Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Antérieure surradicalisation : « les premiers jihadistes »

Si l’on s’inquiète maintenant de « déradicalisation », il est une époque pas si lointaine où il était « donquichottesque » et consensuel que de pousser à la surradicalisation religieuse et violente. Des ONG françaises finançaient les centres d’irrationalisation de masse, les fameuses madrasas de l’arriération, de l’oppression des femmes, etc., l’une des sources de ce courant de pensée antimoderniste qui ravage l’Afghanistan et tant de pays aujourd’hui. Des pans entiers de sociétés si tranquilles ont massivement et durablement été lancés dans l’impasse de la violence religieuse par des marionnettistes qui aujourd’hui s’en lavent les mains.

En Afghanistan, Djalâlouddine Haqqani, descendant d’une grande famille de richissimes propriétaires terriens, était bien entendu radicalement opposé au régime dit « marxiste », mais juste un tantinet moderniste. Ce « combattant de la liberté » fut paraît-il même reçu par Reagan. Ses méthodes étaient des plus violentes, ses idées des plus rétrogrades. Là où passait Haqqani les paysans étaient terrorisés et les femmes prostrées.

Sur France culture, on peut aujourd’hui raconter tranquille et guilleret avoir collaboré avec Haqqani, en même temps que la CIA, vénérable institution. C’est ce que fait le Prix Joseph Kessel 2017 Jean-Pierre Perrin. Pas un mot de regret. Pas un mot de considération par exemple pour les femmes afghanes... le journaliste qui le reçoit se garde bien de lui faire quelque question gênante sur ce point, semblant lui aussi trouver tout naturel et honorable que de collaborer avec pareille engeance. Les féministes de plateau télé ne s’intéresseront certainement pas à ces propos de Jean-Pierre Perrin.

Voici un extrait qui peut être écouté sur France culture. Jean-Pierre Perrin :

« Djalâlouddine Haqqani, pour la petite histoire, j’ai travaillé pour lui, à une autre époque, c’est-à-dire, j’ai fait un peu d’humanitaire en Afghanistan, parce qu’il y avait des nécessités, et donc on m’avait demandé un jour... une ONG française m’avait un jour demandé de financer ses madrasas, ses écoles religieuses. Et je suis allé voir, je les ai visitées les unes après les autres... mais à l’époque, Haqqani était notre... ami !, était l’ami, euh, de... il a été, euh, euh, je..., il a été l’ami de... la CIA, en particulier, qui l’a beaucoup financé. Il est venu aux États-Unis. Et ensuite bon il a été le principal vecteur du jihad en Afghanistan. C’est lui qui a accueilli chez lui les premiers jihadistes. Je les ai croisés moi à cette époque en 2000... en 1985, voyez, euh..., lorsque j’avais financé ces écoles. »

France Culture, « L’Afghanistan de Jean-Pierre Perrin, Prix Joseph Kessel 2017 »

Mais ces « jihadistes » jetés sur l’Afghanistan étaient censés retrouver de très bonnes manières une fois sortis du pays détruit.

URL de cet article 31985
   
« Fidel Castro, Biographie à deux voix », interview d’Ignacio Ramonet
Hernando CALVO OSPINA, Ignacio RAMONET
« Ce livre est une semence qui va germer » Paris le 22 février 2007. Ignacio Ramonet est le directeur du mensuel français de référence Le Monde Diplomatique, mais aussi l’une des personnalités les plus prestigieuses parmi les intellectuels progressistes à travers le monde. Voici un an qu’est sortie en Espagne la première édition de son livre « Fidel Castro, Biographie à deux voix » où il s’entretient longuement et sans réserves avec le dirigeant principal de la révolution cubaine. Le livre se vend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le déficit de l’Etat était l’objet même de spéculations. A la fin de chaque année, nouveau déficit. Au bout de quatre ou cinq ans, nouvel emprunt. Or chaque emprunt fournissait à l’aristocratie une nouvelle occasion de rançonner l’Etat, qui, maintenu artificiellement au bord de la banqueroute, était obligé de traiter avec les banquiers dans des conditions toujours plus défavorables.

Karl Marx
La lutte des classes en France. 1850


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.