Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

"Aube de l’odyssée" ?

Une nouvelle opération coloniale contre la Libye

batterie italienne près de Gargaresh, Libye (1912)

Après avoir bloqué par un veto solitaire une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui condamnait l’expansionnisme colonial d’Israël dans la Palestine occupée, à présent les USA se posent à nouveau en interprètes et champions de la « communauté internationale ». Ils ont convoqué le Conseil de sécurité, non pas pour condamner l’intervention des troupes saoudiennes au Bahrein mais pour exiger et finalement imposer le lancement de la « no-fly zone » et d’autres mesures de guerre contre la Libye.

D’ailleurs, quelques mesures de guerre avaient déjà été entreprises unilatéralement par Washington et par certains de ses alliés : comme le démontrent l’approche de la flotte militaire étasunienne au large des côtes libyennes et le recours à l’instrument colonialiste classique de la politique de la canonnière. Mais Obama ne s’est pas arrêté là  : ces jours derniers il avait plusieurs fois intimé à Kadhafi de façon menaçante d’abandonner le pouvoir ; il avait appelé l’armée libyenne à opérer un coup d’Etat. L’aspect le plus grave est encore ailleurs. Avec la Grande Bretagne et la France, les USA ont depuis quelques temps lâché leurs agents pour mettre les fonctionnaires libyens face à un dilemme : ou passer du côté des rebelles ou bien être déférés à la Cour pénale internationale et passer le reste de leur vie en prison, en tant que responsables de « crimes contre l’humanité ».

Pour couvrir la reprise des plus infâmes pratiques colonialistes, l’habituel, gigantesque appareil multimédia de manipulation et désinformation s’est déchaîné. Et, pourtant, il suffit de lire avec un minimum d’attention la presse bourgeoise elle-même pour s’apercevoir de la tromperie. Jour après jour on a répété que les avions de Kadhafi bombardaient la population civile. Or voici ce qu’écrivait Guido Ruotolo sur La Stampa du 1er mars (p. 6) : « C’est vrai, il n’y a probablement eu aucun bombardement ». La situation a-t-elle radicalement changé les jours suivants ? Sur le Corriere della Sera du 18 mars (p. 3) Lorenzo Cremonesi rapporte de Tobrouk : « Et comme il est arrivé déjà dans les autres localités où l’aviation est intervenue, il s’est agi tout au plus de raid d’avertissement. "Ils voulaient faire peur. Beaucoup de bruit mais pas de dégât", nous a dit par téléphone un des porte-parole du gouvernement provisoire ». Ce sont donc les révoltés eux-mêmes qui démentent le « génocide » et les « massacres » invoqués pour justifier l’intervention « humanitaire ».

A propos des révoltés. Jour après jour ils sont célébrés comme des champions de la démocratie dans toute sa pureté, mais voici en quels termes a été racontée leur retraite face à la contre-offensive de l’armée libyenne par Lorenzo Cremonesi sur le Corriere della Sera du 12 mars (p. 13) : « Dans la confusion générale, des épisodes, aussi, de saccage. Le plus visible est celui de l’hôtel El Fadeel, où ils ont emporté des téléviseurs, des couvertures, des matelas en transformant les cuisines en poubelles, les couloirs en bivouacs crasseux ». Il ne semble pas que ce soit vraiment le comportement d’un mouvement de libération ! Le moins qu’on puisse dire est que la vision manichéenne du conflit en Libye n’a aucun fondement.

De plus. On dénonce chaque jour les « atrocités » de la répression en Libye. Et lisons maintenant ce qu’écrit sur l’International Herald Tribune, à propos du Bahrein, Nicholas D. Kristof : « Pendant ces dernières semaines j’ai vu des cadavres de manifestants, tués presque à bout portant par des coups d’armes à feu, j’ai vu une jeune fille se tordre de douleur après avoir été tabassée, j’ai vu le personnel d’ambulances être frappé pour avoir tenté de sauver des manifestants ». Encore : « Une vidéo du Bahrein semble montrer des forces de sécurité atteindre à quelques mètres d’eux, avec une grenade lacrymogène un homme pas très jeune et désarmé. L’homme tombe à terre et essaie de se relever. Ils l’atteignent alors à la tête avec une autre grenade ». Si tout cela ne suffit pas, qu’on se souvienne que « ces derniers jours les choses vont beaucoup plus mal ». Avant même que dans la répression, c’est d’abord dans la vie quotidienne que la violence s’exprime : la majorité chiite est obligée de subir un régime d’ « apartheid ».

