Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Je ne jurerai pas fidélité à Israël (Haaretz)

Pourquoi le gouvernement demande-t-il que seules les personnes sollicitant la nationalité israélienne déclarent leur loyauté à l’état juif et démocratique ? Je veux le faire aussi !

Le temps est venu pour nous tous, que nous soyons juifs, musulmans, ultra orthodoxes ou laïques, de promettre loyauté au seul état juif démocratique du monde. A une condition : il faut que la cérémonie d’engagement ait lieu dans la cour du Tombeau des Patriarches après une visite du centre d’Hébron.

Chaque citoyen saura alors ce que le pays fait en son nom dans la cité des Patriarches. Chaque mère juive saura "où la seule démocratie du Moyen-Orient" envoie ses enfants. Ceux qui aiment ce qu’ils verront signeront la déclaration. Ceux qui ne trouveront pas à Hébron les preuves que les valeurs et les principes de la démocratie sont respectés, refuseront.

Avant de commencer la visite guidée du centre de Hébron, il faut se rafraîchir la mémoire : l’accord de Hébron qui a été signé en 1997 entre le gouvernement de Netanyahu et l’Autorité Palestinienne divise Hébron en deux parties. D’un côté un espace arabe contrôlé par l’Autorité Palestinienne (H1) et de l’autre un espace juif contrôlé par l’armée israélienne (H2). Dans la partie arabe vivent 120 000 Palestiniens et dans la partie juive, qui comprend la vieille ville et le centre commercial de la ville, il y a 500 Juifs et 30 000 Arabes. Afin de prévenir les conflits, Israël a imposé des règles draconiennes de séparation physique entre les deux populations et a réduit drastiquement la liberté de mouvement des Palestiniens dans la plus grande partie du territoire H2.

Un couple de chiens haletants nous accueillent à l’entrée de la rue Shuhada qui traverse le vieux quartier de Hébron qui mène au Tombeau des Patriarches. Les portes des magasins sont fermées et le marché est vide.

Quelqu’un a recouvert les graffitis racistes de visages souriants sur fond rose.

Une étude de la zone autour de la colonie juive menée par B’Tselem et l’Association pour les Droits Civils en Israël à la fin de 2006, a révélé que 1829 magasins palestiniens (plus de 75% de tout le commerce de la zone étudiée) ont été fermés ces dernières années et plus de 1000 maisons (42%) ont été abandonnées.

Yéhuda Shaul, fondateur de "Briser le silence" dit que plus de 40% des résidents Palestiniens ont quitté la zone.

Des soldats désoeuvrés jettent un coup d’oeil nonchalant aux visiteurs et voyant qu’il s’agit "des leurs" ils s’éloignent (peut-être pour aller au cours de danse). L’IDF (l’armée israélienne NdT) a assuré à la Haute Cour de Justice il y a deux, qu’il n’y avait plus de restrictions aux mouvements des Palestiniens, mais les Palestiniens n’osent pas s’approcher de cette zone.

Ils savent qu’à chaque coin de rue on leur demandera leurs papiers et qu’on les fouillera. Eran Efarti qui a servi au poste militaire de Abu Snuneh en 2007 dit que, entre autres instructions, ils recevaient l’ordre de faire en sorte que les habitants "se sentent persécutés".

Dans les données répertoriées par "Briser le silence" il y a des témoignages de soldats qui décrivent les moyens imaginés pour provoquer un tel sentiment. Par exemple faire un recensement de la population en plein milieu de la nuit (l’IDF appelle cela "cartographier") ou taper sur des marmites.

Un jeune homme maigre galope dans un champ sur un cheval blanc, les franges (du sous-vêtement religieux que portent les juifs NdT)) dépassant de sa chemise. Au pied de Beit Hadassah, Shaul met sa kippa noire (la kippa est obligatoire pour entrer dans un lieu de culte juif NdT) et nous indique l’école de filles palestinienne.

Il dit qu’il a une vidéo dans son bureau qui montre comment les enfants juifs du quartier ont l’habitude de tuer l’ennui le Shabbat en jetant des pierres aux gamines de l’école.

Dans une allée qui mène au marché et qui a été fermée suite au massacre qui a eu lieu à la Tombe des Patriarches au début de 1994* un groupe de jeunes juifs poussent une charrette chargée de matériel de construction. Derrière les portes barricadées des échoppes, sous le nez des soldats, ils construisent une nouvelle petite colonie.

A l’entrée de la Tombe des Patriarches nous avons été arrêtés par six Policiers des Frontières. Leur commandant, qui nous a été rapidement dépêché, nous a expliqué que nous ne pouvions pas entrer sur le site avec Yehuda Shaul parce que ce dernier appartenait à un groupe "à caractère politique". L’officier nous a confirmé que deux ou trois jours plus tôt, Noam Arnon, le porte parole de la Communauté Juive de Hébron, qui représentait pour l’occasion le Ministre des Affaires Etrangères, avait accompagné un groupe de visiteurs au Tombeau des Patriarches. Les colons de Hébron, comme chacun le sait, forment un groupe qui n’a aucun "caractère politique".

Les actions de l’état dans la cité où les Patriarches de la nation furent enterrés, à Shekh Jarrah dans la vallée du Jourdain (où Israël expulse des Palestiniens NdT) et dans la bande de Gaza, n’ont rien à voir avec le judaïsme ou la démocratie. Aussi longtemps que l’état juif démocratique montrera ce visage, je refuserai de m’engager à être loyal envers lui.

Akiva Eldar

*Baruch Godstein a tué plusieurs dizaines de Palestiniens pendant une prière du Ramadan.

ARTICLE ORIGINAL
http://www.haaretz.com/print-edition/i-am-not-declaring-loyalty-1.302727

Traduction : D. Muselet

URL de cet article 11108
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Même Thème
Europe Israël : Une alliance contre-nature
David CRONIN
Israël est souvent perçu comme le 51ème État des États-Unis. Désormais, il serait en passe de devenir membre de l’Union européenne. David Cronin a parcouru les couloirs de Bruxelles pour interroger hauts fonctionnaires et diplomates. Il a épluché les programmes européens et examiné les liens étroits que tissent les entreprises du continent avec ce petit État du Moyen-Orient. Loin des discours officiels, vous trouverez dans ce livre les résultats d’une enquête déroutante qui montre comment le prix Nobel (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La misère ne rassemble pas, elle détruit la réciprocité.

Wolfgang Sofsky


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.