Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Zimbabwe, les Blancs "voient" Noirs

Les élections présidentielles qui ont eu lieu, mercredi dernier, au Zimbabwe se sont déroulées, de l’avis du chef de la mission d’observateurs de l’Union africaine, Olusegun Obasandjo, de manière « libre, honnête et crédible ».

Les résultats de ce scrutin ont été donnés, samedi dernier, par la présidente de la commission électorale du Zimbabwe. C’est le président sortant, Robert Mugabe, qui est élu avec 61% des voix. Son rival et Premier ministre, Morgan Tsvangirai, a de son côté obtenu 34% des voix. Que le candidat malheureux dénonce des « irrégularités », il n’y a rien de plus normal. D’ailleurs, il le dit mollement et compte saisir la justice, plus pour sauver la face que pour changer le cours des événements.

Donc les Zimbabwéens ont désigné leur président de la République pour les 5 années à venir. Ce qui a été validé par l’organisation de l’Union africaine. Des chefs d’État d’Afrique ont commencé à adresser leurs félicitations au président élu, Robert Mugabe. Parmi ces chefs d’État il y a notamment, Jacob Zuma, le président sud-africain. Là où cette élection n’a pas plus, c’est en Occident. A commencer par le Royaume-Uni, l’ancienne puissance coloniale au Zimbabwe, qui demande, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, William Hague, que des « enquêtes soient menées sur les allégations de fraudes ». Emboîtant le pas, les États-Unis sont plus « royalistes ». Dans un communiqué, le secrétaire d’Etat, John Kerry, « ne pense pas que les résultats annoncés représentent l’expression crédible de la volonté du peuple zimbabwéen ». L’Union européenne ne veut pas être en reste et charge Catherine Asthon, la ministre des Affaires étrangères, pour dire que l’UE « s’inquiète des irrégularités présumées ».

Pour comprendre pourquoi l’Afrique valide des élections dans un pays africain alors que l’Occident les conteste, il faut donner un rapide coup d’oeil au rétroviseur. La Rhodésie du Sud, le racisme, le tyran Ian Smith, vous connaissez ? Alors, pour les plus jeunes nous dirons que l’actuel Zimbabwe s’appelait, du temps des colonies, Rhodésie du Sud. En 1965, les colons blancs de cette possession britannique déclarent unilatéralement « l’indépendance ». Seul l’Afrique du Sud, pays de l’apartheid à l’époque, reconnaît cette « indépendance ». Deux pays au même profil. Une minorité de Blancs qui soumet une majorité d’Africains dans leur propre pays. Robert Mugabe (qui vient d’être réélu) qui dirigeait, toujours à l’époque, la guérilla, est arrêté en 1964 et passera dix années en prison. Les colons blancs, sous la pression internationale, finissent par admettre, en 1979, la réintégration de la Rhodésie du Sud au Royaume-Uni qui organise l’année d’après des élections qui permettront à Robert Mugabe de devenir le premier Premier ministre noir du Zimbabwe. Il restera à ce poste jusqu’en 1987, année où il deviendra chef de l’État.

Depuis cette date, il est à chaque fois réélu à cette charge. Ainsi, en ont voulu les Zimbabwéens. Par contre, les colons blancs ne sont pas du même avis. Mugabe leur a repris, dès l’année 2000, les terres qu’ils occupaient pour les répartir entre les autochtones africains. Depuis, Robert Mugabe est la « bête noire » de l’Occident. Il le sait, mais en père de l’indépendance du Zimbabwe, il n’a pas l’intention de baisser les bras. Il continue de se battre pour son pays et son peuple bien qu’il soit âgé de 89 ans. Que les Zimbabwéens le réélisent quatre fois, dix fois, vingt fois, c’est leur droit le plus absolu. Que les terres reviennent à ceux qui en ont été spoliés par la colonisation, n’est que justice. Il y a là que les valeurs de la démocratie et des droits de l’homme. Quand l’Ocident est pris à son propre jeu, il perd son intelligence et fait jouer ses muscles. Voilà pourquoi l’Ocident n’est pas du même avis que l’Union africaine !

URL de cet article 21733
   
Communication aux lecteurs
Un bus pour Assange - 25 janvier - Paris/Londres

Journée de soutien à Julian Assange devant la prison de Belmarsh.

Le billet comprend l’aller-retour Paris-Londres Bus+Ferry

Infos/réservations : https://www.facebook.com/events/652271058646370/

URGENT : Il reste quelques places à prendre pour faire partir un deuxième bus.
Si vous ne pouvez pas participer, vous pouvez aider à financer une place pour quelqu’un. VOIR ICI https://www.lepotsolidaire.fr/pot/jglqu3rm

« Les déchirures » de Maxime Vivas
Maxime VIVAS
Sous ce titre, Maxime Vivas nous propose un texte ramassé (72 pages) augmenté par une préface de Paul Ariès et une postface de Viktor Dedaj (site Le Grand Soir).. Pour nous parler des affaires publiques, de répression et d’impunité, de management, de violences et de suicides, l’auteur (éclectique) convoque Jean-Michel Aphatie, Patrick Balkany, Jean-Michel Baylet, Maïté Biraben, les Bonnets rouges, Xavier Broseta (DRH d’air France), Warren Buffet, Jérôme Cahuzac, Charlie Hebdo, Jean-François Copé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"cette cloture a été placée pour votre protection. Ne vous en approchez pas, ne tentez pas de la traverser ou nous vous tirerons dessus".

panneau (en anglais) accroché sur une cloture de fils de fer barbelés qui entoure la ville d’Abu Hishma (Irak)


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.