RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

A propos de l’incendie au CHU de la Guadeloupe

Le mardi 28 novembre 2017, vers 14h30, un incendie s’est déclaré dans un local technique du CHU de la Guadeloupe. Cet incendie, singulier parce que évoluant en se consumant tout en dégageant une fumée toxique rendant difficile l’intervention des sapeurs-pompiers et devenant progressivement dangereux pour l’ensemble des services, a fini par être maitrisé vers 22h00.

Entre temps et en conséquence, ordre a été donné par les autorités d’appliquer un plan blanc "inversé" pour répondre à la nécessité d’évacuer l’ensemble des patients et du personnel pour les orienter vers d’autres sites sanitaires de proximité mais aussi vers le CHU de Martinique.

La FSAS-CGTG tient à souligner l’engagement et l’efficacité de l’ensemble du personnel du CHU qui n’a pas démérité dans la gestion de la crise, en étant présent l’après-midi et toute la nuit afin de s’assurer de la mise en sécurité et à la continuité des soins des patients. La FSAS-CGTG tient aussi à féliciter les sapeurs-pompiers du SDIS de Guadeloupe qui ont courageusement affronter les difficultés de cet incendie et ont réussi à le circonscrire. L’intervention rapide et efficace de ces derniers et du personnel du CHU a permis d’éviter le pire.

Mais loin de toutes polémiques, la FSAS-CGTG estime que cet événement met l’accent sur la nécessité de ne pas appliquer, en Guadeloupe, la politique nationale qui conduit à réduire ou mutualiser les moyens structurels - matériels et humains. La FSAS-CGTG rappelle qu’elle s’est toujours prononcée :

  • Pour la construction d’un nouveau CHU répondant aux réalités objectives de la Guadeloupe.
  • Pour la prise en compte du caractère particulier de la Guadeloupe, Archipel à risques multiples : Séismes, volcanisme, cyclone, submersion.
  • Pour la prise en compte de l’évolution de la population et des problématiques sanitaires.
  • Contre les GHT même si, la loi s’imposant, la FSAS-CGTG a préféré trois GHT en lieu et place d’un seul au nom du principe de précaution : "Ne pas mettre nos œufs dans un seul panier".

Répondre à la nécessité n’est pas profiter pour restructurer et soumettre les réponses aux seules exigences économiques, les contraintes géologiques – climatiques et humaines ne doivent-elles pas être prioritaires dans les décisions à venir ?

Le CHU a bénéficié d’un redéploiement rapide sur tous les autres centres hospitaliers et autres Cliniques, mais imaginons un tel événement après un séisme ou pendant un ouragan ?

Notre interrogation n’est ni inopportune ni farfelue car cet événement vient de faire la démonstration, comme nous le disions dans une lettre ouverte à l’ancienne Ministre de la santé -Marisol TOURAINE, en date du 24 Février 2016 : " Rien ne peut être pensé comme en Ile-de-France, ce n’est pas de la spécificité, encore moins une vue de notre esprit, mais la réalité". Ainsi, l’ARS, ayant sa lettre de mission et dans une logique comptable et technocratique, n’a qu’une obsession : faire un GHT unique en Guadeloupe autour du CHU. Si le CHU est une nécessité sanitaire, et personne ne peut dire le contraire en dépit de toutes les critiques faites à l’encontre du personnel, nous ne devons pas nous cacher derrière cette nécessité pour faire évoluer la santé en bloc monolithique.

Heureusement que la maternité du CHBT a pu récupérer des nouveau-nés relevant de la néonatologie de niveau 3, et plus généralement 44 patients dont des pathologies cardiaques (les plus lourds étant orientés vers Fort-de-France). Heureusement que la polyclinique est à deux pas du CHU pour accueillir une partie de sa maternité. Or, nous avons pris coutume de n’entendre que l’argument économique pour fermer ces mêmes structures.

Heureusement qu’une collectivité a investi sur deux halles des sports qui servent d’hôpital de campagne, or la cour des comptes ne cesse de prétendre que les collectivités locales font du gaspillage sur ce genre d’investissement.

Heureusement que l’hôpital local de Capesterre-Belle-Eau a fini par ouvrir les portes de son nouveau siège pour accueillir près d’une cinquantaine de patients, or ce projet a failli être abandonné.

L’émotion passée, la réflexion sur le prochain PRS (Plan Régional de Santé) étant en cours, il serait judicieux pour les responsables (y compris politiques) de se mobiliser sur le dossier sanitaire Guadeloupéen qui mérite une réflexion plus profonde, tenant compte du fait que la zone la plus sécurisée est entre Deshaies et Vieux-habitants (BRGM 2012) et des risques naturels ou non mais divers.

L’ exigence est de faire place à la raison, de tenir compte des remontées des professionnels de la santé et de la réalité de terrain afin d’éviter qu’un tel événement ne tourne au drame par manque de vision politique au profit de l’économie qui est incapable de répondre aux questions humaines stricto sensu.

Le secrétaire général,

Philippe BELAIR

URL de cet article 32622
  

La Nuit de Tlatelolco, histoires orales d’un massacre d’Etat.
Elena Poniatowska
« Pour le Mexique, 1968 se résume à un seul nom, à une seule date : Tlatelolco, 2 octobre. » Elena Poniatowska Alors que le monde pliait sous la fronde d’une jeunesse rebelle, le Mexique aussi connaissait un imposant mouvement étudiant. Dix jours avant le début des Jeux olympiques de Mexico, sous les yeux de la presse internationale, l’armée assassina plusieurs centaines de manifestants. Cette histoire sociale est racontée oralement par celles et ceux qui avaient l’espoir de changer le Mexique. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je ne pense plus que les journalistes devraient bénéficier d’une immunité particulière lorsqu’ils se trompent à ce point, à chaque fois, et que des gens meurent dans le processus. Je préfère les appeler "combattants des médias" et je pense que c’est une description juste et précise du rôle qu’ils jouent dans les guerres aujourd’hui.

Sharmine Narwani

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.