RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Coronavirus - Les cas cachés - Pourquoi nous devons tout fermer et le faire maintenant

Les pouvoirs en place dans nos sociétés "occidentales" ont décidé de ne rien faire de significatif contre l’attaque du nouveau coronavirus SRAS-Cov-2.

Il n’y aura même pas de tentative de faire comme la Chine ou la Corée du Sud qui ont mis toutes leurs ressources à disposition pour arrêter la propagation du virus lorsque c’était encore possible. L’"Occident" semble maintenant avoir dépassé ce stade.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a lancé l’idée d’ "encaisser le coup", c’est-à-dire de ne rien faire pour atténuer le coup que l’épidémie va causer. En Allemagne, la chancelière Angela Merkel a déclaré à son groupe parlementaire que 60 à 70 % de tous les Allemands attraperont le virus. La plupart d’entre eux tomberont malades. Avec un taux de mortalité de 1%, cela signifie que plus de 500.000 Allemands en mourront. Merkel n’a pas dit comment elle allait essayer d’empêcher cela. Jusqu’à présent, son administration n’a pas fait grand-chose pour empêcher une nouvelle propagation de la maladie dans le public.

L’administration de Donald Trump a fait de son mieux pour empêcher une détection précoce de l’épidémie dans l’État de Washington et probablement aussi ailleurs :

Par chance, le Dr Chu avait un moyen de surveiller la région. Pendant des mois, dans le cadre d’un projet de recherche sur la grippe, elle et une équipe de chercheurs ont recueilli des prélèvements nasaux auprès des habitants présentant des symptômes dans toute la région de Puget Sound.

Pour que les tests de surveillance du coronavirus puissent être réutilisés, ils avaient besoin du soutien des autorités fédérales et de l’État. Mais presque partout où le Dr Chu s’est tournée, les fonctionnaires ont rejeté l’idée à plusieurs reprises, comme le montrent les interviews et les courriels, alors même que des semaines passaient et que des épidémies apparaissaient dans des pays autres que la Chine, où l’infection a commencé.

Le 25 février, le Dr Chu et ses collègues ne pouvaient plus supporter d’attendre plus longtemps. Ils ont commencé à effectuer des tests de détection des coronavirus, sans l’approbation du gouvernement.

Ce qui est ressorti a confirmé leur pire crainte. Ils ont rapidement eu un test positif d’un adolescent local sans antécédents de voyage récent. Le coronavirus s’était déjà établi sur le sol américain sans que personne ne s’en rende compte.

Le CDC et la FDA ne voulaient rien entendre :

Le message du gouvernement fédéral était sans équivoque. "Ce qu’ils ont dit très clairement lors de cet appel téléphonique était de laisser tomber", s’est rappelé le Dr Lindquist [l’épidémiologiste de l’État de Washington]. "Arrêtez les tests."

Nos chers dirigeants suivent la stratégie en quatre étapes (vidéo) :

  • Première étape, nous disons "Il ne va rien se passer".
  • Deuxième étape, nous disons que quelque chose va peut-être se produire, mais que nous ne devons rien faire.
  • Troisième étape : Nous disons que nous devrions peut-être faire quelque chose, mais que nous ne pouvons rien faire.
  • Quatrième étape : Nous disons que quelque chose aurait peut-être pu être fait, mais qu’il est trop tard maintenant.

Yascha Mounk suit mon raisonnement et donne un conseil raisonnable sur ce que nous pouvons faire pour rendre cette pandémie aussi viable que possible. Il faut arrêter tout ce qui peut l’être. Augmenter la distance sociale autant que possible. Évitez autant que possible tous les contacts sociaux en direct. Et le faire MAINTENANT !

Un certain Tomas Pueyo explique en détail pourquoi nous devons le faire immédiatement. (J’ai vérifié ses chiffres et je n’ai trouvé aucune erreur).

La ville de Wuhan en Chine a été fermée le 23 janvier. Douze jours plus tard, le 4 février, les cas nouvellement confirmés à Wuhan ont atteint leur maximum et ont diminué à partir de là. Cela nous donne le temps nécessaire pour qu’une infection soit diagnostiquée et comptabilisée, car la quarantaine a accru la distance sociale et a fait baisser le nombre de nouvelles infections.

Chaque personne nouvellement infectée a elle-même infecté deux ou trois autres personnes. Le taux de croissance était donc exponentiel jusqu’à la mise en quarantaine de la ville. Si la ville n’avait pas été fermée le 23 janvier, le nombre de cas aurait été de plus en plus élevé après le 4 février. Cela se produira dans nos villes et nos pays, car nos autorités ne veulent ou ne peuvent pas agir aussi rapidement et avec autant de détermination que les autorités chinoises l’ont fait.

agrandir l’image

Pueyo :

C’est l’un des graphiques les plus importants.
Il montre en histogrammes orange le nombre officiel quotidien de cas dans la province de Hubei : combien de personnes ont été diagnostiquées ce jour-là.

Les histogrammes gris montrent les véritables cas quotidiens de coronavirus. Il est important de noter que ces cas n’étaient pas connus à l’époque. Nous ne pouvons les déterminer qu’en regardant en arrière.

Cela signifie que les histogrammes orange vous montrent ce que les autorités savaient et les gris ce qui se passait réellement.

