Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les Confessions dévastatrices de Flynn : Trump a conspiré avec Israël et a essayé de remplir ses promesses de campagne

Le mouvement de « résistance » anti-Trump prétend que le gouvernement russe a tenté d’« influencer » les élections américaines. Il insinue que Trump a « conspiré » avec les Russes dans cette entreprise. Il n’a aucune preuve à apporter à l’appui de la moindre de ces allégations. L’objectif de la campagne anti-Trump est de nuire à l’administration Trump autant que possible, et d’empêcher que les relations avec la Russie ne s’améliorent.

 On assiste à une chasse aux sorcières où l’enquête Mueller sur la prétendue manipulation électorale ainsi que les audiences du Congrès servent à jeter le plus d’immondices possible sur l’administration Trump pour voir ce qui restera collé sur elle au bout du compte.

 Pendant que le général à la retraite Michael Flynn travaillait à la campagne électorale de Trump, il était également le lobbyiste d’un riche proche du gouvernement turc. Il a gagné 600 000 dollars avec ce petit boulot. Ceux qui travaillaient à la campagne de Trump n’en savaient rien. Flynn a également assisté à une célébration d’anniversaire de Russia Today à Moscou. Il a donné ce jour-là une conférence rémunérée que son agence a facturée 40 000 dollars à RT.

 Flynn a été renvoyé du poste de conseiller à la sécurité nationale 24 jours après l’investiture de Trump. Il avait été assez stupide pour annoncer qu’il voulait réformer la CIA et les autres agences de renseignement. Ces agences ont fait en sorte que cela n’arrive pas.

 Flynn a été interrogé par le FBI dans le cadre de l’enquête Mueller sur l’influence présumée de la Russie sur la campagne électorale de 2016. Il a menti au FBI au sujet de certains contacts diplomatiques qu’il avait eus à la demande de l’administration Trump de l’époque. Le FBI a réussi à prouver qu’il avait menti. Aux États-Unis mentir au FBI est un crime sérieux. (Je ne crois pas qu’aucun autre pays ait une règle aussi stupide.) Flynn a accepté de négocier sa peine. En échange d’une moindre peine pour son « crime » de mentir au FBI, il doit dire à Mueller ce que Mueller veut entendre.

 Mais faites bien attention aux vrais événements sur lesquelles Flynn a menti :

 L’ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn a plaidé coupable vendredi sur le fait de mentir au FBI au sujet de ses contacts avec l’ambassadeur russe Sergey Kislyak, et des officiels ont indiqué à la Cour qu’il agissait sous la direction de hauts responsables de la transition Trump dans ses rapports avec le diplomate.

Flynn a contacté le haut diplomate russe à Washington. Il était sûrement conscient que la NSA et la CIA savait tout et écoutait tout ce qu’il faisait. Flynn n’avait aucune raison de penser que ces contacts étaient répréhensibles parce qu’ils ne l’étaient pas. Les nouvelles administrations ont besoin de ces contacts pour préparer leurs politiques.

Flynn a contacté l’ambassadeur russe pour parler de deux choses différentes :

Dans l’une des conversations décrites dans les documents de la Cour, les deux hommes ont discuté d’un futur vote du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la condamnation de la construction des colonies israéliennes. À l’époque, l’administration Obama se préparait à autoriser un vote du Conseil de sécurité sur la question.

...

Les enquêteurs de M. Mueller ont appris par des témoins et des documents que le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a demandé à l’équipe de transition de Trump de faire pression sur d’autres pays pour aider Israël, selon deux personnes bien informées. Les enquêteurs ont appris que M. Flynn et le gendre et conseiller principal de M. Trump, Jared Kushner, avaient organisé ces tentatives de pression. L’équipe de M. Mueller a des courriels dans lesquels M. Flynn dit qu’il va travailler à tuer le vote, selon ces mêmes personnes.

Le vote du Conseil de sécurité a eu lieu le 23 décembre 2016. Le gouvernement israélien a fait pression sur la nouvelle administration pour qu’elle influence ce vote dans l’intérêt du gouvernement israélien. L’administration Trump qui n’était pas encore au pouvoir ne pouvait pas influencer l’administration Obama qui avait décidé de s’abstenir. Elle a contacté l’ambassadeur de Russie pour demander aux Russes de bloquer le vote au Conseil de sécurité. Les Russes ne l’ont pas fait.

