RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
12 

Coup d’éclat stratégique en Palestine

Comme tous les mouvements de libération nationale, la résistance à l’occupant devra compter sur ses propres forces, et l’événement en cours fait la démonstration qu’elle n’en manque pas. D’autant qu’elle pourra aussi compter sur ses alliés, confortés jour après jour par le déclin d’un Occident qui se croyait maître du monde et qui voit s’effriter une domination mortifère, vouée à finir dans les poubelles de l’histoire.

En attaquant Israël avec une audace inouïe, le mouvement national palestinien vient de franchir un cap historique. Les faits sont là, impensables hier et pourtant incontestables aujourd’hui : c’est la première fois que les combattants palestiniens mènent une offensive de cette ampleur en territoire ennemi, et la première fois qu’ils parviennent à capturer des dizaines de ressortissants israéliens.

Jusqu’à présent, l’interminable combat des Palestiniens prenait deux formes. C’était soit l’insurrection populaire, où les manifestants se sacrifiaient sans espoir de vaincre mais pour témoigner de la résistance du peuple palestinien. Soit la stratégie du bastion, la résistance mettant à profit ses modestes capacités balistiques pour défier Israël et faisant le dos rond sous les bombes grâce à la densité urbaine du réduit gazaoui.

Le 7 octobre, de manière spectaculaire, le théâtre des opérations principal a été projeté en territoire israélien. L’initiative stratégique est passée du côté des mouvements armés palestiniens, ce qui constitue en soi un événement de portée historique. Bien sûr, rien n’est acquis, et les forces palestiniennes vont sans doute se replier devant la supériorité matérielle de l’ennemi, l’hypothèse d’un puissant assaut contre Gaza ne pouvant être écartée.

Il n’empêche que la présence de nombreux otages israéliens modifie les données de l’équation militaire. En promettant « la destruction du Hamas », Netanyahou a placé la barre très haut. En réalité, il est condamné à réitérer ce qu’il a déjà fait tant et tant de fois, c’est-à-dire écraser Gaza sous un déluge de bombes. Les pertes civiles palestiniennes seront sans doute énormes, mais on va vite se demander pour quel résultat militaire, et surtout pour quel bénéfice politique.

S’il ordonne une offensive terrestre massive contre le bastion gazaoui, le gouvernement israélien court le risque, en effet, de se retrouver dans une situation pire qu’en 2014. Car il va devoir affronter une résistance aguerrie, galvanisée par son coup d’éclat du 7 octobre, et qui détient pour la première fois la fantastique monnaie d’échange que constituent des dizaines d’otages.

L’humiliation subie par l’armée israélienne se double donc, du côté de la résistance, d’une véritable victoire stratégique. En déplaçant le centre de gravité du conflit sur le sol israélien, le Hamas a fait voler en éclats le mythe sécuritaire cher à Netanyahou tout en ramenant le conflit à sa véritable dimension. Tel Aviv a beau voir dans le Neguev la propriété inviolable de l’État d’Israël, les mouvements palestiniens, en occupant à leur tour les colonies, viennent de lui rappeler que ce territoire fait partie de la Palestine occupée.

Outre cette victoire stratégique, le deuxième aspect des événements en cours réside dans leur résonance régionale et internationale. De ce point de vue, le coup d’éclat du 7 octobre est comme l’écho lointain, sur un autre théâtre d’opérations, de la guerre perdue d’Israël contre la résistance libanaise.

En 2006, le Hezbollah avait fait la démonstration que les troupes sionistes pouvaient subir la défaite lorsqu’elles passaient à l’attaque sur le sol libanais. De son côté, la résistance palestinienne vient de montrer que ces troupes peuvent subir une correction lorsqu’elles sont en position défensive sur un territoire qu’Israël considère comme le sien parce qu’il l’occupe depuis 1948.

Cumulant leurs effets, ces deux événements ont pulvérisé le mythe de l’invincibilité israélienne. Une fois de plus, l’état-major israélien a fait les frais d’une guerre asymétrique entre armée conventionnelle et résistance populaire à laquelle il ne comprend goutte.

