RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’entente entre la Russie et la Chine s’approfondit dans l’ombre de la pandémie

llustration : Centre de Santé Publique Richard Lugar en Géorgie, que la Russie prétend être un laboratoire du Pentagone pour le développement d’armes biologiques. Pékin a appelé les États-Unis à répondre aux préoccupations de la Russie.

L’entente russo-chinoise est devenue l’un des modèles les plus importants de la politique internationale au cours des dernières années, depuis les événements de 2014 en Ukraine, qui ont eu des conséquences énormes et ont conduit à des sanctions occidentales contre Moscou, qui ont à leur tour galvanisé le « pivot vers l’Asie » de la Russie.

Dernièrement, cette entente, qui ne constitue pas une alliance formelle, a pris de l’importance, étant donné le changement en cours dans les alignements régionaux et mondiaux déclenché par la pandémie de coronavirus. L’économie mondiale est confrontée à une récession et les États-Unis sont menacés par une crise sans précédent depuis la Grande Dépression des années 1930. Le nombre d’Américains qui demandent des allocations de chômage dépasse les 30 millions.

Le déclin des États-Unis en tant que puissance mondiale s’accélère. Mais les États-Unis refusent de faire face à cette réalité géopolitique et sont déterminés à perpétuer leur domination sur la scène mondiale, quoi qu’il en coûte. La Chine et la Russie sont considérées comme des « ennemis ». À court terme au moins, les tensions vont s’accroître, en particulier dans les relations entre les États-Unis et la Chine.

La semaine dernière, il a été rapporté que les États-Unis déploient des systèmes de défense antimissile près des frontières russes, avec la possibilité de lancer une frappe nucléaire surprise. Un rapport de Tass a cité le Premier Chef Adjoint du Département des Opérations Principales de l’État-Major Général Russe, le Général Viktor Poznikhir, qui a déclaré que les États-Unis ont développé un concept d’interception avant lancement et ont prévu de détruire les missiles balistiques intercontinentaux de la Russie, de la Chine et d’autres pays pendant qu’ils sont encore dans les lanceurs.

Il est clairement dans l’intérêt commun de la Russie et de la Chine que, dans leur confrontation croissante avec les États-Unis, elles se soutiennent et s’appuient mutuellement. Tout indique que l’impérialisme américain va prendre un caractère encore plus violent et oppressif dans la situation mondiale actuelle.

L’entente entre la Russie et la Chine est motivée par leurs dirigeants. En l’espace d’un mois, en mars-avril, deux conversations téléphoniques ont eu lieu entre le Président russe Vladimir Poutine et le Président chinois Xi Jinping pour discuter de la pandémie et de ses ramifications ainsi que de la nécessité impérieuse de relever ensemble les défis qui en découlent.

Les lectures chinoises (ici et ici) ont souligné que Poutine a critiqué « la provocation et la stigmatisation de certains pays » (lire les États-Unis) et la « tentative de certains de salir la Chine sur la question de l’origine du virus ». Poutine a affirmé que depuis le début du COVID-19, la Russie et la Chine ont « fait preuve d’unité et de soutien mutuel, témoignant de la nature stratégique et de la grande qualité » de leur relation.

Le soutien mutuel que la Russie et la Chine s’accordent crée un espace pour que les deux pays puissent repousser efficacement les États-Unis. Au début de cette semaine, le 29 avril, le porte-parole du Ministère chinois des Affaires Étrangères a fait siennes les préoccupations exprimées par Moscou ces dernières années concernant la présence de laboratoires du Pentagone dans les pays de l’ex-Union Soviétique pour la militarisation des maladies. Moscou a cité un laboratoire spécifique près de Tbilissi en Géorgie, allant même jusqu’à réclamer des renseignements concernant les visites récentes de hauts fonctionnaires du Pentagone dans ce centre.

