RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’aliénation linguistique (3)

Un peu de français tel qu’on le parle chez les bobos.

Le terme « bobo » est étatsunien, forcément étatsunien, comme aurait dit Duras. C’est la contraction de " bourgeois bohemian " (bourgeois, en anglais, se disant "bourgeois " ), popularisé par le livre d’un journaliste de la côte Est : Les Bobos au paradis, la nouvelle bourgeoisie (Bobos in Paradise, the new Upper Class). Mais si on voulait se la jouer franchouillard, on pourrait dire que, en fait l’inventeur de cette expression n’est autre que Maupassant qui, dans Bel-Ami, évoque « cette petite bourgeoisie bohème et bon enfant ». Comme pour chaque expression qu’il forgeait, Maupassant n’a rien laissé au hasard : il n’y a que deux occurrences du mot "bourgeoise " dans son texte. D’une manière générale, l’auteur d’Une vie était toujours un peu en peine lorsqu’il s’agissait de parler de la bourgeoisie. Il en dépeignait bien des travers, mais prenait son rôle dominant dans la société comme un fait acquis.

Pour ce qui est de David Brooks, l’auteur de Bobos in Paradise, il entendait qualifier sous ce vocable cette frange de la société qui avait succédé aux Yuppies (Young Urban Professional, jeunes citadins membres des professions libérales), tels qu’on a pu les rencontrer sous Reagan et que, par exemple, Oliver Stone a fort bien mis en scène dans Wall Street.

Le paradoxe avec bobo, c’est que ce terme est peu usité outre-Manche et outre-Atlantique. Son équivalent anglo-américain serait plutôt " hipster " , qui désignait dans les années 1940 les Blancs décontractés, calmes, gentils (" cool " ) qui faisaient semblant d’adopter le mode de vie, les pratiques socioculturelles des Noirs adeptes de la culture jazz, be-bop. Le modèle hipster par excellence étant alors Charlie Parker. Ce vocable s’affadissant dans les années soixante, devenant péjoratif, il fut remplacé par " hippie " avant de retrouver de la vigueur, il y a une dizaine d’années.

Les chroniqueurs de Canal+ parlent bobo. Ils n’ont pas leur pareil (voir les djeuns qui entourent Denisot dans son journal) pour asséner qu’un film est « juste incroyable ». A proprement parler, ce type de notation ne signifie strictement rien. Elle fait se retourner dans sa tombe Louis Prima (" I’m just a Gigolo " ), mais ne renseigne pas du tout sur la qualité du film (ou sa nullité), sur son intérêt quant au syntagme et au paradigme, sur le scénario, les acteurs, la mise en scène etc. L’expression nous dit qu’on ne peut pas y croire (et si on y croyait, ça changerait quoi ?), mais « juste ». Si l’appréciation est banale (« Ben Hur, c’est juste incroyable »), elle signifie moins que ce qu’elle dit, mais si l’appréciation est originale (« Accords et désaccords, c’est juste incroyable »), elle dit moins que ce qu’elle signifie.

Quant à une phrase comme « si vous prenez cette drogue, vous êtes juste un peu morts »), elle a du mal à nous faire sortir de l’auberge.

En résumé, le bobo parle vite et mal. Il utilise des expressions qu’on ne peut pas (lui) retourner : essayez, sur le même registre, de dire le contraire de : « Ben Hur, c’est juste incroyable ». Le consensus règne en maître. Nous sommes sauvés.

URL de cet article 9667
  

Même Auteur
Georges Séguy. Résister, de Mauthausen à Mai 68.
Bernard GENSANE
Il n’a jamais été le chouchou des médias. Trop syndicaliste, trop communiste, trop intransigeant à leur goût. Et puis, on ne connaissait même pas l’adresse de son coiffeur ! Seulement, à sept ans, il participe à sa première grève pour obtenir la libération de son professeur qui a pris part aux manifestations antifascistes de Février 34. Huit ans plus tard, à l’âge de quinze ans, il rejoint les rangs de la Résistance comme agent de liaison. Lui et les siens organisent de nombreuses évasions de militants (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus grand crime depuis la deuxième guerre mondiale a été la politique étrangère des Etats-Unis.

Ramsey Clark
Ministre de la Justice des Etats-Unis sous la présidence de Lyndon Johnson

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.