Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Confiteor, ou la confession d’un athée

Etude pour Luxe, calme et volupté - Henri Matisse

Je suis communiste, comme je chantais dans le chœur des églises : je suis chrétien etc.

Cela m’a pris pourtant assez tôt, oh ! pas sous une forme très nette. D’abord un vague sentiment de sympathie et de solidarité pour des manifestants ouvriers qui affrontaient les forces de l’ordre sous les fenêtres de la confortable demeure familiale par exemple ; une hostilité viscérale de lycéen à l’égard de la guerre que menait la France contre la lutte d’indépendance des Algériens.

Comme beaucoup de croyants je croyais... que sans religion il n’y avait pas de morale, jusqu’au jour où un camarade ferme dans ses convictions m’affirma le contraire. Et pfft ! d’un coup tout s’envola.

Et des années d’errance, sans foi ni d’autre loi que celle de la soumission prudente, encore que souvent délinquante à l’ordre qui s’imposait de lui même. J’ose à peine me remémorer l’état de profonde déliquescence de mon esprit, qui est toujours revenue chaque fois que par la suite j’ai quitté ce qui pourtant n’a jamais été une conviction permanente qui eût été présente du matin au soir et tout au long des années.

Bien sûr, j’avais lu le Manifeste, que l’on fait lire maintenant au Lycée, mais qu’on m’avait passé pratiquement sous le manteau. Ce qui m’avait intéressé mais ne m’avait pas spécialement marqué.

Un jour, dieu sait comment ! un camarade sans doute, je me retrouvai avec un exemplaire défraîchi de L’État et la révolution sous les yeux.

L’État est une machine qui entretient par la violence (directe ou larvée, légale ou sans lois) la domination d’une classe sur une autre. Cela fit du bruit dans ma tête, un bruit dont l’écho ne s’est pas encore assourdi.

Oublis, retours, rencontre de figures lumineuses. Un jeune professeur de philosophie normalien, cadre du PCF, un obscur instituteur qui se remettait aux études en sciences physiques. Bref des militants.

Adhésion, abandon, errance. Lectures et réflexion aussi. Alors que bien souvent la vie déposait son limon sous lequel tout paraissait étouffé, parfois pendant des années et même des décennies

Ma compagne qui, à défaut de dot, m’offrit Le Capital, publié en 8 volumes par les Éditions sociales, pour un anniversaire. Elle qui venait de ce qui était pire que le Front national aujourd’hui ; quelques fêtes de l’Humanité aussi.

Et maintenant, après toute une vie idiote parce que sans ligne constante et bien définie, que signifie : je suis un communiste ?

Sans doute que je ne crois pas aux billevesées sur la permanence du mal en l’homme, sur l’éternité de rapports qualifiés par euphémisme d’humains ; par lesquels il y aurait à jamais des gens honnêtes et des voleurs, des riches et des pauvres, des exploiteurs et des exploités.

Certainement aussi j’ai compris que le mouvement historique et la connaissance qu’il a permis de faire naître chez les plus éminents représentants de la pensée sont ce qu’il y a de vital pour tous, et pour moi. Que sans ces phares, et sans la vie sociale qui fut leur socle, comme chaque fois que je les ai perdus de vue je serais à nouveau dans l’obscurité.

Et que si la civilisation consiste à simplement entretenir ce qui existe dans l’espoir que c’est éternel, je ne suis pas civilisé : jusqu’au jour où nos lointains descendants eux aussi ne le seront plus, civilisés, eux qui vivront dans la paix et la fraternité universelles.

Amen.

Dwaabala

URL de cet article 20661
   
Même Thème
Manifeste du Parti Communiste
Karl MARX
Présentation de l’éditeur " On ne peut prétendre que quelques belles pages peuvent à elles seules changer la face du monde. L’oeuvre de Dante tout entière n’a pas suffi à rendre un saint empereur romain aux Communes italiennes. Toutefois, lorsque l’on parle de ce texte que fut le Manifeste du parti communiste publié par Marx et Engels en 1848 et qui a, indéniablement, exercé une influence considérable sur deux siècles d’histoire, je pense qu’il faut le relire du point de vue de sa qualité littéraire ou, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand je suis arrivé au pouvoir, les multinationales recevaient 82% des revenus de nos matières premières et nous 18%. Aujourd’hui c’est l’inverse ! J’ai fait ce qu’il y avait à faire pour mon peuple. J’attends maintenant qu’on m’assassine comme ils ont fait avec Chavez.

Evo Morales, Président de la Bolivie


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.