RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Droitsdelhommisme fiction

Illustration "dessiner les Droits de l’Homme" de Peter Schrank.

Au vu du sort réservé aux plus démunis, par un système pris de folie aux États-unis, d’abord, en Europe ensuite, c’est-à-dire à ces travailleurs, ces retraités, ces laissés-pour-compte des pays du Sud comme le Venezuela, la Bolivie ou Cuba, ont décidé de financer des Organisations non gouvernementales (ONG), chargées de la défense des droits de l’homme dans ces pays.

La décision a découlé du fait que seuls ceux qui avaient de l’argent, beaucoup d’argent, pouvaient faire de la politique, construire de grands partis, assurer la paie de centaines de milliers de militants, acquérir de gros organes de presse et des télévisions, et mener des campagnes électorales onéreuses et massives. Alors que les plus pauvres n’ont pas voix au chapitre, ne peuvent pas faire entendre leur voix ou à peine murmurer dans des entrefilets de journaux compatissants.

Un apport financier conséquent leur serait vital. Ils pourront, eux aussi, avoir au moins des militants permanents qui feront entendre leur discours et leurs revendications, s’organiser donc, financer des supports d’information et des campagnes de sensibilisation et, pourquoi pas, monter leurs propres organes de presse et de télévisions. Le tout pour réaliser un contrepoids aux tenants du pouvoir. Ce ne sera que justice.

Le résultat est patent. En termes de démocratie, en priorité, les opinions minorées par le filtre de la censure par omission pourront s’exprimer et contribuer à l’instauration d’une véritable liberté d’expression et un plurarisme politique, en lieu et place du monologue en vigueur. Le financement reposera sur un cahier des charges rigoureux, car il ne s’agira pas de rajouter des acteurs associatifs au cadre dominant. Pour cela, il suffit d’obéir au canevas usité par les bailleurs de fonds occidentaux au bénéfice des ONG missionnées pour implanter la démocratie de marché dans les pays périphériques.

Les bénéficiaires doivent expressément démontrer qu’ils sont engagés dans la lutte contre les inégalités sociales et qu’ils œuvrent à faire émerger une alternative qui donne une existence politique aux exclus économiques.

En un mot, il doit y avoir l’assurance qu’ils travailleront à l’instauration de la démocratie véritable, où le peuple aura un choix réel, grâce à l’émancipation de ses représentants, jusque-là écartés du paysage politique.

Seulement, il faudra trouver des procédures d’évitement d’une réaction hostile, surtout de la part du gouvernement étatsunien, qui est très frileux en matière d’ingérence étrangère (même si l’essentiel des ONG droitsdelhommistes dans le monde sont des succursales de ses services de renseignement). On a pu voir interdire à l’ONG britannique, Cuba Solidarity Campaign, d’acheter une centaine d’exemplaires d’un livre sur le blocus de Cuba (The Economic War against Cuba. A Historical and Legal Perspective on the U.S. Blockade, publié par Monthly Review Press - NdR en français : Etat de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba).

C’est que le bras des États-Unis est long. Pour ce faire, leur département du Trésor a fait saisir les fonds destinés à l’achat en question, même s’il était destiné… aux lecteurs britanniques.

Ahmed Halfaoui

»» http://www.lesdebats.com/editions/060613/les%20debats.htm
URL de cet article 20891
  

Même Thème
Cuba sous embargo - paroles cubaines sur le blocus
Viktor DEDAJ
Instauré depuis 1962 par les États-Unis après un échec de l’invasion de l’île, le blocus non seulement pourrit la vie des Cubains mais constitue également une véritable insulte à la communauté internationale, laquelle, dans sa quasi totalité, le condamne chaque année à l’ONU depuis près de trente ans. Cette négation de la souveraineté des États et cette sanctification du droit d’ingérence par l’asphyxie constitue l’un des plus grands scandales de tous les temps. Dans le carnet de bord qu’il tient tout en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En révélant au public comment les institutions fonctionnent réellement, pour la première fois nous pouvons vraiment comprendre, en partie, notre civilisation.

Julian Assange

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.