RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Démystifier la centralisation jacobine

Centralisation jacobine, centralisme jacobin, Etat jacobin. Expressions péjoratives souvent jetées à la face des personnes voulant renforcer l’autorité centrale, le pouvoir de l’Etat. Ces expressions font référence à la Révolution française de 1789. Lourdes de sens, lourdement fausses.

Journalistes et politiciens tartinent des feuillets entiers avec cette idée reçue de l’Etat jacobin. Expression souvent amère dans la bouche et la plume de ceux qui l’énoncent et l’écrivent. Amère et fausse, historiquement fausse. Sous cette expression se cache la dénonciation d’une centralisation excessive (renforcement du pouvoir central, de l’Etat au détriment des collectivités territoriales), héritière de la Révolution française. Ou plus précisément d’une partie de la Révolution, l’an II (1793-1794) des montagnards radicaux qui auraient centralisé à tout va. Ces fameux jacobins, centralisateurs pathologiques. Or si les débats sur l’efficacité ou non d’une centralisation sont légitimes, l’expression d’Etat jacobin pèche par ses présupposés historiques. La Révolution de 1789, du point de vue de son administration, n’a pas rimé avec centralisation mais intérêt de la nation. Peu importe la période considérée, surtout avant l’avènement du Directoire (1795). La centralisation souvent surestimée avant 1795, a été le fruit en grande partie des circonstances. Malgré tout, l’expression s’enracine et fait tache d’huile dans les médias. Ce début de mois de juin en atteste. Le Figaro (1er juin 2016), La Tribune (2 juin 2016), La Dépêche (2 juin 2016) ont chacun relayé cette expression opportune alors que s’achève le congrès des maires tenu entre le 31 mai et le 2 juin 2016.

Michel Biard a dirigé la rédaction d’un livre référence et collectif « La Révolution française, une histoire toujours vivante ». Une oeuvre préfacée par le spécialiste de la période Michel Vovelle et ouverte aux contributions d’éminents historiens tels Pierre Serna, Marcel Dorigny, Bernard Gainot, Jean-Clément Martin, Jean-Pierre Jessenne et d’autres. Michel Biard est l’auteur d’un chapitre synthétique sur cette supposée centralisation administrative attribuée aux révolutionnaires de l’an II (1793-1794). Dès avant la période incriminée, les Constituants de 1791, en majorité désireux de réformer la Monarchie mais non l’abolir, opèrent un nouveau maillage territorial et créent les départements, districts, cantons et communes. Il s’agit, selon l’historien, de « rationaliser les subdivisions administratives et de remplacer l’esprit de province par l’unité nationale ». Et désarmer le roi, Louis XVI. Rien à voir avec une hypothétique décentralisation qui se serait achevée de manière sanglante par la substitution d’une faction révolutionnaire par une autre (les montagnards remplacent les girondins à partir de juin 1793).

Ainsi que le note Michel Biard, dans chaque département est installé un « procureur général syndic », élu parmi les citoyens locaux et censé représenter le pouvoir exécutif central (le roi et ses ministres). Ce procureur, chargé de veiller à l’application des lois, assiste aux réunions et dispose d’une voix consultative. Par la force de son élection (citoyenne), sa portée morale est retentissante. D’autant que les modalités du vote aboutissent à l’élection d’un notable. D’une personne réputée. La nouvelle institution s’installe dans une ambiance survoltée. Les événements de l’été 1792 (les sans culottes qui s’emparent du palais des Tuileries le 10 août et réussissent à faire jeter le roi en prison, par exemple) font naître des dysfonctionnements de première ampleur. Des administrateurs de département se révèlent hostiles au renversement de Louis XVI. « Le 15 août, explique Michel Biard, pour avoir improuvé le décret qui suspend les pouvoirs du roi, le procureur général syndic et quatorze administrateurs du département des Ardennes, ainsi que le maire de Sedan, sont arrêtés sur ordre de l’Assemblée législative ». Un exemple comme tant d’autres, dans le flux des secousses qui perturbent le pays. C’est ce constat de dysfonctionnements qui mobilise l’Assemblée législative puis la Convention nationale autour du thème de la centralisation. Une centralisation réfléchie dans l’urgence. Qui prend ensuite l’habit des « représentants du peuple en mission ».

Les « représentants du peuple en mission » forment une institution provisoire exigée par les circonstances et les difficultés, en cette période troublée, à assurer la communication administrative. Ils se transmuent en véritable institution après la chute des girondins en 1793, soupçonnés – en grande partie à tort – d’être fédéralistes et traitres à la cause révolutionnaire. Néanmoins, l’institution n’a jamais été comprise autrement que sous l’angle du provisoire, de la nécessité circonstancielle. Pas question qu’elle survive à la fin des troubles. D’après Michel Biard imprégné des travaux cités en fin de chapitre, ces « représentants du peuple en mission » se sont comportés comme des « intermédiaires entre pouvoir central et pouvoirs locaux, entre pouvoirs et citoyens ».

Directoire et Consulat, adeptes de la centralisation ?

La Constitution de l’an III (1795) fonde un nouveau régime, en pleine vague révolutionnaire, le Directoire. Certains montagnards de l’an II évacués, place à une centralisation en germe. Avec les commissaires centraux, collés à chaque administration de département. Néanmoins, il n’y a toujours pas lieu d’exagérer la centralisation. Le commissaire central, nommé par le pouvoir exécutif et aux prérogatives plutôt réduites, a en face de lui des administrateurs départementaux élus.

La palme revient au Consulat (1799) avec la création des préfets, le 17 février 1800. Nommés directement par Napoléon Bonaparte, premier Consul. Le problème désormais, c’est que face à ces préfets, les autorités locales disparaissent. Pas tout puissants non plus, les préfets symbolisent malgré tout une réelle centralisation, cette fois-ci.

Florian Maroto

»» https://floriantoday.wordpress.com/2016/06/03/demystifier-la-centralis...
URL de cet article 30466
  

Même Thème
Histoire de ta bêtise
François Bégaudeau
PREFACE D’abord comme il se doit j’ai pensé à ma gueule. Quand en novembre les Gilets jaunes sont apparus pile au moment où Histoire de ta bêtise venait de partir à l’imprimerie, j’ai d’abord craint pour le livre. J’ai croisé deux fois les doigts : une première fois pour que ce mouvement capote vite et ne change rien à la carte politique que le livre parcourt ; une second fois pour que, tant qu’à durer, il n’aille pas jusqu’à dégager Macron et sa garde macronienne. Pas avant le 23 janvier 2019, date de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus grand crime depuis la deuxième guerre mondiale a été la politique étrangère des Etats-Unis.

Ramsey Clark
Ministre de la Justice des Etats-Unis sous la présidence de Lyndon Johnson

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.