Pour renforcer l’appareil de répression sont à l’oeuvre des « mercenaires étrangers » et des « chars d’assaut, armes et gaz lacrymogènes » étasuniens. Le rôle des USA est décisif, comme l’explique le journaliste de l’ International Herald Tribune, en rapportant un épisode qui est en lui-même éclairant : « il y a quelques semaines un de mes collègues du New York Times, Michael Slackman, a été capturé par les forces de sécurité du Bahrein. Il m’a raconté qu’on a même pointé les armes sur lui. Craignant que quelqu’un ne tire, il sortit son passeport et cria qu’il était journaliste américain (étasunien, NdT). A partir de là l’humeur changea tout d’un coup ; le leader du groupe s’approcha et prit la main de Slackman, en s’exclamant chaleureusement : « Ne vous inquiétez pas ! Nous, nous aimons les américains ! ».

En effet la Cinquième flotte étasunienne est basée au Bahrein : il n’est même pas utile de dire qu’elle comme devoir de défendre ou imposer la démocratie : évidemment, pas au Bahrein ni même au Yémen, mais seulement... en Libye et dans les pays qui, tour à tour, sont pris dans le collimateur de Washington.

Pour répugnante que soit l’hypocrisie de l’impérialisme, elle n’est pas une raison suffisante pour passer sous silence les responsabilités de Kadhafi. Même si historiquement il a eu le mérite d’avoir chassé la domination coloniale et les bases militaires qui pesaient sur la Libye, il n’a pas su construire un groupe dirigeant suffisamment large. De plus, il a utilisé les profits pétroliers pour bâtir d’improbables projets « internationalistes » à l’enseigne du « Livre vert », au lieu de développer une économie nationale, moderne et indépendante. Et a ainsi été perdue une occasion en or de mettre fin à la structure tribale de la Libye et au dualisme de vieille date entre Tripolitaine et Cyrénaïque, et d’opposer une solide structure économico-sociale aux manoeuvres renouvelées et aux pressions de l’impérialisme.

Et nous avons cependant d’un côté un leader du Tiers Monde qui de façon grossière, confuse, contradictoire et bizarre suit une ligne d’indépendance nationale ; de l’autre un leader qui, à Washington, exprime de façon élégante, polie et sophistiquée les raisons du néo-colonialisme et de l’impérialisme : eh bien, seul celui qui est sourd à la cause de l’émancipation des peuples et de la démocratie dans les rapports internationaux, ou même celui qui se laisse guider par l’esthétisme plutôt que par le raisonnement politique, peut se ranger avec Obama (et Cameron et Sarkozy) !

Mais, en fait, est-il réellement élégant et fin cet Obama qui, bien que décoré du prix Nobel de la paix, ne prend pas un seul instant en considération la sage proposition des pays sud-américains, c’est-à -dire l’invitation de Chavez et d’autres, adressée aux deux parties en lutte en Libye pour qu’ils fassent un effort pour la solution pacifique du conflit et pour le salut et l’intégrité territoriale du pays ? Immédiatement après le vote à l’ONU, allant au-delà de la proposition à peine votée, le président des USA a lancé un ultimatum à Kadhafi et a eu la prétention de le lancer au nom de la « communauté internationale ». Depuis toujours, l’idéologie dominante révèle son racisme en identifiant l’humanité avec l’Occident ; mais cette fois sont exclus de la « communauté internationale » non seulement les deux pays les plus peuplés du monde, mais même un pays-clé de l’Union européenne. En se posant comme interprète de la « communauté internationale », Obama a montré une arrogance raciste pire encore que celle dont faisaient preuve dans le passé ceux qui ont réduit en esclavage ses ancêtres.