Le conflit actuel, naturellement, entre en résonance avec les mutations géopolitiques en cours. L’obstination des États-Unis et de leurs satellites européens à mener une guerre absurde contre la Russie a offert une fenêtre de tir à la résistance palestinienne. Au moment où Washington est empêtré dans un conflit par procuration qu’il a orchestré sans en mesurer les conséquences, l’offensive inattendue de la résistance en territoire israélien souligne la fragilité de l’État-colon et déstabilise l’axe impérialiste.

Les alliés des Palestiniens, de leur côté, leur ont fourni des assurances et procuré des moyens qui ont rendu possible cette initiative spectaculaire. Ce n’est pas un hasard si l’Iran a immédiatement salué l’opération-surprise du 7 octobre. Base arrière de l’Axe de la Résistance, la République islamique est engagée dans un bras de fer de longue durée avec les Occidentaux. Les menaces israéliennes contre son territoire et les bombardements qui frappent la Syrie entretiennent un conflit dont Téhéran pense qu’il mûrira inexorablement, au gré de l’évolution du rapport de forces, jusqu’à la victoire finale.

Or les capacités militaires de l’Iran, notamment ses capacités balistiques, le rendent aujourd’hui capable d’exercer une dissuasion conventionnelle qui inhibe les velléités agressives de l’adversaire. S’il est ridicule d’imputer les initiatives de la résistance arabe à un soi-disant chef d’orchestre iranien, il est évident que le soutien politique et militaire de Téhéran fait partie de l’équation, au même titre que la réconciliation du Hamas avec la Syrie, toujours confrontée, de son côté, à l’agressivité israélienne et au blocus occidental.

« Soutien total », « ferme condamnation », « nous sommes au côté d’Israël » : quand les Occidentaux se mettent à chanter cette chanson à l’unisson, c’est qu’on a touché à la vache sacrée. La sensibilité à géométrie variable de l’homme occidental n’est un mystère pour personne. Ce n’est pas la première fois que l’indignation sélective des pleureuses sur commande est réservée aux victimes israéliennes. De leur côté, les civils palestiniens froidement abattus sont de mesure nulle, simples dommages collatéraux imputables à la défense de « la seule démocratie du Moyen-Orient ».

Une fois de plus, l’hypocrisie monumentale du « monde libre » se déverse dans les médias aux ordres, ces relais serviles d’une propagande délétère. Les victimes palestiniennes, en réalité, sont les victimes sans visage de la sauvagerie de l’occupant, mais aussi de cette bassesse occidentale qui couvre le crime colonial des oripeaux de la démocratie.

Mais peu importe. Le mensonge collectif a beau atteindre des niveaux stratosphériques, il n’a aucun effet sur le rapport des forces. Le Sud global n’est pas dupe des artifices d’une rhétorique dont il fait les frais depuis des lustres. Et les Palestiniens n’attendent plus rien des Européens, car ils savent que ce sont des canards sans tête.

Comme tous les mouvements de libération nationale, la résistance à l’occupant devra compter sur ses propres forces, et l’événement en cours fait la démonstration qu’elle n’en manque pas. D’autant qu’elle pourra aussi compter sur ses alliés, confortés jour après jour par le déclin d’un Occident qui se croyait maître du monde et qui voit s’effriter une domination mortifère, vouée à finir dans les poubelles de l’histoire.

Bruno GUIGUE

URL de cet article 38958
  

Même Thème
Europe Israël : Une alliance contre-nature
David CRONIN
Israël est souvent perçu comme le 51ème État des États-Unis. Désormais, il serait en passe de devenir membre de l’Union européenne. David Cronin a parcouru les couloirs de Bruxelles pour interroger hauts fonctionnaires et diplomates. Il a épluché les programmes européens et examiné les liens étroits que tissent les entreprises du continent avec ce petit État du Moyen-Orient. Loin des discours officiels, vous trouverez dans ce livre les résultats d’une enquête déroutante qui montre comment le prix Nobel (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si les gens devaient découvrir ce que nous avons fait, nous serions pourchassés dans les rues et lynchés"

Président George H.W. Bush (père)
cité par Sarah McClendon (reporter à la Maison Blanche) dans sa lettre d’infos datée de Juin 1992.

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.