RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Les 50 plus grandes banques et entreprises mondiales détiennent plus de 4 000 filiales dans les paradis fiscaux

HSBC : la banque de tous les désirs

Il paraît que l’administration fiscale (qui, à moi, personnellement, me réclame une pénalité de 15 euros parce qu’elle ne m’a pas transmis un document à temps) a travaillé comme une folle pour faire revenir l’argent des fraudeurs dans les caisses de l’État.

300 millions d’euros – vous avez bien lu : 300 millions – ont été récupérés après quatre ans de démarches, enquêtes, relance etc. C’est phénoménal quand on pense que l’évasion fiscale nous coûte environ 80 milliards par an.

Dans le même temps, parlons de choses vraiment sérieuses, les actionnaires du CAC 40 ont touché 56 milliards d’euros (dividendes et actions gratuites) en 2014, soit 30% de plus qu’en 2013. Sous un président dont « l’adversaire » était la finance.

Le vaste truandage organisé par HSBC a particulièrement profité aux Espagnols qui ont dissimulé 1,8 milliard d’euros en Suisse, l’équivalent annuel du budget du Trésor Public du pays. Certes, on nous a jeté en pâture quelques noms de vedettes du showbiz ou du football (pauvre Christophe HSBC Dugarry !). Mais il s’agit de la crème du lait. Au fond de la casserole il y a des sociétés qui utilisent des banques complices d’HSBC et qui envoient d’énormes sommes d’argent vers des filiales situées dans des paradis fiscaux.

Et pourtant, la classe politique française (UMP/Solfériniens) est douce, depuis bien longtemps, avec les banques. En 1970, elles recrachaient 50% de leurs bénéfices sous forme d’impôts. En 1994, elles étaient imposées à 35%. 26% en 2001, 13% en 2009. 8% aujourd’hui. En 2013, la Bourse a progressé de 15%. Moins cependant que le Nasdaq et beaucoup moins que le Nikkei (57%). Mais plus que Londres (12%). Les banques (aux trois-quarts étasuniennes ou britanniques) détiennent la moitié des 9 000 fonds spéculatifs de la planète. L’autre moitié étant la propriété d’investisseurs institutionnels. En 2009, ceux-ci pesaient 2000 milliards de dollars.

Les 50 plus grandes banques et entreprises mondiales détiennent plus de 4 000 filiales dans les paradis fiscaux (214 pour la BNP, par exemple). Une sorte d’antimonde économique qui creuse les inégalités entre les pays et dans les pays. Dugarry et Gad el Maleh en avaient-ils conscience ?

La porosité entre la haute Fonction publique et les banques est désormais banale. Le banquier milliardaire Macron en est actuellement l’exemple français le plus typique. Naturellement, le Royaume-Uni de Cameron n’est pas en reste. Stephen Green, le baron Green de Hurstpierpoint, a présidé HSBC jusqu’en 2010 avant de devenir ministre d’État pour le Commerce et l’Investissement. Son titre de noblesse lui a permis de siéger dans la foulée à la Chambre des Lords. En février 2015, Green a démissionné de son poste au sein d’un groupe de pression défendant la finance quelques jours après les révélations concernant HSBC. Son image d’anglican vertueux en a pris un coup. La presse britannique estime que Green a été l’auteur du système d’évasion fiscale mis en œuvre par HSBC. Lorsqu’il quitta ses fonctions de banquier, il prononça une conférence (rémunérée ?) où il déclara :

« Chez HSBC nous avons essayé de placer les valeurs au cœur des affaires et de jouer un rôle positif pour le monde en général", lança-t-il. 
“ Nous avons aujourd’hui une chance de redéfinir le capitalisme, de reformuler son dessein – de montrer qu’il peut être éclairé, qu’il peut être meilleur. Échouer nous ferait courir le risque de briser la promesse sacrée de laisser une meilleure société à nos enfants. Réussir consisterait à transformer le cours de l’Histoire. ” »

Et en plus ils nous fendent le cœur…

Sur HSBC, lire également ceci et ceci.

Bernard Gensane

PS : "Si on comparait le nombre d’hommes mangés par des requins au nombre d’hommes poussés au suicide par leur banque on verrait tout de suite que le prédateur est celui qui porte une cravate et un costard" (Narcose).

URL de cet article 28027
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Même Auteur
Roger Faligot. La rose et l’edelweiss. Ces ados qui combattaient le nazisme, 1933-1945. Paris : La Découverte, 2009.
Bernard GENSANE
Les guerres exacerbent, révèlent. La Deuxième Guerre mondiale fut, à bien des égards, un ensemble de guerres civiles. Les guerres civiles exacerbent et révèlent atrocement. Ceux qui militent, qui défendent des causes, tombent toujours du côté où ils penchent. Ainsi, le 11 novembre 1940, des lycées parisiens font le coup de poing avec des jeunes fascistes et saccagent les locaux de leur mouvement, Jeune Front et la Garde française. Quelques mois plus tôt, les nervis de Jeune Front avaient détruit les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Analyser la réussite ou l’échec du modèle économique cubain en faisant abstraction d’un blocus criminel de plus de 50 ans, est une pure hypocrisie. N’importe quel pays capitaliste d’Amérique Latine, soumis à un blocus similaire, s’effondrerait en quelques mois.

Rafael Correa
ancien président de l’Equateur

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.