RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Cent quarante milliards de dollars pour éviter la récession. Mondialisation sadomaso.









Christine Lagarde, Ministre de l’Economie, des Finances et de l’Emploi, 7 août 2007. Photo postée sur Bulle Immobilière par Maxime.










Le Courrier, mardi 22 Janvier 2008.


Cent quarante milliards de dollars pour éviter la récession. C’est le prix de l’angoisse étasunienne. George W. Bush a présenté, vendredi dernier, cette gigantesque mesure budgétaire, solde de tout compte pour sa gestion myope. Son plan consiste à alléger la fiscalité sur les revenus et les investissements, mais il omet d’indiquer quels secteurs feraient les frais du manque à gagner pour l’Etat fédéral.

Or l’économie a parfois horreur du vide. Le temps d’un week-end, la planète financière a cédé à la panique. Les bourses ont fortement décroché, hier, d’un bout à l’autre du globe. Les investisseurs ont enfin cessé de nier la réalité : le retournement de la conjoncture ne se limitera pas aux Etats-Unis. On parle désormais sans pudeur de krach mondial.

Le découplage de la crise entre le géant américain et les pays émergents était un leurre servant à gagner du temps. Les plus malins ont réussi à se débarrasser de leurs créances pourries. Le désengagement des marchés a provoqué un effet de levier. Longtemps considérée comme « intouchable », la Chine ne semble plus épargnée. Pékin a uni son destin à Washington, en alignant le yuan (ou renmimbi) au dollar. L’Etat communiste détient en outre dans ses réserves quelque 1200 milliards de dollars en forme de bons du Trésor américain. Il finance de ce fait la consommation américaine. En clair, les deux puissances forment une même zone économico-monétaire. Si l’une plonge, l’autre suivra.

Comme par le passé au Brésil, en Argentine ou en Corée du Sud, les pays émergents sont tour à tour passés au hachoir. La Chine fait figure de victime désignée. Cependant, en quête d’une influence renouvelée dans l’échiquier géopolitique global, ses dirigeants réagiront sans doute à cette menace. Pris entre deux feux, les pays européens seront inévitablement touchés. Déséquilibrées, leurs balances commerciales risquent d’amplifier l’impact récessif sur la croissance. Enfin, si les prix des matières premières - actuellement surfaits - s’effondrent, le continent africain va considérablement souffrir.

C’est le tableau d’une mondialisation sadomasochiste. Les économies occidentales et orientales nouent leurs liens à la faveur d’une libéralisation financière débridée.

A l’origine du dernier effet domino, la crise des subprimes accrédite la thèse d’un système compulsif et boulimique, qui ne restitue plus aux femmes et aux hommes les biens et les liquidités dont il les prive. A la solidarité commerciale et financière, corollaire d’une mondialisation maîtrisée (d’autres diraient « heureuse »), elle oppose le profit à marche forcée.

Cette économie sans règles ni principes vient d’enfanter son énième monstre sous couvert de prospérité. La face émergée de l’iceberg, la récession annoncée aux Etats-Unis, couvre pour l’heure la face immergée de la crise : la purge actuelle se soldera par l’habituel décompte des gagnants et des perdants. Chaque phase d’expansion de la mondialisation financière s’est traduite par un accroissement des inégalités. Le village global comptera de plus en plus de châteaux et de bidonvilles.

Fabio lo Verso


- Source : Le Courrier www.lecourrier.ch




Fatal freinage aux Etats-Unis, par Joseph E. Stiglitz.


Robert Reich : La situation aux Etats-Unis est "potentiellement vraiment grave".


Crise mondiale : les banques, le brut et... l’emploi, par Fabio lo Verso.




Immobilier, subprime : les racines de la crise, par Michel Husson




L’immobilier californien bouscule la croissance chinoise, par François Chesnais.


France : La crise des subprime ou le nouveau nuage de Tchernobyl, par Philippe Cohen.




Immobilier : Bulle, Krach, Boum !






URL de cet article 5964
  

Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si Eve avait écrit la Genèse, que serait la première nuit d’amour du genre humain ? Eve aurait tout clarifié et dit qu’elle n’était pas née d’une côte, qu’elle ne connaissait aucun serpent, qu’elle n’a offert des pommes à personne et que Dieu ne lui a jamais dit qu’elle accoucherait dans la douleur et que son mari la dominerait. Que tout ça ce sont de purs mensonges qu’Adam a raconté à la Presse.

Eduardo Galeano

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.