RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


En voilà du culot ! Hillary se déchaîne contre la Chine à propos des "droits de l’homme" (Counterpunch)

Y a-t-il quelque chose de plus irritant que d’entendre des officiels étasuniens disserter sur les "droits de l’homme" ?

Voilà Hillary Clinton qui se déchaîne contre les Chine à cause de leur "déplorable" performance en ce qui concerne les droits de l’homme et au même moment Bradley Manning est assis tout nu et glacé dans une cellule en parpaings minuscule dans un goulag au fin fond des USA en attendant qu’on lui arrache les ongles.

Et ce ne sont que les hors d’oeuvre. Que dire de Gitmo (Base militaire US à Guantanamo - NdR), Abu Ghraib, Bagram et de la myriade d’autres donjons, camps de concentration et sites secrets que les USA ont disséminés sur la planète. Les Etats Unis violent plus les droits de l’homme que quiconque dans le monde d’aujourd’hui. Clinton n’a aucun droit de faire la leçon à qui que ce soit.

Il suffit de mentionner Falluja : une ville de 300 000 habitants dont 40 000 ont été liquidés par les bombes étasuniennes, 80% de ses bâtiments et de son infrastructure réduits en cendres et la perspective d’avoir des cancers et des malformations à la naissance jusqu’à la fin des temps. Voilà comment on tue les gens !

Et puis il y a les attaques de drones. En fait 5 personnes supplémentaires ont été tuées mardi quand les missiles étasuniens ont fait sauter leur voiture au nord est du Pakistan. Qu’en est-il de leurs droits humains ? Et qu’en est-il du droit humain des 957 autres personnes qui ont été tuées rien qu’en 2010 ? Est-ce qu’elles ne comptent pas ?

Et est-ce qu’on peut arrêter de parler de la démocratie, s’il vous plaît ? Tout le monde sait que c’est l’autre nom du capitalisme. Et même pas du capitalisme ordinaire mais du capitalisme prédateur et agressif derrière qui rien ne repousse et qui ne fait pas de prisonniers, la sorte de virus dont est particulièrement affectée "l’oligarchie de racketteurs" étasunienne. Alors peut-on la mettre en veilleuse un petit moment ?

Voilà un échantillon d’Hillary se plaignant du "système de gouvernement répressif de la Chine" :

"Nous avons exprimé clairement en public et en privé notre inquiétude concernant les droits de l’homme. Nous lisons des rapports écrits par des gens, dont des artistes, des hommes de loi et des écrivains d’intérêt public entre autres, qui sont détenus ou qui ont disparu. Et l’histoire nous a enseigné que ceux qui ont comme objectif de respecter les droits de l’homme ont plus de chance d’être prospères et stables et de réussir."

Peut-on imaginer une telle arrogance ? Les Etats-Unis ont le plus haut pourcentage de population en prison du monde. Et Clinton ose reprocher à la Chine ses "détenus et ses disparus" ?

Mais oui, elle a raison ; les Chinois n’ont pas accédé à la démocratie comme nous et notre bon vieux pays, les USA, où cinq juristes de droite choisissent le président et où le gouvernement met votre téléphone sur écoute, épluche votre courrier et inspecte votre scrotum avant que vous ne montiez dans l’avion pour Boise. C’est la démocratie avec un D majuscule ; le pays de la liberté et des fraudes financières (chaîne de Ponzi - NdR). Nous sommes capables de vous flanquer à la porte de chez vous, de vous renvoyer de votre travail et de vous dépouiller de votre retraite, mais nous avons des principes, sacrebleu !

Mais cessons de tergiverser. Savez-vous ce que signifie exactement tout ça, toute cette duplicité pontifiante et ces démarches tapageuses de Mme Clinton ?

L’équipe d’Obama fait pression sur la Chine pour qu’elle ouvre ses marchés à Wall Street de sorte que la Grande Finance puisse démarcher un milliard et demi de poires pour leur refiler leurs contrats pourris. Voilà de quoi il retourne.

Lisez donc ce rapport de Bloomberg et faites vous une opinion.

Bloomberg : "Geithner va dire que la Chine doit alléger les contrôles du système financier et donner plus d’accès aux banques étrangères, selon David Loevinger, le coordinateur en chef du département du trésor. Des officiels des deux pays doivent se rencontrer à Washington aujourd’hui pour la réunion annuelle de dialogue stratégique et économique.

"... Les sénateurs Charles Schumer de New York et Jeff Merkley de l’Oregon ont demandé un "rééquilibrage" de la relation économique entre la Chine et les USA. Les deux hommes de loi, qui viennent de rentrer d’un voyage en Chine ont dit que les Chinois doivent ouvrir leur secteur financier, revoir "les taux de prêt et de dépôt anormalement bas" et donner un plus large accès au marché aux firmes étrangères...

"La chambre de commerce étasunienne de Chine a dit le mois dernier que les banques étrangères ne jouaient qu’un "rôle insignifiant" en Chine.

"La part de marché des préteurs étrangers en Chine a diminué depuis que le gouvernement a ouvert l’industrie en décembre 2006. Des banques comme Citigroup Inc. (C) basée à New York- et HSBC Holdings Plc (HSBA) basée à Londres veulent siphonner l’épargne des ménages et des entreprises chinois qui a atteint 10 billions (milliards de milliards) en Janvier quand la Chine est devenue la seconde économie mondiale à la place du Japon. ("Les USA vont insister pour que la Chine augmente les taux d’intérêts dès que les pourparlers vont commencer" Bloomberg)

Je répète : "Les banques... veulent siphonner l’épargne des ménages et des entreprises qui a atteint 10 billions de dollars en janvier."

Cela veut tout dire n’est-ce pas ? Wall Street se lèche déjà les babines en pensant à sa nouvelle victime. Ils ont hâte de croquer tout cet argent que les travailleurs chinois ont économisé en se privant pendant plus de dix ans. Voilà pourquoi ils ont ordonné à Clinton de réprimander les leaders chinois en public ; ils croient que cela les aidera à forcer la porte du marché dont la croissance est la plus rapide du monde pour y installer leur petit commerce.

Cela n’a donc rien à voir du tout avec les "droits de l’homme". Il s’agit seulement d’un rapport de force. Il faut forcer la Chine à faire ce que nous voulons pour que Wall Street puisse amasser des profits toujours plus énormes.

Cela vous étonne ?

Mike Whitney

Mike Whitney habite dans l’état de Washington. On peut le joindre à fergiewhitney@msn.com

Pour consulter l’original : http://www.counterpunch.org/whitney05112011.html

Traduction : D. Muselet pour LGS

URL de cet article 13700
   

Même Thème
Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si les gens devaient découvrir ce que nous avons fait, nous serions pourchassés dans les rues et lynchés"

Président George H.W. Bush (père)
cité par Sarah McClendon (reporter à la Maison Blanche) dans sa lettre d’infos datée de Juin 1992.

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.