RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Colombie : Les médias dominants au service de la politique étrangère des Etats-Unis, par Garry Leech.


Colombiajournal, 14 février 2006.


Une série d’événements survenus ces derniers jours illustrent parfaitement la contribution des medias dominants à la propagande des gouvernements états-unien et colombien. Le fait que les medias s’en remettent de façon systématique aux sources officielles, bien que connaissant parfaitement les mensonges et les manipulations de ces mêmes sources officielles, nous donne à penser que les medias dominants sont bien heureux de servir la politique étrangère des Etats-Unis en abreu vant les citoyens états-uniens de désinformation et de mensonges éhontés. Le récent massacre de six membres d’une même famille en Colombie et la publication d’un rapport des Nations Unies ont mis en évidence pour tout le monde la nature propagandistique des medias.

Le 12 février 2006, l’agence européenne Reuters et l’agence espagnole EFE rapportaient la nouvelle selon laquelle des rebelles de gauche appartenant aux Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) avaient massacré six membres d’une même famille, dont une dame de 80 ans. Comme c ’est si courant dans ce genre de cas, la nouvelle était entièrement basée sur les déclarations d’un officiel relevant du gouvernement colombien. Comme toujours en Colombie, le gouvernement soutenu par les Etats-Unis a immédiatement attribué le massacre aux FARC, malgré l’évident manque de preuves. Sans aller chercher plus loin, les medias ont servilement publié des articles régurgitant l’accusation officielle selon laquelle les FARC étaient les responsables.

Des medias tels que le Houston Chronicle et ABC News ont immédiatement commencé à publ ier les dépêches d’agence à propos du massacre. Ennemi principal de Washington dans la guerre contre la drogue et contre la terreur en Colombie -malgré le fait que les forces pro-gouvernementales tuent davantage de civils et malgré le fait que les paramilitaires sont davantage impliqués que les guérillas dans le narcotrafic-, les FARC ont été dûment vilipendées aux yeux des citoyens états-uniens.

Comme cela s’est si souvent produit en Colombie, il a par la suite été révélé que les FARC n’étaient finalement pas les responsables du massacre. Bien que généralement plusieurs semaines pas sent avant que la vérité ne soit révélée dans ce genre de cas, en cette occasion un officiel gouvernemental a clarifié les choses seulement deux jours après la publication du premier article rapportant le massacre. Le ministre de l’intérieur du département de l’Antioquia, Jorge Mejà­a, a reconnu après une enquête initiale, que « le mode opératoire indiquait que les coupables étaient des paramilitaires qui se sont démobilisés mais qui sont restés dans la région ».

Et comme cela se produit également souvent les medias dominants, qui ont reporté la nouvelle avec profusion pour condamner les FARC, n’ont pas rendu compte des nouveaux éléments disponibles. Ni Reuters, ni le Houston Chronicle, ni ABC News n’ont pris la peine d’informer le public que les affirmations qu’ils avaient faites antérieurement étaient apparemment fausses et que les éléments de preuves disponibles désignaient plutôt comme coupables les paramilitaires d’extrême droite supposément démobilisés. Seule l’agence de presse espagnole EFE a rendu compte de l’évolution de l’affaire.

La disposition des medias dominants à simplement dégurgiter n’importe quelle affirmation provenant des officiels gouvernementaux sans aller chercher plus loin c’est le modus operandi des correspondants étrangers en Colombie - comme ailleurs dans le monde. Les officiels gouvernementaux savent parfaitement que cela leur offre la chance extraordinaire de réaliser de la propagande et que la vérité, quand elle est finalement connue, ne sera que rarement mise à la connaissance des citoyens. En d’autres termes, les officiels savent bien que les medias ne les tiendront pas pour responsables de ces mensonges.