Le 21 janvier, le nombre de nouveaux cas diagnostiqués (en orange) explose : il y a environ 100 nouveaux cas. En réalité, il y a eu 1 500 nouveaux cas ce jour-là, avec une croissance exponentielle. Mais les autorités ne le savaient pas. Ce qu’elles savaient, c’est que soudain, il y avait 100 nouveaux cas de cette nouvelle maladie.

Deux jours plus tard, les autorités ont fermé Wuhan. À ce moment-là, le nombre de nouveaux cas diagnostiqués chaque jour était d’environ 400. Notez ce chiffre : ils ont pris la décision de fermer la ville avec seulement 400 nouveaux cas en un jour. En réalité, il y a eu 2 500 nouveaux cas ce jour-là, mais ils ne le savaient pas.

Cela signifie qu’il faut agir maintenant car aujourd’hui, les chiffres dans l’État de Washington et ailleurs explosent déjà, même si nous ne savons pas encore à quel point ils sont élevés. Les personnes qui sont infectées aujourd’hui ne deviendront des cas officiels que dans douze jours ou plus, quand ils seront (espérons-le) diagnostiqués et comptés.

L’élément clé à faire maintenant est la "distanciation sociale". Comme nos gouvernements n’agissent pas de manière décisive pour y parvenir, il est de notre responsabilité personnelle de le faire nous-mêmes. Chacun doit le faire aussi bien que possible.

Ces chiffres ne sont pas des fantasmes, mais la réalité d’aujourd’hui :

L’État de Washington est le Wuhan des États-Unis. Le nombre de cas y croît de manière exponentielle.

L’Espagne a des chiffres très similaires à ceux de la France (1 200 cas contre 1 400, et tous deux ont 30 décès). Cela signifie que les mêmes règles sont valables : L’Espagne a probablement déjà plus de 20 000 cas réels.

Dans la région de la Comunidad de Madrid, avec 600 cas officiels et 17 décès, le nombre réel de cas se situe probablement entre 10 000 et 60 000.

Si vous lisez ces données et que vous vous dites "Impossible, cela ne peut pas être vrai", pensez simplement ceci : Avec ce nombre de cas, Wuhan était déjà en quarantaine.

La Chine a vaincu l’épidémie à Wuhan. Quelques cas ont fui et les effets se propagent maintenant dans nos sociétés. Mais nos chers dirigeants jettent la victoire chinoise par la fenêtre en ne reproduisant pas de manière précoce et décisive ce que les Chinois ont fait. Beaucoup d’entre nous allons le payer.

Les communistes fermeront une ville pour empêcher une épidémie mortelle de devenir exponentielle. Nos dirigeants néo-libéraux n’ont commencé à s’en soucier que lorsque la Bourse s’est effondrée. Ne vous attendez pas à ce qu’ils demandent la fermeture d’une ville, car cela coûtera de l’argent à leur donateur. Comme la plupart des personnes qui vont mourir sont âgées, ils sont probablement en train de calculer combien d’argent les fonds de pension vont économiser.

Ne pas tout arrêter garantit que nos systèmes de soins de santé seront débordés. Cela augmentera le taux de mortalité de la maladie.

Tomas Pueyo ainsi que Yascha Munck mentionnent la pandémie de 1918 et soulignent combien la quarantaine a fait la différence à cette époque :

Alors que la maladie se propageait, Wilmer Krusen, le commissaire à la santé de Philadelphie, a permis qu’un énorme défilé ait lieu le 28 septembre ; quelque 200 000 personnes ont défilé. Dans les jours et les semaines qui ont suivi, les corps se sont entassés dans les morgues de la ville. À la fin de la saison, 12 000 habitants étaient morts.

À Saint-Louis, un commissaire à la santé publique nommé Max Starkloff a décidé de fermer la ville. Ignorant les objections des hommes d’affaires influents, il a fermé les écoles, les bars, les cinémas et les manifestations sportives de la ville. Grâce à ses actions audacieuses et impopulaires, le taux de mortalité par habitant à St. Louis était deux fois moins élevé qu’à Philadelphie. (Au total, environ 1 700 personnes sont mortes de la grippe à St Louis).

Bonne chance à tous.

Moon of Alabama

Traduction "alors, paniquer ou pas ?" par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

URL de cet article 35765
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

https://lesmutins.org/hacking-justice

à partir du 17 novembre, le film sera suivi de débats aux séances de 20h les lundi, mercredi, Vendredi. Calendrier : https://lesmutins.org/hacking-justice?tab=projections

Sur les eaux noires du fleuve.
Maurice LEMOINE
Plus de six décennies de conflit armé affectent la Colombie, pays considéré, d’un point de vue formel, comme une démocratie. Aux guérillas nées en réaction à la violence structurelle et à l’injustice sociale a répondu une épouvantable répression. En cette année 2002, le gouvernement a rompu les négociations avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie. Ces terribles FARC viennent d’enlever Ingrid Betancourt. L’élection présidentielle se profile, dont est favori un dur, un certain à lvaro. De (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Personnellement, je n’ai jamais très bien compris ce qu’est le féminisme. Je sais par contre que les gens me qualifient de féministe chaque fois que j’exprime une idée qui me différencie d’un paillasson ou d’une prostituée.

Rebecca West

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.