RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Unhappy meal : Florence traduite en justice par McDo

La firme étasunienne de fast-food McDonald’s réclame des dommages et intérêts à la capitale toscane suite au refus de la ville de donner son feu vert à la construction d’un restaurant sur la célèbre Piazza del Duomo (place du Dôme).

La municipalité de Florence a refusé de donner son feu vert à la construction d’un restaurant McDonald’s sur la célèbre Piazza del Duomo, à côté d’une cathédrale vieille de plusieurs siècles. En réponse, l’entreprise a déposé un recours auprès du Tribunal administratif de la ville, lit-on dans le Wall Street Journal. L’histoire a commencé au printemps 2015, lorsque McDonald’s a déclaré souhaiter ouvrir un nouveau restaurant florentin, sur la place de la cathédrale. Le projet d’ouverture d’un McDonald’s, ce symbole de la globalisation, en plein centre de Florence, classé patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, a été vertement critiquée par l’opposition italienne et les Florentins eux-mêmes. Cette place de la ville est un lieu stratégiquement parfait pour les restaurants, étant donnée qu’elle est visitée annuellement par trois millions de touristes. Les détracteurs ont aussitôt qualifié ce projet contraire à l’identité de la ville malgré la promesse de McDo de créer un restaurant « dans le style » de la place et ont accusé la mairie de ne pas respecter ses engagements. En janvier dernier, la municipalité avait approuvé une réglementation visant à protéger « le patrimoine du centre historique » qui interdisait, entre autres, l’installation de fast-foods dans la partie historique de la ville. Ces mesures interdisent aussi aux nouveaux établissements d’utiliser des produits précuits et surgelés et leur prescrivent de s’orienter vers des producteurs locaux. Le réseau étasunien s’est déclaré prêt à réviser sa chaîne de fabrication, d’utiliser 80 % de produits locaux et de servir ses clients à table. Il n’empêche que le maire de la ville, Dario Nardella, a maintenu son refus. Ce dernier a été appuyé par une pétition signée par 24 000 habitants. A présent, c’est au tribunal administratif de Florence de trancher.

En savoir plus

URL de cet article 31129
  

L’affaire WikiLeaks - Médias indépendants, censure et crime d’État
Stefania MAURIZI
Dès 2008, deux ans après le lancement de la plateforme WikiLeaks, Stefania Maurizi commence à s’intéresser au travail de l’équipe qui entoure Julian Assange. Elle a passé plus d’une décennie à enquêter les crimes d’État, sur la répression journalistique, sur les bavures militaires, et sur la destruction méthodique d’une organisation qui se bat pour la transparence et la liberté de l’information. Une liberté mise à mal après la diffusion de centaines de milliers de documents classifiés. Les "Wars logs", ces (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le prix à payer pour être présenté par les média comme un candidat "responsable et sérieux" est généralement d’être en accord avec la distribution actuelle de la richesse et du pouvoir.

Michael Lerner

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.