RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

De l’Ironie, sinon rien !

1. De l’inutilité des Miséreux (1)

Si j’avais à soutenir le droit que nous avons de considérer les Miséreux comme inutiles, voici ce que je dirais.

Les Peuples civilisés ont éclairé le Monde et ont innové plus qu’à leur tour. Ceux qui n’ont que pour tout bagage intellectuel que leurs mains malhabiles sont tels qu’il est impossible de les plaindre.

Le Monde serait moins riche de ses riches, si ceux-ci partageaient avec cette multitude nécessiteuse et improductive.

Il est si naturel de penser que c’est le statut social qui détermine la place réservée à chacun, que ce sont les inégalités qui stimulent la créativité, engendrent le dynamisme.

On ne peut honnêtement se mettre dans l’esprit que la Nature, qui est si généreuse à qui sait la cueillir, ait mis une conscience, surtout une conscience humaine dans des corps si émaciés, si tordus, si mal recouverts de guenilles, transgressant à l’envi les codes de la bienséance.

On peut juger de l’importance des choses par l’intérêt que leur portent les meilleurs philosophes. Comme ils sont plutôt enclins à manier de coruscants [= brillants] concepts, certaines réalités implacables ne peuvent que leur échapper, d’autant que les pauvres se cachent pour mourir.

S’il fallait une preuve que les Miséreux n’ont pas le sens commun, il suffirait de voir qu’ils font bien plus de cas d’un collier de verroterie, trouvé parmi les immondices qui leur servent d’environnement, que d’un sautoir chryséléphantin [c-à-d d’or et d’ivoire], qui, chez les Nations policées, est d’une si grande conséquence.

Il est impossible que nous supposions que ces gens-là soient des Hommes, parce que, si nous les supposions comme tels, on commencerait à en déduire que nous ne sommes pas nous-mêmes des Humains.

De petits esprits, en quête d’une facile reconnaissance, exagèrent trop l’injustice que l’on fait aux Miséreux : car, si elle était telle qu’ils le disent, ne serait-il pas venu dans la tête de nos gouvernants émérites, qui font entre eux tant de conventions inutiles, d’en faire une générale en faveur de la miséricorde et de la pitié ?

2 - Si tu peux (2)

Si tu peux voir disparaître des Terres exotiques
Et sans dire un seul mot te remettre à spéculer
Ou voir submerger les demeures des déshérités
Sans un geste et sans un remords
Si tu peux embrasser d’un seul regard
Et voir, parmi plein de chiffres, les futurs dividendes
Si tu peux apprécier des senteurs rares, des mets raffinés
Quand d’autres ne connaîtront que les reliefs
Si tu peux voir voguer tes déchets sur la mer océane
Jusqu’à des contrées lointaines, des bidonvilles
Si tu peux négliger cette joyeuse jeunesse
Oubliée par la providence, mais rattrapée par le progrès
Qui tente de donner une seconde chance à tes rebuts
Si tu peux rester digne, magnifique, la mise impeccable
Sans jamais connaître le moindre scrupule
Si tu peux jouir du superflu jusqu’à satiété
Quand tant ignorent jusqu’à la saveur de l’essentiel
Si tu sais innover, calculer, dégraisser, accumuler
Sans jamais vivre à-propos
Si tu sais feindre, maquiller, dissimuler, tricher
Sans jamais connaître de maux de conscience
Si tu sais être inflexible en affaires
Sans jamais te laisser attendrir par les conséquences
Si tu peux dédaigner l’inhumaine condition de certains
Et t’affranchir du fait qu’il n’y a pas d’effet sans cause
Si tu as les dents acérées, beaucoup d’entregent
Si, par dessus tout, la finance est une amie très chère
Alors, tu feras de nombreux envieux
Tu auras, à tes pieds, une foultitude de courtisans
Tous esclaves volontaires de ton bon plaisir
Et, ce qui vaut mieux que la sagesse et l’humanité
Tu seras parmi l’élite, mon fils.

« Personne »,

15 fructidor an 225

(1) Texte reprenant les mots, les formules, les phrases et l’esprit de De l’esclavage des Nègres, de Montesquieu : http://expositions.bnf.fr/montesquieu/themes/esclavage/anthologie/mont...

(2) Texte s’inspirant de If de R. Kipling

URL de cet article 32257
  

Les Mondes d’Après (nouvelles d’anticipation écologique)
DIVERS
PAUL ARIES, AURÉLIEN BERNIER, FRÉDÉRIC DENHEZ, MICHEL GICQUEL, JÉRôME LEROY, CORINNE MOREL-DARLEUX, JACQUES TESTART, FRED VARGAS, MAXIME VIVAS Comment ça, y a pu d’pétrole ! ? Faut-il remplacer la Société du Travail Obligatoire par la Société du Partage Obligatoire ? Vous rêvez d’enfouir Daniel Cohn-Bendit dans un tas de compost ? Peut-on faire chanter « l’Internationale » à Dominique Strauss-Kahn ? Le purin d’ortie est-il vraiment inoffensif ? 155 pages 12 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quelqu’un qui a avalé la propagande sur la Libye, la Syrie et le Venezuela est bête, du genre avec tête dans le cul. Quelqu’un qui a rejeté la propagande sur la Libye et la Syrie mais avale celle sur le Venezuela est encore plus bête, comme quelqu’un qui aurait sorti sa tête du cul pour ensuite la remettre volontairement.

Caitlin Johnstone

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.