira "Nous sommes pour le socialisme", et qu’une autre, en un autre lieu, dira "Nous sommes pour l’impérialisme", et que ce sera alors la révolution sociale !

Quiconque attend une révolution sociale “pure” ne vivra jamais assez longtemps pour la voir. Il n’est qu’un révolutionnaire en paroles qui ne comprend rien à ce qu’est une véritable révolution.

Lénine
dans "Bilan d’une discussion sur le droit des nations", 1916,
Oeuvres tome 22

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.