De son côté l’industrie médiatique affirme simplement que sa couverture est « objective » parce qu’elle ne fait que publier des déclarations émises par d’autres ; sans considération quant à la véracité, ou pas, des affirmations des personnes interviewées. Cependant lorsque les journalistes ou les medias décident de s’en remettre presque exclusivement aux sources officielles pour informer, ils effectuent le choix éditorial délibéré de ne présenter qu’un point de vue aux citoyens. Et, inévitablement, c’est le point de vue du gouvernement, lequel est très soucieux du type de présentation des événements reçue par les citoyens. En d’autres termes, le media choisit alors simplement d’agir en porte-parole du gouvernement, notamment quant aux questions de politique étrangère, lesquelles sont rarement traitées en détail.

La couverture servile des medias lors de ce massacre en Colombie a été davantage mise en perspective le lendemain de la publication des premiers articles. Le 13 février 2006 les Nations Unies ont rendu public leur rapport annuel sur les droits humains dans lequel il est signalé qu’il y a eu une augmentation des exécutions extrajudiciaires de la part de la police et des militaires colombiens durant l’année 2005. Ce rapport indique plus loin que les forces gouvernementales ont souvent couvert les corps des victimes avec des vêtements de guérilleros pour les présenter comme des personnes mortes au combat. Selon ce rapport, « il y a eu des cas où les commandants eux-mêmes ont enco uragé l’action de couvrir les victimes comme s’il s’agissait de guérilleros pour cacher la vérité et simuler un combat ».

Le rapport des Nations Unies n’est que la dernière révélation d’une longue histoire de preuves accablantes montrant que le gouvernement travestit la vérité de façon continue afin que les FARC soient accusées de crimes qu’elles n’ont pas commis. Etant donné que les médias savent cela et étant donné qu’ils sont conscients du fait que les officiels font souvent des déclarations qui postérieurement s’avèrent mensongères, on pourrait imaginer que les journalistes et les rédacteurs pussent en venir à so nger qu’ils sont simplement utilisés à des fins propagandistiques. On pourrait donc espérer qu’ils devinssent plus prudents quant à la publication d’articles basés exclusivement sur des sources officielles.

Il se trouve, cependant, que les medias ne s’inquiètent pas du tout de la menace qui pourrait peser sur leur crédibilité et ils continuent de se comporter comme ils l’ont toujours fait. Le refus de modifier leur modus operandi, de la part des medias, ainsi que leur refus de tenir les officiels gouvernementaux responsables de leurs mensonges, nous conduit à penser qu’ils ont consc iemment accepté leur rôle d’instrument de propagande de la politique étrangère des Etats-Unis.

Garry Leech


- Source : www.colombiajournal.org/colombia228.htm

- Traduction : Numancia Martà­nez Poggi


Colombie : La propagande des médias concernant la guerre à la drogue, par Garry Leech.


Colombie : les groupes paramilitaires font la loi dans les quartiers sensibles de Bogota et déciment la population de jeunes Colombiens.

Colombie : le massacre de Betoyes, par Eric Fichtl.

« La Colombie vit un coup d’Etat permanent », par Benito Perez.


Otages en Colombie : La vérité à propos des contacts entre la France et les FARC-EP, par Carlos Lozano Guillen.

Réaction à l’article sur Ingrig Betancourt dans le N°1 de l’écorégion, par J. C. Cartagena.

Colombie : L’échec du Plan « Patriota » qui avait pour objectif l’anéantissement des FARC, par Miguel Urbano Rodrigues.

Colombie - Les FARC-EP : Une exception révolutionnaire aux temps de l’expansion impérialiste, par James J. Brittain.



URL de cet article 3300
  

Colombie, derrière le rideau de fumée. Histoire du terrorisme d’Etat
Hernando CALVO OSPINA
L’affaire Ingrid Betancourt et la question des otages ont mis la Colombie sous les feux de l’actualité… Mais, derrière le rideau de fumée médiatique, que se passe-t-il vraiment dans ce pays ? La violence politique, conséquence de l’intransigeance de l’Etat et des énormes inégalités sociales, est au coeur de cet ouvrage, Au fil de l’histoire, l’oligarchie nationale vorace, les Etats-Unis et certaines puissances européennes, avides de soumettre un peuple pour s’emparer de ses immenses richesses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si notre condition était véritablement heureuse, il ne faudrait pas nous divertir d’y penser.

Blaise PASCAL

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.