RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
16 

A propos des concerts de casseroles : Chili 1973, Argentine 2001/2002, France 2017

Tribune d’opinion du responsable des Relations Internationales pour l’Amérique Latine de la France Insoumise

Les attaques du ministre de l’Intérieur français, Gérard Collomb, contre Jean-Luc Mélenchon à propos de son appel à manifester avec des « casserolades » contre les ordonnances du Code du Travail, démontre une ignorance grossière de l’histoire et constituent une provocation ridicule, indigne de son statut de ministre de la République.

En effet, le vendredi 29 septembre sur la chaîne de télévision CNews, Collomb a prétendu comparer cette méthode légitime de protestation citoyenne contre le coup d’Etat social du président Emmanuel Macron, avec les méthodes utilisées par l’extrême droite chilienne contre Salvador Allende dans les années 70.

Il s’agit d’attaques insultantes et inadmissibles contre le président de la France Insoumise à l’Assemblée Nationale. Il faut se souvenir précisément que Mélenchon a été, dés la première heure, une des figures politiques françaises qui, non seulement ont dénoncé le coup d’Etat au Chili en 1973 et ont aidé les réfugiés chiliens en France, mais qui, de plus, ont appuyé concrètement les activités clandestines de la résistance populaire contre la dictature de Pinochet.

Ce comportement digne a valu à Mélenchon de recevoir une distinction avec le diplôme de la reconnaissance officielle du Chili en 2016, signé par la présidente, Michelle Bachelet.

Monsieur Collomb se trompe. Selon lui, Mélenchon « adopte de vieilles méthodes ; c’est au Chili que l’extrême droite frappait les casseroles sous Allende » en 1973. Il a ensuite ajouté : « On ne doit pas se tromper de référence historique ».

De son côté, Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, avait invité Mélenchon à traiter un « petit devoir d’histoire », pour ne pas commettre « certaines erreurs », en indiquant que les « casserolades » ont été utilisées par l’extrême droite au Chili « par ceux qui ont renversé Salvador Allende ».

On voit que l’histoire n’est pas le point fort de ces « communicants » improvisés. Les manifestations de rue, avec ou sans casseroles, sont intemporelles, et par excellence, un recours de l’expression politique citoyenne contre les pouvoirs qui se révèlent sourds aux aspirations populaires.

En 1973, l’extrême droite chilienne n’a réussi qu’à mobiliser quelques femmes riches défilant en Mercedes dans les quartiers de la grande bourgeoisie avec l’espoir de renverser le gouvernement de l’Unité Populaire. Pour cela, elles ont emprunté les méthodes des forces populaires authentiques. Mais les fascistes ont échoué dans cette prétention : ils ont dû recourir au coup d’Etat pour parvenir à leurs fins.

Les « casserolades » ont été une expression du mécontentement en Argentine entre 2001 et 2002, en Espagne en 2011 et 2012 par les « indignés » contre l’austérité, comme en Islande contre les institutions financières pendant la crise de 2009.

Monsieur Collomb semble ignorer que le peuple chilien a organisé ouvertement, avec de grands concerts de casseroles, les premières manifestations contre la dictature : pendant deux ans de manifestations croissantes, il a manifesté bruyamment jusqu’en 1988, année ou Pinochet a perdu le referendum qu’il avait convoqué pour rester au pouvoir.

Il est clair que les ignorants de l’histoire sont messieurs Collomb et Castaner. Ils prétendent esquiver un débat sur les expressions démocratiques de l’opposition et dénigrer le politique qui apparaît aujourd’hui contre eux comme le seul opposant institutionnel ayant un appui populaire.

Si ces messieurs voulaient bien traiter un « petit devoir d’histoire », ils apprendraient, par exemple, que dans la Constitution chilienne en vigueur, imposée sans consultation par Pinochet en 1980, il existe des lois appelées « antiterroristes » qui font partie du Droit Pénal commun. D’une certaine façon, ces lois ressemblent comme deux gouttes d’eau aux lois que Macron est en train de décréter -de la même façon sans consultation citoyenne- en transposant les dispositions exceptionnelles de la Constitution française en lois d’application permanente.

Nous dénonçons ce type d’attaques comme des provocations dignes des pires pamphlétistes à la solde d’un pouvoir monarchique. Du fait qu’elles proviennent de monsieur Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, nous les considérons comme une humiliation à sa propre fonction. Nous, Franco-Latinos Insoumis, citoyens français d’origine latino-américaine, et en particulier chiliens, nous manifestons notre profonde indignation.

Christian RODRIGUEZ

Paris, octobre 2017
Traduction : Jean-Michel Hureau

»» https://www.tiempoar.com.ar/articulo/view/71520/sobre-los-cacerolazos-...
URL de cet article 32438
  

Viêt Nam, voyages d’après-guerres
André BOUNY
Nul mieux qu’un écrivain ne peut faire découvrir un pays. Que saurions-nous de l’Écosse sans Boswell et Johnson et comment nous représenterions-nous la magnificence de l’Orient au XVIe siècle sans les Pérégrinations de Fernaõ Mendes Pinto ? André Bouny s’inscrit dans cette lignée de voyageurs. Sa plume trace avec précision ce que tous les sens perçoivent du Viêt Nam traversé. Elle le fait doublement en accompagnant son texte de ses prodigieux dessins à la mine de plomb qui emmènent le lecteur de Hanoi à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Abolissez l’exploitation de l’homme par l’homme et vous abolirez l’exploitation d’une nation par une autre nation.

Friedrich Engels

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.