RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
La loi des USA imposée à tous.

Une filiale de Lactalis sanctionnée pour non respect du blocus contre Cuba.

L’agence nord-américaine chargée de traquer ceux qui font affaire avec Cuba vient de condamner la compagnie Lactalis USA, une filiale étatsunienne du géant français Lactalis, à payer une amende de
20 950 dollars.

Selon des médias de Miami, le Bureau du contrôle des avoirs étrangers (OFAC) du département du Trésor des Etats-Unis a infligé cette sanction à la compagnie de fromages et produits laitiers parce qu’elle a transgressé les règlements imposés par le blocus contre Cuba. Il lui est reproché d’ « avoir effectué des transferts bancaires électroniques dans une entreprise dans laquelle Cuba ou un citoyen cubain avait des intérêts », entre le mois de février 2004 et le mois de mars 2007.

Le 16 janvier dernier, l’OFAC a publié un communiqué dans lequel il précise certains « aspects juridiques » qui durcissent encore la réglementation sur les voyages à Cuba. Ces nouvelles restrictions pénalisent les compagnies nord-américaines spécialisées dans les vols charters et dans les envois d’argent aux familles cubaines, de même que les agences de voyage.

Le Bureau de contrôle des avoirs étrangers n’est qu’une facette de l’énorme machine agressive mise en place par les différentes administrations nord-américaines contre Cuba. A travers cette agence, le département du Trésor peut espionner ses propres citoyens de même que tout citoyen étranger qui maintiennent des relations avec Cuba. Depuis des décennies, l’OFAC alloue des sommes considérables et une bonne partie de son personnel pour espionner, traquer et faire condamner des individus, des entreprises et des organismes qui font affaire avec Cuba. (D’après JGA pour Granma). (*)

OTAN en emporte le vent du sud.

Aux dernières nouvelles, après avoir envoyé Jack Lang à Cuba (où Raúl Castro l’a reçu, mais pas Fidel), Nicolas Sarkozy fait rentrer la France dans l’OTAN, une organisation belliqueuse commandée par les USA.

Pendant ce temps, des ministres de la Défense sud-américains, réunis le 10 mars à Santiago du Chili pour le premier Conseil de défense sud-américain (CDS), ont convenu que les Etats-Unis doivent lever le blocus économique injuste contre Cuba, imposé depuis près de 50 ans.

Le vice-président et ministre de la Défense du Venezuela, Ramon Carrizalez, a affirmé que l’ensemble de la communauté internationale condamne ce blocus ainsi que les mesures arbitraires des Etats-Unis contre l’île.

De son côté, le ministre de la Défense du Brésil, Nelson Jobim, consulté par des journalistes sur la possibilité de donner aux Etats-Unis un statut d’observateur auprès du mécanisme défensif de l’Union des nations sud-américaines (UNASUR), a déclaré que Washington « ne pourra voir son statut évoluer auprès de la région tant que le blocus contre Cuba sera maintenu ».

Pour le ministre uruguayen, José Bayardi, Cuba ne constitue aucune menace contre la sécurité des Etats-Unis et la politique de Washington envers Cuba est davantage déterminée par le lobby interne cubano-américain que par une analyse à froid.

Pour sa part, Walker San Miguel, ministre bolivien de la Défense, a indiqué qu’il s’agit de mesures qui affectent le peuple cubain, avant de souligner : « Nous condamnons toutes ces mesures hégémoniques. »

Abâtardissement médiatico-politique hexagonal.

Dans l’Hexagone, il n’est pas rare d’entendre les consommateurs de nos médias susurrer finement, quand la situation économique de Cuba est évoquée : « Le blocus n’explique pas tout ». Litote par laquelle ils suggèrent qu’il n’explique rien et qui les dispense de dire ce qu’il explique. On a même vu le directeur d’un hebdomadaire qui se veut sans dieu ni maître, jurer qu’il vomirait s’il serrait la main, non pas de l’assiégeant (dont il ne parle pas), mais d’un dirigeant de l’île, préférant ainsi implicitement les très catholiques dominateurs potentiels aux ex-dominés opposés au retour des missionnaires bottés.

La conclusion est tristounette : la France offre aux pays du tiers monde l’image de sa grandeur morale passée (Révolution, Front populaire, Résistance, mai 68 et même de son « non » au référendum sur l’Europe) et de l’abâtardissement présent de sa classe médiatico-politique.


(*) Note du Grand Soir : les moyens considérables mis en oeuvre pour "traquer" les fonds cubains ont même étonné des membres du Congrés US qui ont "découvert" que l’OFAC consacrait 5 fois plus de moyens en personnel à traquer les fonds cubains que les fonds de (feu) Saddam Hussein et d’Al Qaeda réunis.

EN COMPLEMENT
Sur le blocus/embargo contre Cuba : http://viktor.dedaj.perso.neuf.fr/spip.php?rubrique6

URL de cet article 8208
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Auteur
ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Chaque fois que nous sommes témoins d’une injustice et que nous n’agissons pas, nous entraînons notre caractère à être passif en sa présence et nous finissons par perdre toute capacité de nous défendre et de défendre ceux que nous aimons. Dans une économie moderne, il est impossible de s’isoler de l’injustice."

Julian Assange - Wikileaks

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.