Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’aliénation linguistique (3)

Un peu de français tel qu’on le parle chez les bobos.

Le terme « bobo » est étatsunien, forcément étatsunien, comme aurait dit Duras. C’est la contraction de " bourgeois bohemian " (bourgeois, en anglais, se disant "bourgeois " ), popularisé par le livre d’un journaliste de la côte Est : Les Bobos au paradis, la nouvelle bourgeoisie (Bobos in Paradise, the new Upper Class). Mais si on voulait se la jouer franchouillard, on pourrait dire que, en fait l’inventeur de cette expression n’est autre que Maupassant qui, dans Bel-Ami, évoque « cette petite bourgeoisie bohème et bon enfant ». Comme pour chaque expression qu’il forgeait, Maupassant n’a rien laissé au hasard : il n’y a que deux occurrences du mot "bourgeoise " dans son texte. D’une manière générale, l’auteur d’Une vie était toujours un peu en peine lorsqu’il s’agissait de parler de la bourgeoisie. Il en dépeignait bien des travers, mais prenait son rôle dominant dans la société comme un fait acquis.

Pour ce qui est de David Brooks, l’auteur de Bobos in Paradise, il entendait qualifier sous ce vocable cette frange de la société qui avait succédé aux Yuppies (Young Urban Professional, jeunes citadins membres des professions libérales), tels qu’on a pu les rencontrer sous Reagan et que, par exemple, Oliver Stone a fort bien mis en scène dans Wall Street.

Le paradoxe avec bobo, c’est que ce terme est peu usité outre-Manche et outre-Atlantique. Son équivalent anglo-américain serait plutôt " hipster " , qui désignait dans les années 1940 les Blancs décontractés, calmes, gentils (" cool " ) qui faisaient semblant d’adopter le mode de vie, les pratiques socioculturelles des Noirs adeptes de la culture jazz, be-bop. Le modèle hipster par excellence étant alors Charlie Parker. Ce vocable s’affadissant dans les années soixante, devenant péjoratif, il fut remplacé par " hippie " avant de retrouver de la vigueur, il y a une dizaine d’années.

Les chroniqueurs de Canal+ parlent bobo. Ils n’ont pas leur pareil (voir les djeuns qui entourent Denisot dans son journal) pour asséner qu’un film est « juste incroyable ». A proprement parler, ce type de notation ne signifie strictement rien. Elle fait se retourner dans sa tombe Louis Prima (" I’m just a Gigolo " ), mais ne renseigne pas du tout sur la qualité du film (ou sa nullité), sur son intérêt quant au syntagme et au paradigme, sur le scénario, les acteurs, la mise en scène etc. L’expression nous dit qu’on ne peut pas y croire (et si on y croyait, ça changerait quoi ?), mais « juste ». Si l’appréciation est banale (« Ben Hur, c’est juste incroyable »), elle signifie moins que ce qu’elle dit, mais si l’appréciation est originale (« Accords et désaccords, c’est juste incroyable »), elle dit moins que ce qu’elle signifie.

Quant à une phrase comme « si vous prenez cette drogue, vous êtes juste un peu morts »), elle a du mal à nous faire sortir de l’auberge.

En résumé, le bobo parle vite et mal. Il utilise des expressions qu’on ne peut pas (lui) retourner : essayez, sur le même registre, de dire le contraire de : « Ben Hur, c’est juste incroyable ». Le consensus règne en maître. Nous sommes sauvés.

URL de cet article 9667
   

Même Auteur
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus grand crime depuis la deuxième guerre mondiale a été la politique étrangère des Etats-Unis.

Ramsey Clark
Ministre de la Justice des Etats-Unis sous la présidence de Lyndon Johnson

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.