Est-il élégant et fin ce Cameron qui, pour vaincre chez lui l’opposition à la guerre, répète jusqu’à l’obsession que celle-ci répond aux « intérêts nationaux » de la Grande Bretagne, comme si les appétits pour le pétrole libyen n’étaient pas déjà clairs ? Qui ne sait que ces appétits sont devenus plus voraces encore, depuis que la tragédie du Japon a jeté une ombre pesante sur l’énergie nucléaire ?

Et que dire enfin de Sarkozy ? Sur les journaux on peut lire tranquillement qu’au-delà du pétrole, il pense aux élections : combien de Libyens le président français a-t-il besoin de tuer pour faire oublier ses scandales et ses gaffes et s’assurer ainsi une réélection ?

Les journalistes et les intellectuels de cour aiment dépeindre un Kadhafi isolé et harcelé par un peuple largement uni : mais pour qui a suivi les événements, il n’a pas été difficile de se rendre compte du caractère grotesque de cette représentation. Le récent vote au Conseil de sécurité a démasqué une autre manipulation : celle qui fabule sur une « communauté internationale » unie dans la lutte contre la barbarie. En réalité, se sont abstenus en exprimant de fortes réserves, la Chine, la Russie, le Brésil, l’Inde et l’Allemagne ! Les deux premiers pays ne sont pas allés au-delà de l’abstention et n’ont pas mis leur veto pour une série de raisons : mais il ne faut pas perdre de vue qu’il n’est toujours pas facile et que cela peut comporter des problèmes de divers types de défier la superpuissance solitaire. Et il ne s’agit évidemment pas que de cela : la Chine et la Russie ont obtenu en échange le renoncement à l’envoi de troupes de terre (et d’occupation coloniale) ; elles ont évité des interventions militaires unilatérales de Washington et de ses alliés les plus proches, comme les interventions opérées contre la Yougoslavie en 1999 et en Irak en 2003 ; elles ont essayé de contenir les manoeuvres des cercles les plus agressifs de l’impérialisme qui voudraient délégitimer l’ONU et mettre à sa place l’OTAN et l’ « Alliance des démocraties » ; et, qui plus est, une contradiction s’est ouverte au sein de l’impérialisme occidental conduit par les USA, comme le montre le vote de l’Allemagne.

Si l’on se réfère à un pays comme la Chine dirigé par un parti communiste, on doit observer que le compromis qu’elle a voulu accepter n’engage en aucune manière les peuples du monde. Comme l’avait expliqué en son temps Mao Zedong, les exigences de politique internationale et les propres compromis de pays d’orientation socialiste ou progressiste sont une chose, une autre par contre est la ligne politique de peuples, classes sociales et partis politiques qui n’ont pas conquis le pouvoir et ne sont donc pas engagés dans la construction d’une nouvelle société. Une chose est claire : l’agression qui se prépare en Libye rend plus urgente que jamais la relance de la lutte contre la guerre et l’impérialisme.

Domenico Losurdo
18 mars 2011

http://domenicolosurdo.blogspot.com/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

URL de cet article 13150
   
AGENDA
jeudi 14 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
samedi 16 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
mardi 19 novembre 2019
jeudi 21 novembre 2019
vendredi 22 novembre 2019
samedi 23 novembre 2019
dimanche 24 novembre 2019
samedi 30 novembre 2019
samedi 14 décembre 2019
Même Thème
Libye, OTAN et médiamensonges
Michel COLLON
Les « armes de destruction massive », ça n’a pas suffi ? Le martyre de l’Irak, frappé d’abord par les médiamensonges et ensuite par les bombes, on n’en a pas tiré les leçons ? Non, on n’en a pas tiré les leçons. On sait que les Etats-Unis ont menti sur le Vietnam, l’Irak, la Yougoslavie, l’Afghanistan et Gaza, mais on croit que cette fois-ci, sur la Libye, ils disent la vérité. Etrange. La majorité de nos concitoyens croient encore ce que l’Otan a raconté sur la Libye. Y compris les Arabes car cette fois, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au VietNam une tête coupée et un oeil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées. de tous ces prisonniers ficelés et interrogés, de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. [...]

Aimé Césaire


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.