RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Don’t tread on me.

Les récents changements opérés à la tête de la diplomatie américaine ne seraient pas sans signification politique et dépasseraient largement une soudaine incompatibilité d’humeur devenue intenable entre un Président Trump en quête d’un leadership mondial plus que jamais contesté et un Rex Tillerson dont le moins que l’on puisse dire est qu’il a jusqu’à son éviction plutôt incarné le rôle d’une colombe dans un sérail politique américain qui pullule plutôt de faucons. Et l’un deux vient en tous les cas d’être plébiscité. Ancien patron du renseignement, d’origine italienne, proche des thèses du populiste Tea Party, mouvement ayant largement soutenu la candidature du Président Trump, Mike Pompeo sera celui qui selon les projections de certains spécialistes redonnera de la vigueur à la politique étrangère des Etats-Unis. Et dans le jargon diplomatique de ce pays, vigueur signifierait guerres et complots.

Mais quelle incidence pourrait avoir ce changement sur les rapports de force internationaux et sur les principaux points chauds du globe.

Difficile à dire car Trump a déjà dévoilé toutes ses options de politique étrangère et rien désormais ne pourrait surprendre. De nombreux stratèges prédisent que si par la faute des choix du Président Trump un conflit mondial serait déclenché et contrairement aux deux précédents, le territoire des Etats-Unis ne sera pas cette fois-ci épargné.

La seule nouveauté dans cette nomination serait, semble-t-il, que Pompeo, et contrairement à son prédécesseur, appliquera ces options sans état d’âme et mettra en œuvre les principaux changements que souhaite provoquer le Président Trump.

Pour l’Iran, l’option est d’annuler l’accord nucléaire conclu pourtant par ce pays après de longues négociations avec la communauté internationale. La machine déstabilisatrice américaine sans doute inspirée par l’ancien plan Condor est déjà à l’œuvre dans ce pays et souvent dans ce cadre des aspirations parfois légitimes sont exploitées comme ce fut toujours le cas en Amérique latine à des fins inavouées.

A coté de l’isolement de l’Iran est programmée celui de la Turquie dont la déstabilisation est déjà en cours. Porteur d’un projet novateur, ce pays incarne un subtil dosage réussi entre modernité et appartenance civilisationnelle. La rupture avec la quête assidue d’adhérer à une communauté européenne dont elle ne fait pas vraiment partie a permis à la Turquie de se tourner désormais vers le monde musulman dont elle a vocation à influencer.

L’Arabie Saoudite redevenue désormais selon Trump l’allié fréquentable bénéficie des faveurs du Président américain et serait avec l’Egypte la nouvelle pièce maîtresse arabe américaine au Proche-Orient.

La question légitime des droits du peuple Palestinien ne semble pas faire partie des priorités du Président américain qui s’est plutôt empressé de déplacer son ambassade vers El Qods surprenant au passage les plus anti palestiniens comme Libermann qui n’en demandaient pas tant et tout de suite.

Il reste enfin les questions cruciales qui induisent et bousculent les rapports de force dans le monde. Les rapports avec la Chine, par exemple, sont d’une tout autre dimension et l’épineux dossier nord coréen en serait un avant-goût. Sans oublier la puissance financière chinoise. Et dans ce contexte les humeurs de Trump ne sont pas restées sans réponse et l’une d’entre-elles vient de tomber. Du fait de tensions bilatérales, le fond souverain chinois China Investment Corp (CIC) a vendu la participation qu’il détenait dans le fonds d’investissement américain Blackstone mettant ainsi fin à un investissement de plus dix ans.

Il y a aussi la Russie de Poutine qui piaffe d’impatience et l’Europe, notamment l’Allemagne et la France qui contestent parfois sans le crier certaines options du Président Trump.

Les choses ne seraient donc pas aussi simples ni faciles. La tache de Mike Pompéo sera en tous les cas difficile et la Realpolitik finira sans doute par reprendre le dessus. Mais ce monde qui aspire de plus en plus à la paix, au respect mutuel et au développement humain serait quant à lui enclin à reprendre à son compte l’un des slogans inspirant la doctrine du Tea Party. Don’t tread on me.

Salim METREF

URL de cet article 33092
  

Même Thème
Une histoire populaire des États-Unis - De 1492 à nos jours
Howard ZINN
Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Suivez la science" disent les médias qui publient des horoscopes.

Viktor Dedaj

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.