S’il y a eu « collusion », elle était entre le gouvernement israélien et ceux qui ont mené la campagne de Trump. Il y a deux volets à cette « influence ». Le premier, est la tentative israélienne couronnée de succès pour influencer la nouvelle administration Trump et le second, est la tentative infructueuse des collaborateurs de Trump pour influencer le vote russe à l’UNSC. Tout cela n’a absolument rien à voir avec l’élection américaine.

Maintenant voyons la seconde question :

Dans l’autre cas, selon les documents de la Cour, M. Flynn a demandé à M. Kislyak que Moscou s’abstienne d’exacerber la situation en réponse aux sanctions annoncées par l’administration Obama ce jour-là contre la Russie pour son ingérence dans l’élection présidentielle. Et M. Kislyak a dit à M. Flynn que la Russie « avait décidé de modérer sa réponse », selon les documents.

Le jour suivant, le président russe Vladimir V. Poutine a déclaré que Moscou ne feraient pas de représailles contre les Etats-Unis en réponse aux sanctions.

M. Trump a félicité le leader russe dans un post Twitter.

’Excellente réaction (par V. Poutine) - J’ai toujours su qu’il était très intelligent !’ A écrit M. Trump.

Tout au long de sa campagne électorale, Trump a plaidé pour de meilleures relations avec la Russie. Il a dit qu’il serait plus facile de résoudre les problèmes internationaux si les États-Unis et la Russie coopéraient.

L’administration Obama a eu une attitude généralement hostile envers la Russie. Elle a fait évoluer les relations vers une nouvelle guerre froide. L’échec de Clinton à l’élection, qu’elle a imputé sans la moindre preuve à la Russie, a accéléré ce mouvement. Selon le livre « Shattered », qui relate la campagne de Clinton, la décision d’accuser la Russie de l’échec a été prise le lendemain de la victoire de Trump :

Cette stratégie avait été mise au point dans les vingt-quatre heures qui ont suivi son discours de défaite. Mook et Podesta ont rassemblé leur équipe de communication à Brooklyn pour monter un dossier pour dire que l’élection n’avait pas été entièrement loyale. Pendant deux heures environ, avec des boîtes de burgers Shake Shack partout dans pièce, ils ont travaillé sur le texte qu’ils allaient communiquer à la presse et au public. Le piratage russe était déjà la pièce maîtresse de l’argumentaire.

Fin 2016, Obama a sanctionné des officiels russes pour avoir prétendument influencé la campagne américaine. Aucun élément n’a jamais été apporté comme preuve qu’une telle « influence » ait été effectuée, ni même tentée. C’est Obama qui s’est évertué à détériorer purement et simplement les relations avec la Russie.

La nouvelle administration a tenté d’empêcher que la situation ne s’aggrave encore plus entre les États-Unis et la Russie en contactant l’ambassadeur russe. C’était une mesure intelligente et bien pensée. Il n’y avait pas la moindre « collusion » là-dedans. S’il y a eu « influence », elle a eu lieu en sens inverse, ce sont les directeurs de campagne de Trump qui ont voulu influencer le gouvernement russe. Et cela n’a rien à voir non plus avec l’élection.

Les fans de Clinton semblent satisfaits que Flynn soit obligé d’accepter de négocier sa peine, et s’inquiètent de ses contacts avec l’ambassadeur de Russie. Mais on ne voit pas comment tout cela va permettre de démontrer que quelque chose de répréhensible a eu lieu. En quoi les questions à propos desquelles Flynn a menti (pour une raison stupide) sont-elles supposées prouver « l’influence russe » sur l’élection ou la « collusion » de Trump avec les Russes pendant la campagne électorale ? Tout cela n’a absolument aucun sens…

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2017/12/flynns-devastating-confessions-tr...
URL de cet article 32654
   


Vous avez une minute ?

Même Thème
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous possédons 50% des richesses de la planète, mais seulement 6% de sa population. Dans cette situation, nous ne pouvons éviter d’être l’objet d’envies et de jalousies. Notre véritable tâche dans la période à venir sera de créer un tissu de relations qui nous permettra de faire perdurer cette inégalité.

Département d’Etat Etats-Unien - Planning Study #23, 1948


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.