Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Zimbabwe, les Blancs "voient" Noirs

Les élections présidentielles qui ont eu lieu, mercredi dernier, au Zimbabwe se sont déroulées, de l’avis du chef de la mission d’observateurs de l’Union africaine, Olusegun Obasandjo, de manière « libre, honnête et crédible ».

Les résultats de ce scrutin ont été donnés, samedi dernier, par la présidente de la commission électorale du Zimbabwe. C’est le président sortant, Robert Mugabe, qui est élu avec 61% des voix. Son rival et Premier ministre, Morgan Tsvangirai, a de son côté obtenu 34% des voix. Que le candidat malheureux dénonce des « irrégularités », il n’y a rien de plus normal. D’ailleurs, il le dit mollement et compte saisir la justice, plus pour sauver la face que pour changer le cours des événements.

Donc les Zimbabwéens ont désigné leur président de la République pour les 5 années à venir. Ce qui a été validé par l’organisation de l’Union africaine. Des chefs d’État d’Afrique ont commencé à adresser leurs félicitations au président élu, Robert Mugabe. Parmi ces chefs d’État il y a notamment, Jacob Zuma, le président sud-africain. Là où cette élection n’a pas plus, c’est en Occident. A commencer par le Royaume-Uni, l’ancienne puissance coloniale au Zimbabwe, qui demande, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, William Hague, que des « enquêtes soient menées sur les allégations de fraudes ». Emboîtant le pas, les États-Unis sont plus « royalistes ». Dans un communiqué, le secrétaire d’Etat, John Kerry, « ne pense pas que les résultats annoncés représentent l’expression crédible de la volonté du peuple zimbabwéen ». L’Union européenne ne veut pas être en reste et charge Catherine Asthon, la ministre des Affaires étrangères, pour dire que l’UE « s’inquiète des irrégularités présumées ».

Pour comprendre pourquoi l’Afrique valide des élections dans un pays africain alors que l’Occident les conteste, il faut donner un rapide coup d’oeil au rétroviseur. La Rhodésie du Sud, le racisme, le tyran Ian Smith, vous connaissez ? Alors, pour les plus jeunes nous dirons que l’actuel Zimbabwe s’appelait, du temps des colonies, Rhodésie du Sud. En 1965, les colons blancs de cette possession britannique déclarent unilatéralement « l’indépendance ». Seul l’Afrique du Sud, pays de l’apartheid à l’époque, reconnaît cette « indépendance ». Deux pays au même profil. Une minorité de Blancs qui soumet une majorité d’Africains dans leur propre pays. Robert Mugabe (qui vient d’être réélu) qui dirigeait, toujours à l’époque, la guérilla, est arrêté en 1964 et passera dix années en prison. Les colons blancs, sous la pression internationale, finissent par admettre, en 1979, la réintégration de la Rhodésie du Sud au Royaume-Uni qui organise l’année d’après des élections qui permettront à Robert Mugabe de devenir le premier Premier ministre noir du Zimbabwe. Il restera à ce poste jusqu’en 1987, année où il deviendra chef de l’État.

Depuis cette date, il est à chaque fois réélu à cette charge. Ainsi, en ont voulu les Zimbabwéens. Par contre, les colons blancs ne sont pas du même avis. Mugabe leur a repris, dès l’année 2000, les terres qu’ils occupaient pour les répartir entre les autochtones africains. Depuis, Robert Mugabe est la « bête noire » de l’Occident. Il le sait, mais en père de l’indépendance du Zimbabwe, il n’a pas l’intention de baisser les bras. Il continue de se battre pour son pays et son peuple bien qu’il soit âgé de 89 ans. Que les Zimbabwéens le réélisent quatre fois, dix fois, vingt fois, c’est leur droit le plus absolu. Que les terres reviennent à ceux qui en ont été spoliés par la colonisation, n’est que justice. Il y a là que les valeurs de la démocratie et des droits de l’homme. Quand l’Ocident est pris à son propre jeu, il perd son intelligence et fait jouer ses muscles. Voilà pourquoi l’Ocident n’est pas du même avis que l’Union africaine !

URL de cet article 21733
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Je pense que l’un des grands défis des Occidentaux, c’est d’être capables de mettre le curseur sur des forces politiques que l’on va considérer comme fréquentables, ou dont on va accepter qu’elles font partie de ce lot de forces politiques parmi lesquelles les Syriennes et les Syriens choisiront, le jour venu. Et je pense que oui, l’ex-Front al-Nosra [Al-Qaeda en Syrie - NDR] devrait faire partie des forces politiques considérées comme fréquentables »

François Burgat sur RFI le 9 août 2016.


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.