RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Julian Assange : Deuxième lettre ouverte au gouvernement du Royaume-Uni

4 décembre 2019

Au Lord Chancelier et Secrétaire d’Etat à la Justice
CC : Ministre de l’Intérieur
RE : URGENCE MEDICALE - MR JULIAN ASSANGE

Nous, les médecins soussignés,avons écrit au Ministre de l’Intérieur britannique le vendredi 22 novembre 2019 pour lui exprimer nos préoccupations sérieuses et unanimes concernant les rapports crédibles sur la détérioration rapide de la santé de M. Julian Assange et la possibilité de sa mort dans une prison britannique. Notre lettre ouverte a reçu une couverture médiatique mondiale et d’innombrables lettres de soutien de médecins et d’autres personnes dans le monde entier.

Entre autres sources crédibles, notre lettre citant le professeur Nils Melzer, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, qui a visité M. Assange le 9 mai 2019 à la prison de Belmarsh avec deux experts médicaux spécialisés dans les enquêtes et la documentation de la torture. Le professeur Melzer a rapporté le 31 mai 2019 que M. Assange présentait tous les symptômes typiques des personnes ayant été exposées à la torture psychologique pendant une période prolongée, en grande partie à cause de sa persécution judiciaire et de son emprisonnement arbitraire à l’ambassade équatorienne, comme l’a déjà signalé le Groupe de travail des Nations unies sur les détentions arbitraires.

Nous avons appris que le rapport du professeur Melzer sur la torture n’a pas reçu de réponse de fond adéquate de la part du Gouvernement britannique, et encore moins abouti à l’enquête rapide et impartiale exigée par l’article 12 de la Convention contre la torture. Nous sommes également informés que le Gouvernement britannique n’a pas encore répondu à un nouvel appel urgent du Professeur Melzer en date du 29 octobre 2019, dans lequel il avertit que le traitement et la détention arbitraires de M. Assange pourraient bientôt lui coûter la vie.

L’apparente négligence et l’abandon de responsabilité du gouvernement britannique sont d’autant plus alarmants que le professeur Melzer avait déjà émis un avertissement concernant l’état de santé de M. Assange peu avant que la police métropolitaine n’arrête M. Assange à l’ambassade d’Equateur à Londres le 11 avril 2019. A la lumière des avertissements constants et répétés du Professeur Melzer, y compris sur la base d’une évaluation médicale spécialisée conforme au "Protocole d’Istanbul", le refus du gouvernement britannique de prendre les mesures nécessaires pour protéger les droits, la santé et la dignité de M. Assange semble irresponsable au mieux et délibéré au pire et, dans les deux cas, expose M. Assange à des risques médicaux potentiellement irréversibles, sans raison et de manière illicite.

Comme l’ont correctement prédit le professeur Melzer et son équipe médicale, peu après la visite de l’équipe à HMP Belmarsh au début du mois de mai de cette année, la santé physique et mentale de M. Assange s’est rapidement détériorée au point où il a dû être transféré plus tard en mai à l’unité sanitaire de la prison et n’était plus capable de participer aux audiences judiciaires à ce moment. Il ne faut pas oublier que plus de six mois se sont écoulés depuis la publication du rapport accablant du professeur Melzer, que le gouvernement britannique n’a pas amélioré les conditions de détention de M. Assange depuis lors et que, comme il fallait s’y attendre, d’après des rapports crédibles, son état médical a continué à se détériorer au point que l’on redoute désormais que sa vie soit en danger. Nous soutenons que cette grave détérioration médicale était tout à fait prévisible et évitable.

Lorsque le Royaume-Uni, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, ignore à maintes reprises non seulement les graves avertissements du rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, mais aussi ses obligations sans équivoque en matière d’enquête et de réparation en vertu du droit international et des droits de l’homme, la crédibilité de l’engagement du Royaume-Uni en faveur des droits de l’homme et de l’État de droit est gravement mise à mal.

Dans notre lettre ouverte, nous exhortons le gouvernement britannique à changer immédiatement de cap et à transférer M. Assange de la prison de Belmarsh à un Centre Hospitalier Universitaire
pour une évaluation et des soins médicaux spécialisés appropriés. Jusqu’à présent, nous n’avons reçu aucune réponse substantielle du gouvernement britannique, et nous n’avons pas reçu d’accusé de réception de notre lettre.

À notre avis, le comportement du gouvernement britannique dans cette affaire est irresponsable, incompatible avec l’éthique médicale et indigne d’une société démocratique liée par l’État de droit. Nous réitérons notre vive inquiétude quant à la possibilité que M. Assange meure d’une négligence médicale délibérée dans une prison britannique et exigeons une réponse urgente de la part du gouvernement britannique.

Étant donné que la présente affaire présente un intérêt public inhérent, des exemplaires de la présente lettre ouverte seront distribués aux médias du monde entier.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées,

signataires de la Lettre ouverte dont la liste figure à l’adresse suivante : https://medium.com/@doctors4assange/concerns-of-medical-doctors-of-med...

Traduction "un silence de mort, dites-vous ?" par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://gallery.mailchimp.com/b8b7715550074d7bd8f284baa/files/260e6926...
URL de cet article 35507
   

Même Thème
In Defense of Julian Assange
"This book shows why the Julian Assange case is one of the most important press freedom cases of this century or any other century."—James C. Goodale, former Vice Chairman and General Counsel of The New York Times. “I think the prosecution of him [Assange] would be a very, very bad precedent for publishers … from everything I know, he’s sort of in a classic publisher’s position and I think the law would have a very hard time drawing a distinction between The New York Times and WikiLeaks.” (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Al Qaeda est aux médias ce que Stéphanie de Monaco est à "Questions Pour Un Champion".

Viktor Dedaj

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.