RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La Tunisie et Cuba : le double standard médiatique et politique

José Manzaneda, Coordinateur de Cubainformación.- La récente révolution qui a reversé le gouvernement de Tunisie nous sert pour analyser le double standard des grands médias en fonction du pays sur lequel ils informent.

Vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=n11QNSQ1PBE

L’écrivain Santiago Alba Rico nous rappelle une étude sur les médias de 2005 qui comparait le traitement informatique sur la Tunisie et Cuba par les médias espagnols [1]. De janvier à juin de cette année, par exemple, le journal El Mundo dans son édition en ligne a publié 5162 articles sur Cuba, presque tous aux sujets de problématiques de la vie quotidienne du pays et remplis de condamnations sur l’action du gouvernement local, bien qu’aucun ne soit relié avec des conflits politiques et sociaux graves. Au contraire sur la Tunisie il publia seulement 658 articles, 8 fois moins que sur Cuba, et aucun sur ses problèmes sociaux et presque tous sur le championnat du monde de handball célébré cette année là . Le journal El Paà­s publia 618 articles sur Cuba, avec la même ligne pour souligner les problèmes et contradictions sociales, contre 199 sur la Tunisie, mais dans ce cas presque tous sur le tourisme et le championnat mondial de handball.

Le journaliste Pascual Serrano nous rappelle que, tandis les journaux mentionnés continuent à remplir leurs écrits avec des termes péjoratifs contre Cuba, comme "dictature" ou "régime", en de rares occasions ils les ont appliqués dans leurs articles sur la Tunisie [2] . Leurs lecteurs au long de toutes ces années ont à peine lus les dénonciations sur les graves violations des droits humains dans ce pays africain. A l’inverse, ils sont saturés avec les apparitions des dénommés "dissidents" cubains, dont les accusations contre leur gouvernement, bien quelles ne sont pas accompagnées de preuves, sont systématiquement converties en informations.

La docilité des médias avec l’ancien gouvernement de Tunisie est proportionnelle à la complicité qu’ils ont eu avec lui durant des décennies, et il en va de même avec d’autres facteurs de pouvoirs mondiaux.

Le dernier rapport de la Banque Mondiale sur la Tunisie, par exemple, fait l’éloge du modèle économique du gouvernement déchu [3] . Un modèle qui finalement a conduit à une explosion sociale due au chômage, à la pauvreté et aux prix élevé des produits de consommation courante. Mais tandis que la Banque Mondiale a octroyé, durant des années, des prêts millionnaires à la Tunisie, elle n’a pas octroyé un seul prêt à Cuba. La raison, hormis le droit de véto qu’ont en pratique les États-Unis dans cette institution, est que l’île refuse d’appliquer les plans d’ajustements structurels néolibéraux que la Tunisie a suivis à la perfection. Malgré tout cela, sans prêts et sous blocus, Cuba améliore chaque année ses indicateurs de développement humain [4] .

Les gouvernements des grandes puissances condamnent année après année l’action du gouvernement et le système économique de Cuba, et font pression sans cesse pour le renverser. Malgré cela il n’y a pas apparition dans ce pays de symptômes graves de rupture sociale, et les problèmes économiques de l’île sont abordés publiquement dans des dizaines de milliers d’assemblées citoyennes, dans un exercice démocratique sur lequel les médias internationaux informent à peine [5] . Les dénonciations de l’Union Européenne, par exemple, sur une supposée "répression" à Cuba rendent perplexes si on compare les actions de la police cubaine à celles qui ont lieu dans de nombreux endroits en Europe [6] , ou si on contemple le silence européen, durant toutes ces années, devant les crimes de la police tunisienne. L’Union Européenne, par exemple, approuva en 1996 la dénommée "position commune sur Cuba", qui conditionne tout accord avec l’île à des mesures politiques et économpiques de tous types [7] . En 1998 cependant l’Union Européenne signa un accord d’association avec la Tunisie, sans aucun préalable à des changements internes [8] .

Ceci est le double standard des médias, puissances et institutions financières, dont les pressions et condamnations de certains gouvernements n’ont que peu à voir avec une supposée promotion de la démocratie et des droits humains, et beaucoup plus avec la docilité et la fermeté de ces gouvernements face aux intérêts économiques et politiques des grands facteurs de pouvoir mondiaux.

Source : http://www.albatv.org/Tunez-y-Cuba-el-doble-rasero.html

Source française et traduction non précisée - NdR

[33 : http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/BANCOMUNDIAL/NEWSSPANISH/0,,contentMDK:22513413 pagePK:64257043 piPK:437376 theSitePK:1074568,00.html


URL de cet article 12573
  

Histoire du fascisme aux États-Unis
Larry Lee Portis
Deux tendances contradictoires se côtoient dans l’évolution politique du pays : la préservation des “ libertés fondamentales” et la tentative de bafouer celles-ci dès que la “ nation” semble menacée. Entre mythe et réalité, les États-Unis se désignent comme les champions de la « démocratie » alors que la conformité et la répression dominent la culture politique. Depuis la création des États-Unis et son idéologie nationaliste jusqu’à George W. Bush et la droite chrétienne, en passant par les milices privées, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le conservatisme moderne est engagé dans un des exercices philosophiques les plus anciens qui soient : à savoir, la recherche d’une justification morale à l’égoïsme.

John Kenneth Galbraith

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.