RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ben Barka 50 après

Voilà 50 ans jour pour jour que ce commis-voyageur de la révolution a été enlevé devant la brasserie Lipp, boulevard Saint-Germain.

Le leader de la gauche marocaine a disparu à jamais du moins physiquement car pour des génération de militants, ce rassembleur charismatique restera dans les consciences encore pour longtemps.

Né en 1920 dans la médina de rabat élève brillant en mathématiques et féru d’économie, il fut un important leader indépendantiste. Déporté dans le sud de l’atlas par les autorités coloniales en 1951, il est libéré en 1954 et devient dans le combat de l’indépendance le défenseur du petit peuple et le promoteur d’une réforme agraire. Mais, après 1956 il refuse de siéger au gouvernement et s’oppose à une dérive aristocratique du régime.

Ben Barka, militait ouvertement pour l’abolition du régime féodal et personnel marocain. En 1962, il échappe déjà à un attentat fomenté par les services du général Oufkir et du commandant Dlimi. Dans le royaume chérifien, il s’impose dans une gauche éclatée comme celui qui resserre les liens entre les tenants de l’option démocratique et ceux de l’option révolutionnaire. Quand éclate « la guerre des sables » entre l’Algérie et le Maroc durant l’automne 1963, il dénonce la guerre d’agression contre l’Algérie et prône la solidarité avec la révolution algérienne. En novembre, il est condamné à mort par contumace pour complot contre le roi. Commence alors un exil militant. D’abord Alger, alors carrefour de la plupart des mouvements révolutionnaires du tiers-monde et où il rencontre Guevara, Cabral, Malcom X. Il travaille surtout à fédérer les mouvements révolutionnaires du tiers-monde en vue de la Tricontinentale devant se tenir en 1966 à La Havane dans laquelle « les deux courants de la révolution mondiale (le courant surgi avec la révolution d’Octobre et celui de la révolution nationale libératrice) y seront représentés. Il y définit les objectifs, parmi lesquels l’aide aux mouvements de libération, le soutien à Cuba soumis à l’embargo, la liquidation des bases militaires étrangères et de l’apartheid.

C’est donc dans la Tricontinentale que se trouve la cause profonde de son assassinat. Il est alors pisté, surveillé et il se fait piégé à Paris. Il s’y rend pour rencontrer le réalisateur, Franju, qui lui a proposé de réaliser un documentaire. Antoine Lopez, un agent des services secrets français qui l’avait suivi demande à deux policiers en uniforme de l’interpeller et de le faire monter dans une voiture dans le quel figure des truands français à la solde de Hassan qui le conduise à Fontenay-le-Vicomte dans la maison de Boucheseiche. Torturé par Dlimi, chef de la sûreté marocaine sous les yeux du Oufkir, ministre de l’Intérieur, Ben Barka succombe dans la nuit. Afin d’éviter le scandale, décision est prise de ramener le corps au Maroc clandestinement, grâce à des complicités au sein de l’appareil d’État français. Arrivé à l’aéroport de Rabat dans la nuit du 31 octobre, le corps de Ben Barka est emmené dans un centre de torture, où le corps est plongé dans une cuve remplie d’acide, comme l’a révélé en juin 2001 un agent marocain.

Quant aux protagonistes et témoins de ce crime d’État, ils ont tous disparu. Azzemouri, un étudiant témoin de la scène a été retrouvé mort en 1971. Boucheseiche, et les truands complices sont exfiltrés vers le Maroc en 1965 sont morts assassinés en 1974. Entre-temps, le général Oufkir est mort lors du coup d’État raté contre le roi Hassan II en 1972. Enfin, Dlimi, devenu du coup le numéro 2 du régime, est mort en 1983, officiellement à la suite d’un accident de la circulation. Le seul protagoniste français encore en vie est l’ex-agent secret Lopez, qui avait, dans un entretien accordé au Parisien daté du 6 février 2000, levé un coin du voile sur l’affaire Ben Barka. Ainsi donc, cinquante après, au nom « de la raison d’État », la mort de Ben Barka n’est pas encore élucidée.

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/2015/10/b...
URL de cet article 29507
  

La Conquête des Amériques vue par les Indiens du Nouveau Monde
Hernan HORNA
« Hernan Horna propose une brève histoire des Amérindiens, qui, sans se détourner entièrement de l’historiographie occidentale, apporte un nouveau regard sur la nature du monde des peuples autochtones précolombiens ainsi que sur leurs adaptations, coexistences et leurs luttes contre la domination coloniale et leur assujettissement par l’Église catholique et l’État après la Conquête… » Hispanic Outlook NOVATEUR L’historien Hernan HORNA est un investigateur hors pair dans son domaine. Son érudition se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’ai aucune idée à quoi pourrait ressembler une information de masse et de qualité, plus ou moins objective, plus ou moins professionnelle, plus ou moins intelligente. Je n’en ai jamais connue, sinon à de très faibles doses. D’ailleurs, je pense que nous en avons tellement perdu l’habitude que nous réagirions comme un aveugle qui retrouverait soudainement la vue : notre premier réflexe serait probablement de fermer les yeux de douleur, tant cela nous paraîtrait insupportable.

Viktor Dedaj

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
45 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.