Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Espagne : l’Audience Nationale condamne les 12 rappeurs de La Insurgencia a plus de 2 ans de prison pour chanter

détournement des armoiries espagnoles sur le thème de la répression.

L'Audience nationale a condémné a deux ans et un jour de prison les douze rappeurs du collectif La Insurgencia accusé de délit d'apologie du terrorisme, leur enlevant ainsi la possibilité de solliciter la suspension de peine de prison [1]. Le tribunal les a aussi condamné au paiement d'une amende de 4800 euros et à 9 ans d'interdiction d'appartenance à la fonction publique.

"Maintenant nous devons faire appel au Tribunal Suprême" a signalé Saúl Zaitsev, une des membres de La Insurgencia.

Le processus pénal contre La Insurgencia a été instruit par la juge Carmen Lamela, devant laquelle les jeunes se refusèrent a déclarer. Elle était dirigé contre les treize rappeurs de ce collectif, cinq d’’entre eux résidant à Vigo. L’un d’eu na pas été en jugement car il est mineur. Les douze prévenus ont entre 18 et 27 ans.

Durant le jugement, le procureur a déclaré que les chansons de La Insurgencia "propagent une méthode violente pour combattre un système qu’il considèrent injuste". Il a aussi réitéré que ces rappeur font l’apologie du PCE(r) Grapo. Les comparant avec les djihadistes, le procureur affirme que "les accusé ont une religion qui est la lutte syndicale ouvrière et que l’exploitation des opprimés nécessite une lutte armée contre des collectifs déterminé".

Les douze rappeurs de La Insurgencia sont les premier a être condamné a plus de deux ans de prison et si le tribunal suprême n’accepte pas leur recours il iront en prison. Alfredo Remírez, détenu lors de l’opération Araña [3] a été condamné a un an et demi de prison pour apologie du terrorisme. Mais postérieurement l’Audience Nationale décida son entrée en prison pour des antécédents d’une affaire antérieure d’apologie pour avoir demandé la fin de la dispersion des prisonniers en utilisant un mannequin de carton lors d’une fête à Amurrio. [4]

Movimiento Politico de Resistencia

»» https://movimientopoliticoderesistencia.blogspot.fr/2017/12/la-audienc...

Notes

[1] La loi espagnole prévoit que sans antécédents pénaux une première condamnation à moins de 2 ans de prison n’implique pas l’entrée en prison, c’est l’équivalent du sursis en France.

[2] Le cas Altsasu fait référence a une bagarre de bar entre sept jeunes de la ville d’Altsasu (ville historiquement hostile à la Guardia Civil, un corps de police espagnol) et de deux gardes civils hors de leur service et état d’ébriété qui avait provoqué et insulté les jeunes. La bagarre se solda par une fracture de la cheville pour un policer. Suite a ceci les jeunes ont été accusé de "terrorisme" par la juge Carmen Lamela.

[3] L’opération araña est une chasse au messages supposément terroriste sur Twitter et Facebook contre des messages faisant supposément l’apologie de d’Eta et des Grapo. Des personnes ont été condamné y compris pour des blagues sur l’assassinat de Carrero Blanco (bras droit de Franco) par Eta en 1973. Par contre quand un basque indépendantiste est blessé dans un attentat terroriste à Berlin et qu’il est menace sur twitter, selon le ministère de l’intérieur espagnol ce n’est pas un délit.

[4] Alfredo Remírez est une personne pacifique qui proteste contre la dispersion des prisonniers basques. Il a été condamné la première fois à un sursis pour le mannequin et la seconde fois pour tweet lors de l’opération Araña.


URL de cet article 32655
   


Vous avez une minute ?

Même Thème
ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Soit dit en passant, c’est une chose assez hideuse que le succès. Sa fausse ressemblance avec le mérite trompe les hommes.

Victor Hugo


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.