RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Ce n’est pas une lutte entre pays, c’est une lutte de classes »

Un plan B pour une Europe des peuples

Quelques semaines après les rencontres internationalistes du Plan B de Paris en janvier et du lancement de « Diem » à Berlin début février, le Plan B madrilène reprend le flambeau et poursuit la mission de recomposition de la gauche européenne tout en dépassant les clivages qui mettent en péril le projet commun d’une Europe réellement démocratique au service des peuples.

En réponse à l’Appel contre les politiques d’austérité et la « dettocratie » signé par plus de 13 000 personnes, dans un contexte politique espagnol extrêmement instable deux mois après les législatives du 20 décembre, les rencontres du Plan B pour l’Europe se sont déroulées au Centre Social et Culturel Matadero |1| de Madrid du 19 au 21 février dernier.

Il s’agit selon cet appel de « créer un espace de confluence au sein duquel tous les mouvements, les personnes et les organisations qui s’opposent au modèle actuel d’Union européenne puissent discuter et élaborer un agenda commun d’actions, de projets et d’objectifs. Ceci dans le but principal de rompre avec le régime d’austérité de l’UE et de démocratiser radicalement les institutions européennes, en les mettant au service des citoyens. » Même si certains signataires, tel la CUP de Catalogne, ne croient pas à une supposée démocratisation des institutions européennes et préfèrent parler d’une refonte totale plutôt que d’une réforme, tous appuient l’initiative. A ce propos, Marina Albiol, eurodéputé de Izquierda Unida affirme clairement : « Cette Europe n’est pas réformable. C’est pour cela que nous sommes venu la briser, briser ses normes et récupérer ce qu’ils nous ont volé ». « Nous ne nous trompons pas d’ennemis. Ce n’est pas une lutte entre pays, c’est une lutte de classes » conclut-elle.

Le réseau CADTM Europe était bien représenté avec une délégation de Belgique, France, Grèce, Pologne et Ukraine, et a participé activement aux deux ateliers sur l’audit de la dette |2| et différentes réunions. Ce fut aussi l’occasion de présenter le livre nouvellement édité en espagnol sur la construction européenne au service des marchés financiers (voir en espagnol : « Construcción europea al servicio de los mercados financieros ») dont les auteurs sont actifs au sein de la PACD (Plateforme d’Audit Citoyen de la Dette en Espagne) et du CADTM.

Articulé autour de 4 forums intitulés « L’Union européenne comme champ de bataille », « Égalité des droits dans un monde limité », « Une économie pour construire une autre Europe », « Transformer les institutions et nouvelles formes de démocraties » et de nombreux ateliers regroupés par axes thématiques (« Non à la Dettocratie », « Dernier appel... face à la crise écologique globale ? », « Le Plan B sera féministe ou ne sera pas », « #RefugeesWelcome : une Europe sans barrières ni racisme », « Alternatives au régime de commerce et d’investissement », « Le projet européen, entre monnaie et démocratie » ou « Droits sociaux et droits du travail »), des alternatives aux politiques d’austérité en cours en Europe ont été clairement avancés.

Faisant parfois penser à un « mini-forum social européen », près de 3 000 personnes, selon les organisateurs, se sont retrouvé pour tirer les leçons de la capitulation de Syriza qui a renié ses promesses de campagne et mettre en mouvement des alternatives. Le Plan B ouvre un espace qui était de nouveau inexistant depuis la disparition des derniers forums sociaux européens. Un espace de rencontres, de débats et d’organisation de la gauche pour avancer des stratégies et un calendrier commun de mobilisations, notamment le 28 mai, date anniversaire de la fin sanglante de la Commune de Paris, |3| qui a été choisie pour affirmer aux quatre coins de l’Europe notre refus de l’austérité imposée par la Troika.


Couverture médiatique inappropriée

La personnalisation démesurée de certaines figures emblématiques lors d’événements politiques majeurs, dissimule trop souvent le travail colossal de centaines de collectifs hyper actifs sans budget ni en quête de notoriété. Comme à leur accoutumée, les médias mainstream ont personnalisé l’événement et se sont focalisé sur l’ex-ministre des finances, Yanis Varoufakis, venu présenter son « DiEM 25 » (Democracy in Europe Movement 2025), ébauche d’un mouvement transnational qui veut démocratiser l’Europe. Varoufakis a appelé à la formation de « Brigades internationales pour rendre la démocratie à l’Europe », assurant que l’important était, pour le prochain gouvernement d’Espagne, qu’il soit capable de « dire « no pasaran » à Bruxelles ». On déplore cependant le peu d’écho du Plan B de Madrid en général dans la presse commerciale. |4| Les paroles retentissantes de Zoé Konstantopoulou, l’ancienne présidente du parlement grec, appelant les gouvernements européens à ne pas payer la dette, considérant qu’elle relève d’un mécanisme « illégal et illégitime qui génère austérité et pauvreté » n’ont pas été relayées par les médias dominants...


