RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

De chacun selon ses moyens

Dialogue où l'on pourra discerner deux types d'hostilité face à une idée ; la première « de droite », c'est-à-dire qu'elle préfère attaquer la forme pour mieux dévaloriser le fond, la seconde qu'il faut hélas ! dénommer « communiste », mais au sens que la même droite prétend donner à ce mot.

Reprenons, pour savoir de quoi l’on parle :

Moi.

Il s’agit en fait d’un bien piètre idéal que de vouloir partager le gâteau sans vouloir tenir compte de la façon dont il a été fabriqué : c’est un appel à la collaboration de classe la plus plate ; mais il faut constater d’une part que ce fut pendant longtemps notre mot d’ordre au moins tacite et craindre d’autre part que ce soit là l’horizon toujours renouvelé, – et pour cause ! de bon nombre de ceux qui se pensent communistes aujourd’hui.

Fait aggravant : ce genre de revendication traîne sur son dos comme la tunique de Nessus le soutien à l’impérialisme (national, européen, atlantiste) qui permet justement la production de la richesse en question, qu’elle soit partagée ou non entre les Français.

Lui. Non sérieux, cet enchaînement de mots veut dire quelque chose ? L’avant dernier paragraphe, on dirait qu’il a été rédigé en prenant des mots au hasard dans le dictionnaire, et en les mettant à la suite.
C’est quoi une « collaboration de classe la plus plate » ?

Moi. Lisez : Appel le plus plat à la collaboration de classe. J’ai cru pouvoir compter sur le niveau de culture du lecteur pour me permettre cette petite figure de style.

Lui. « Appel le plus plat à la collaboration de classe » ne veut rien dire pour moi non plus (...) « Plate » étant mis au féminin, c’est obligatoirement la « collaboration » ou la « classe » qui est plate, et certainement pas « l’appel ». Du coup votre explication ne colle pas avec le texte. Dans tous les cas, je ne sais pas ce que vous entendez par « classe » ni ce que le mot « plate » veut bien vouloir dire dans ce contexte. Ni de quel appel il s’agit, ou bien qui appelle à quoi.

Moi. Bornons-nous à la question du style, voulez-vous ? Une hypallage, cela vous dit-il quelque chose ?
Quand C. Baudelaire écrit :
J’aspire, volupté divine !
Hymne profond, délicieux !
Tous les sanglots de ta poitrine.

... le critique remarque que divine (féminin) est davantage en harmonie sémantique avec hymne (masculin) et que profond, délicieux (masculin) est en parfait accord avec volupté (féminin).

Un autre. Le partage des richesses = collaboration de classe !!! Vous en avez beaucoup au magasin des grosses bêtises de ce genre ?

Moi. Je lui rappelle mes premières lignes puis : Relisez Marx, Engels, etc. jamais vous n’y trouverez une pareille ânerie : le partage des richesses. (Je permets le mot ânerie, puisqu’il n’a pas lésiné avec les bêtises)

L’autre. (Qui, se croyant plus prolétarien, plus efficace, passe du vouvoiement au tutoiement) Ben t’ira expliqué tes âneries aux smicards. A l’heure ou les dividendes des actionnaires augmentent de 30 %, ou les gavés sont surgavés et les pauvres toujours plus nombreux, ça va surement leur aller droit au cœur. Toi aussi t’a intérêt de relire Marx, mais pas que, fais le toi expliquer aussi .

Moi. C’est sans doute grâce à ce genre d’idée élevée, le partage des richesses, tout juste propre à faire de l’agitation mais absolument fausse sur le plan théorique ( savez-vous seulement distinguer les deux niveaux ?) que le vote des smicards et des travailleurs en général nous est si favorable ? Et qu’ils se sentent si concernés par ce que nous leur disons ?
Il faut croire qu’ils ont plus de finesse que certains qui prétendent leur montrer le chemin.

(À suivre, peut-être)

URL de cet article 26848
  

Même Thème
Abrégé du Capital de Karl Marx
Carlo CAFIERO
« Le capitalisme n’est et ne sera pas là de toute éternité. » Cet Abrégé, rédigé en 1878, nous livre l’essentiel de l’analyse contenue dans le Livre I du Capital de Karl Marx. Ce compendium de la critique du système capitaliste - « où ce ne sont pas les moyens de production qui sont au service du travailleur, mais bien le travailleur qui se trouve au service des moyens de production » - a été rédigé à destination d’un public populaire. Écrit dans un style simple et sans l’appareil scientifique qui rend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Malheur aux pays qui ont besoin de héros.

Bertolt Brecht

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.