RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
12 

C’est ainsi que commence un État policier

Samedi, une petite veillée pour Julian Assange de 18 personnes, respectant la distanciation sociale, à Piccadilly Circus [Londres] a été interrompue par deux fois plus de policiers et un homme âgé fut arrêté et mis en garde à vue [Il a écopé d’une amende de 200£ - NdT]. Le petit groupe d’activistes organise la veillée chaque semaine. Je venais d’arriver pour les remercier et j’ai été étonné de voir huit fourgons de police et cette action policière tout à fait inutile. Il ne pourrait y avoir d’exemple plus clair de l’utilisation de la "législation Covid" pour réprimer une dissidence politique sans rapport avec le sujet et entièrement pacifique.

J’ai moi-même été interrogé par un policier qui m’a demandé où j’habitais, depuis combien de temps j’étais à Londres et pourquoi, ce que j’avais fait au procès d’Assange et quand je comptais retourner à Édimbourg.

Plus tard dans la soirée, j’ai dîné avec Kristin Hrafnsson, rédacteur en chef de Wikileaks. Je suis rentré à mon hôtel vers 23 heures, j’ai fait mes ablutions et je suis allé me coucher. Juste après minuit, j’ai été réveillé par un martèlement insistant et extrêmement fort à la porte de ma chambre. Je suis sorti nu du lit et je me suis frayé un chemin à tâtons pour entrouvrir la porte. Un homme habillé comme le personnel de l’hôtel (pantalon noir, chemise blanche) m’a demandé quand j’allais partir. J’ai répondu le matin, et j’ai fait remarquer que l’hôtel savait que je partais le lendemain. Pourquoi me demandait-il au milieu de la nuit ? L’homme a répondu : "On m’a demandé de le découvrir". J’ai fermé la porte et je suis retourné me coucher.

Le lendemain matin, je me suis plaint dans les termes les plus vigoureux, l’hôtel m’a remboursé une nuit d’hébergement. Le responsable de permanence a ajouté "Ce n’était pas notre faute" mais a dit qu’ils ne pouvaient pas m’en dire plus sur les raisons de qui s’était passé.

La personne qui se trouvait à ma porte avait un accent anglais. J’étais à l’hôtel depuis plus de quatre semaines et je pense que je connais tout le personnel qui est en contact avec la clientèle - pas un seul n’a un accent anglais maternel. Je n’avais jamais vu cet homme auparavant. C’était un hôtel quatre étoiles d’une grande chaîne. Je pense que "ne pas faire sortir les clients du lit après minuit pour leur demander à quelle heure ils partent" est une des priorités de la formation du personnel. Je ne peux pas m’empêcher d’associer cette idée à ma rencontre avec la police plus tôt dans la journée et à l’intérêt qu’elle porte à mon retour à Édimbourg, mais il ne semble pas y avoir d’autre but évident que le harcèlement.

L’incident survenu à l’hôtel est peut-être simplement à ranger dans la catégorie des incidents étranges mais inexpliqués. L’arrestation opérée à la veillée pour Assange plus tôt est un exemple de plus de l’extraordinaire censure appliquée par les médias commerciaux et la censure aapliquée par les médias sociaux [censure constatée et confirmée par maints médias et journalistes, dont LGS - NdT]. Nous vivons une époque dangereuse.

Je suis maintenant de retour chez moi, en toute sécurité, à Édimbourg.

Craig Murray

Traduction "au sait où ça commence mais pas où ça finit..." par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

En complément : une autre journaliste qui couvrait l’affaire Assange a été abordée peu après 22h par 3 policiers alors qu’elle était assise dans le lobby de son hôtel . Les policiers lui ont intimé l’ordre de remonter dans sa chambre car elle "violait le couvre-feu"...

»» https://www.craigmurray.org.uk/archives/2020/10/how-a-police-state-starts/
URL de cet article 36541
  

« Cuba mi amor », un roman sur le Che de Kristian Marciniak (Rebelion)
Leyde E. Rodri­guez HERNANDEZ
Publié chez Publibook, une maison d’édition française, le roman de Kristian Marciniak : « Cuba mi amor » circule dans Paris ces jours-ci. Dans un message personnel adressé au chroniqueur de ce papier, l’auteur avoue que Cuba a été le pays qui lui a apporté, de toute sa vie, le plus de bonheur, les plus grandes joies et les plus belles émotions, et entre autres l’orgueil d’avoir connu et travaillé aux côtés du Che, au Ministère de l’Industrie. Le roman « Cuba mi amor » est un livre impressionnant de plus de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si les gens devaient découvrir ce que nous avons fait, nous serions pourchassés dans les rues et lynchés"

Président George H.W. Bush (père)
cité par Sarah McClendon (reporter à la Maison Blanche) dans sa lettre d’infos datée de Juin 1992.

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.