Les mouvements sociaux répondent à l’appel

L’aspect positif est sans conteste celui de la participation. En plus des syndicats espagnols CGT (libertaire), ELA (pays basque), Intersindical Valenciana (Pays Valencien) et du reste de l’Europe, de nombreux mouvements sociaux étaient représentés tels la coordination des affectés par l’hypothèque (PAH), ATTAC, la « Marée blanche » qui lutte pour une santé de qualité et contre sa privatisation, les travailleurs en lutte de Coca-Cola /Madrid, Via Campesina, la Marche Mondiale des Femmes, Ecologistas en Acción, Precarios Inflexiveis du Portugal, le Tribunal Permanent des Peuples, etc. Ont participé par ailleurs, de nombreux députés et responsables politiques de différentes formations comme Podemos (Miguel Urbán et Lola Sánchez, eurodéputés), Izquierda Unida-Unidad Popular (Alberto Garzón et Sol Sánchez, députés), Equo, Compromís (Mònica Oltra) Barcelona en Comú (Gerardo Pisarello) ou Ahora Madrid (Carlos Sánchez Mato) en Espagne, Unité Populaire en Grèce, Die Linke d’Allemagne, Parti de Gauche en France, Left Party de Suède, Bloco d’Esquerda du Portugal...

Les mouvements et organisations qui luttent contre l’asservissement de la dette sont venus en nombre pour se coordonner et relancer le réseau ICAN (International Citizen Debt Audit Network) : les coordinations d’Audit Citoyen de la Dette de différents pays (PACD-Espagne, Jubilee UK, CAC France, Acide Belgique) et les organisations internationales (Eurodad, CADTM) se sont retrouvé avec de nouveaux intéressés venant d’Italie, Suisse, Pologne et Ukraine. La relance de ce réseau est bienvenue car il peut aider à faire connaître les expériences et problématiques d’autres pays, coordonner des campagnes internationales, populariser le non paiement de dette illégitimes, faire exemple et renforcer le mouvement populaire... |5|

Comme le dit bien Eric Toussaint, porte-parole du CADTM, « le défit de ce projet consiste à construire un mouvement radical et de rupture au niveau européen », ce qui signifie « désobéir aux créanciers ». Il faut abroger l’article 135 de la Constitution espagnole et ne pas payer la dette illégitime. Quelques jours après le Plan B de Madrid, celui-ci appelle à une « rébellion démocratique » sur le continent, à la « désobéissance civile face aux Institutions ».

Notes

|1| Anciens abattoirs reconvertis en un immense Centre culturel de la capitale.

|2| Lire le compte-rendu, Ateliers sur l’audit citoyen de la dette au Plan B de Madrid de Jérémie Cravatte.

|3| Le 28 mai 1871 succomba la dernière barricade de la Commune de Paris au terme de la « semaine sanglante » durant laquelle près de 30 000 communards sont écrasés et exécutés en masse.

|4| A ce jour, nous n’avons rien vu de publié dans le journal au plus fort tirage, El País, par exemple...

|5| Lire à ce propos le Compte-rendu de Chiara Filoni, Cinquième rencontre d’ICAN : des énergies retrouvées !

»» http://cadtm.org/Un-plan-B-pour-une-Europe-des
URL de cet article 30025
  

Même Thème
En finir avec l’eurolibéralisme - Bernard Cassen (dir.) - Mille et Une Nuits, 2008.
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un court ouvrage collectif, très dense, publié suite à un colloque organisé par Mémoire des luttes et la revue Utopie critique à l’université Paris 8 en juin 2008, sous la direction de Bernard Cassen, fondateur et ancien président d’ATTAC, à qui, on s’en souvient, le "non" au référendum de 2005 doit beaucoup. La thèse centrale de cet ouvrage est que l’« Europe » est, et a toujours été, une machine à libéraliser, au-dessus des peuples, contre les peuples. Dans "La fracture démocratique", (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La différence entre l’homme politique et l’homme d’État est la suivante : le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération.

James Freeman Clarke

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.