RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ces vies fracassées par les Etats-Unis

L’administration étasunienne est une organisation tentaculaire sans état d’âme, pour laquelle la vie des « autres » ne compte pas, pour autant que cela conforte les intérêts permanents du pays.

Et cette administration, ce sont des hommes et des femmes qui, arrivé(e)s au faîte du pouvoir, perdent toute notion de miséricorde et d’humanité, seul l’objectif à atteindre étant important. Parmi cette « élite » figure la très probable candidate à la présidentielle de 2016, Hillary Clinton, qui n’en finit pas de soulever controverses et critiques. Par des déclarations à l’emporte-pièce, des mémoires « explosives » – tels que son livre Le temps des décisions (Hard Choices) paru en juin de l’année dernière – l’ancienne secrétaire d’Etat de Barack Obama tente « d’exister » politiquement par un activisme débridé. C’est le prix à payer pour une femme politique.

Et Mme Clinton, qui échoua dans sa tentative en 2008, ne veut rien laisser au hasard. Cela fait des dégâts, au propre et au figuré. Que ce soit sous forme d’aveu : « Nous voulons [elle et son pays] gérer les problèmes internationaux » ou imprudence (?) : « Nous avons créé Al Qaîda et Daesh » l’ancienne chef de la diplomatie américaine ne perd jamais de vue le but ultime : être le choix obligé des démocrates pour 2016. Mais ce que dit Hillary Clinton – tout en mettant en exergue les impostures des administrations (démocrate comme républicaine) – montre bien jusqu’où l’ex-secrétaire d’Etat est prête à aller pour parvenir à ses fins. Aussi, Mme Clinton ne s’embarrasse-t-elle guère de scrupules. Si ses propos sont, of course, enrobés de bonnes intentions, elle ne recule, en revanche, devant aucun excès. C’est pour la « bonne cause » qu’elle soutint en 2002, alors qu’elle était sénatrice de New York, la guerre de Gorge W. Bush contre l’Irak, allant à l’opposé de son parti. Dans l’administration Obama elle est la plus engagée contre le régime de Damas qui, selon elle « tue son [propre] peuple ». De fait, Hillary Clinton apparaît comme le faucon d’une administration Obama, où le président, timoré et indécis, hésite à prendre des décisions. L’antienne Assad « tue son propre peuple » est criée par tous les dirigeants occidentaux – étasuniens et français en particulier.

Qui jamais arguera de ces dizaines de milliers de vies fracassées par l’administration étasunienne (Vietnam, Irak, Afghanistan, Chili de Pinochet, Libye, Nicaragua…) ? En fait, d’une manière générale, pour ces dirigeants du « troisième type » qui rêvent de leadership et de gestion des affaires mondiales, la vie des autres n’a pas de coût. S’il faut quelques milliers de morts pour arriver à leur dessein, cela ne leur pose aucun problème de conscience. Le leadership pour eux, le chaos pour les autres. Ce que vérifie le micmac de l’affaire Benghazi, où l’ancienne secrétaire d’Etat joua un grand rôle. C’est à Benghazi (ouest de la Libye) qu’a été tué l’ambassadeur étasunien J. Christopher Stevens le 11 septembre 2012. Que faisait Stevens à Benghazi alors qu’il ne cessa de mettre en garde contre la situation explosive qui y prévalait ? A Benghazi, le diplomate était en mission commandée. Et pour cause ! Le consulat de Benghazi, était une couverture de la CIA. C’est Mme Clinton qui refusa la fermeture du consulat pour ne pas enlever cette couverture aux espions étasuniens. Que faisaient ces agents à Benghazi ? Ils se procuraient, chez les milices libyennes, des armes volées dans les arsenaux de Kadhafi. Ces armes étaient ensuite acheminées aux rebelles en Syrie, par une filière spéciale, chargée d’infiltrer et d’exfiltrer des rebelles dont nombre d’entre eux étaient des jihadistes. Dans le livre Le temps des décisions, Hillary Clinton donne sa version de l’assassinat de l’ambassadeur Stevens. Elle dit à ce propos : « Il est peu probable que l’on s’accorde exactement sur ce qui s’est passé cette nuit-là, comment cela s’est passé, ni pourquoi c’est arrivé. » Mais, ajoute-t-elle « cela ne doit pas être confondu avec un manque d’efforts pour découvrir la vérité ou de la partager avec le peuple américain ». Cette profession de foi est largement battue en brèche par le témoignage de diplomates étasuniens et par ses déclarations au Congrès. Or, dans un livre récent, Obama/Clinton : la guerre des clans, Edward Klein apporte un autre éclairage. Klein révèle : « Tout cela se faisait à l’insu et sans l’accord du Congrès des États-Unis, dont les comités de renseignement étaient chargés de superviser la CIA. » Mais l’administration Obama exigeait la chute d’Assad. Aussi, tous les coups étaient permis, y compris d’armer secrètement son présumé ennemi mondial, Al Qaîda. Les guerres en Irak, en Libye et en Syrie, entre autres, ont été voulues et supervisées par les Etasuniens, qui n’hésitent pas à démanteler des Etats, à détruire des pays pour assurer leur destin national et international : Hillary Clinton est dans cette lignée.

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/210723-ces-vies-fracassees-par-les-...
URL de cet article 28001
  

Même Thème
Hillary Clinton, la « Reine du Chaos »
Diana JOHNSTONE
1. Dans votre dernier livre, vous appelez Hillary Clinton la « Reine du Chaos. » Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez choisi ce sobriquet péjoratif pour décrire Hillary ? En un mot, la Libye. Hillary Clinton était si fière de son rôle majeur dans le déclenchement de la guerre contre la Libye qu’elle et ses conseillers avaient initialement prévu de l’utiliser comme base d’une « doctrine Clinton », ce qui signifie une stratégie de changement de régime façon « smart power » , comme un slogan de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Le Maire Daley et d’autres officiels du gouvernement pendant les émeutes des années 60 ont prouvé leur préférence pour la propriété plutôt que l’humanité en ordonnant à la police de tirer pour tuer sur les pilleurs. Ils n’ont jamais dit de tirer pour tuer sur des assassins ou des trafiquants de drogue"

Dick Gregory (1932-2017)

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.