RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

En bas des tours du business

Préambule : J’ai pendant des années développé dans des textes de nature technique une analyse du capitalisme, visant à démontrer la cause de ses déséquilibres, dénommés crises. Quelques-uns de ces textes sont parus dans les colonnes du Grand Soir. A force de répéter les mêmes analyses, j’ai cherché à écrire autrement, de manière plus littéraire. Le texte qui suit est une description tout juste romancée de la réalité de mon environnement de travail. En fait, chaque salarié peut voir les mêmes choses que moi, mais peu d’entre eux, du fait de « l’idéologie qui endort et asservit », les observent réellement pour en faire une lecture socio-politique. Comme haut cadre fonctionnaire à 2 ans de la retraite, à la limite, je n’ai pas à me plaindre, mais je dois dire que je ne supporte plus ce système d’esclavagisme rampant et c’est ce qui me fait réagir de manière aussi sensible. Chaque violence urbaine que mes yeux distinguent me glace d’effroi et me pousse à écrire instantanément l’insupportable de la situation, juste pour montrer ce que personne ne voit ou refuse de regarder, car cette violence de l’urbanisme érigé en système (« métropolisation des rapports sociaux »), a des causes profondes, de nature politique. Sous ce texte romancé, c’est ce soubassement politique que je dénonce. J’espère que les lecteurs du Grand Soir y trouveront matière à réflexion. Tel est le tréfonds de ce texte.

* * *

Il était une fois, dans la plus grande métropole du royaume présidé par Jupiter, des tours aux vitrages bien opaques. Celles-ci sortaient de terre à la vitesse de l’éclair, tellement l’immobilier spéculatif était initialement arrosé de fonds publics, au point qu’à la Joliette les costards-cravates du business se substituèrent aux bleus de travail auparavant dominants. Le midi, on n’entendait parler que de process, d’input, de deadline et autres anglicismes du marché libre. Cependant, pour celles et ceux qui trimaient, les bureaux calfeutrés de moquette étouffaient tout juste les souffrances subies.

En bas des tours, le « territoire » faisait résonner l’écho d’une mondialisation de langues, tellement les prolétaires du béton armé s’étaient vu appliquer, à « l’insu de leur plein gré » la directive libérale des « travailleurs détachés », de... « L’Europe de l’emploi ».

Pas ou peu de syndicats dans ce monde-là, la compétitivité ayant écrasé ce qui restait de résistance à l’oppression du « tout profit ». Oppression de l’argent pour l’argent, d’une accumulation sauvage et imbécile, destructrice d’humanité et de savoirs vivre, tandis que dehors, sur les trottoirs immaculés, s’entassaient les cohortes de mendiants, aux pantalons rapiécés de Germinal.

On reconnaissait les migrants, exilés des pays en guerre, aux poussettes vides de bébé mais remplies de déchets ménagers mis à disposition dans les poubelles de la gentrification, planifié par des politiques qui ne voulaient plus de pauvres ici-bas. On y croisait aussi les chômeurs aux regards tristes car s’en allant pointer à Pôle emploi pour toucher les allocs de survie.

À midi, l’espace public restant vrombissait des commandes de repas données aux ubérisés du pédalage forcé à toute heure, tandis que des étudiantes au béret aguichant, en publicité moulante, déambulaient en patin roulette sur les terrasses du port.

Les cafés, bondés des clients du jour, donnaient l’impression d’une ruche en suractivité, débordant du pollen à traiter dare-dare, avant que de reprendre obligatoirement le chemin du bureau, au 6ème étage d’une tour anonyme, desservie par le métro vertical.

Pendant que les employés et cadres blancs s’en allaient rejoindre leur foyer dans un immeuble cossu, protégé par digicode individuel, une armée de femmes-esclaves importée d’Afrique prenait possession des bureaux en vue de nettoyer les saletés du jour produites, laissant ainsi leurs enfants travailler seuls leurs devoirs, ou trainer dans les rues à la merci du moindre trafic et règlement de compte.

C’est l’heure à laquelle les voitures du patronat victorieux rugissaient leurs moteurs, rajoutant ainsi à la pollution de l’air déjà saturé, pour rejoindre un conseil d’Administration secret, qui déciderait sans doute de rajouter des tours aux tours, pour boucher l’horizon. Soirée branchée french-tech pouvant se terminer par une sauterie, pas simplement dédiée à rassasier les papilles gustatives...

Pendant ce temps, les trafics, la prostitution, les précarités, les mendicités et les pauvretés métropolitaines se développaient sans fin... En bas des tours du business...

26 Septembre 2017, Fabrice

URL de cet article 32364
  

Maxime Vivas : le gai Huron du Lauragais
Bernard GENSANE
C’est sûrement parce qu’il est enraciné dans les monts du Lauragais que Maxime Vivas a pu nous livrer avec ce roman une nouvelle version de l’ébahissement du Candide face aux techniques asservissantes censées libérer les humains. Soit, donc, un Huron né à des milliers de kilomètres de l’Hexagone, sur l’àŽle Motapa, d’une mère motapienne et d’un père parisien. A l’âge de 25 ans, ce narrateur décide de voir Paris. Motapa est une île de paix, de sagesse, de tranquillité. La lave de son volcan charrie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est un paradoxe que la nation qui a tant fait pour intégrer les droits de l’homme dans ses documents fondateurs se soit toujours opposé à la mise en place d’un cadre international pour protéger ces mêmes principes et valeurs.

Amnesty International - "United States of America - Rights for All" Oct. 1998

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.