Les Russes affirment qu’il existe 11 laboratoires de ce type en Ukraine, développés par le Pentagone. Ils affirment que lorsque la Crimée a rejoint la Russie en 2014, ils ont découvert que dans un de ces laboratoires à Simferopol, qui était apparemment une plaque tournante pour la collecte de matériaux et leur envoi en Europe, 104 pools d’ectoparasites, 46 échantillons d’organes internes de rongeurs et 105 échantillons de sérum sanguin humain ont été trouvés prêts à être expédiés.

Moscou prétend que ces laboratoires mènent des études sur des maladies dangereuses, ciblant des groupes ethniques spécifiques, et comprennent des projets qui sont interdits aux États-Unis mêmes. Le 29 avril, lors d’un point de presse à Pékin, le porte-parole chinois a déclaré :

« Nous avons pris note des remarques de la porte-parole du Ministère russe des Affaires Étrangères et des rapports connexes. Les États-Unis ont créé de nombreux laboratoires biologiques dans les pays de l’ex-URSS, mais ont gardé le silence sur les fonctions, les objectifs et la sécurité de ces laboratoires, ce qui a suscité de vives inquiétudes chez les populations locales et les pays voisins. Comme nous le savons, certaines personnes locales demandent avec insistance la fermeture de ces laboratoires. Nous espérons que les États-Unis agiront de manière responsable, tiendront compte des préoccupations de la communauté internationale, attacheront de l’importance à la santé et à la sécurité des populations locales et prendront des mesures concrètes pour dissiper les doutes ».

En tant que successeur juridique de l’Union Soviétique, la Russie a hérité en 1992 de son statut de partie au protocole de Genève et à la Convention sur les Armes Biologiques et à Toxines (CABT). La Chine avait elle aussi adhéré à la CABT en 1984. Tous les pays asiatiques sont signataires de la CABT. Il est intéressant de noter que les États-Unis aussi, qui ont ratifié le protocole en 1975.

Aujourd’hui, le gouvernement américain n’a pas officiellement accusé la Chine de développer intentionnellement le COVID-19 comme arme biologique, tandis que Trump continue de faire des insinuations. Selon l’évaluation des services de renseignement américains, le virus n’a pas été fabriqué par l’homme ou génétiquement modifié. Mais Trump affirme avoir vu des preuves suggérant que le nouveau coronavirus provenait d’un laboratoire de virologie à Wuhan – bien qu’il n’ait pu fournir aucune preuve pour appuyer cette affirmation.

La Chine a fortement réagi aux attaques de Trump, tandis que la Russie a soutenu la position chinoise. Le Ministre russe des Affaires Étrangères Sergey Lavrov a récemment parlé avec dérision des discussions de certains pays européens demandant une compensation à Pékin pour « ne pas avoir informé la communauté mondiale en temps voulu » – et par Trump lui-même affirmant que des revendications américaines similaires seraient « bien plus importantes que des centaines de milliards de dollars US ».

En effet, cela peut devenir sérieux si Trump choisit de poursuivre une stratégie punitive à l’égard de la Chine. Le Washington Post a écrit jeudi : « En privé, Trump et ses collaborateurs ont discuté de la possibilité de priver la Chine de son « immunité souveraine », afin de permettre au gouvernement américain ou aux victimes de poursuivre la Chine pour obtenir réparation ».

Pour l’instant, la Russie est d’accord avec la perception chinoise selon laquelle l’administration Trump fait monter la rhétorique sur le Covid-19 pour détourner l’attention du public de son incompétence à contrer la pandémie. Mais le soutien de la Russie devient crucial pour Pékin si l’administration Trump se met au travail dans les mois à venir.

Jusqu’à présent, ni la Russie ni la Chine n’ont cherché à s’entraider lors des négociations sur les relations bilatérales avec les États-Unis. Un changement de paradigme est en cours, qui se traduit par un acte de foi pour la Chine et la Russie, ainsi que par une nouvelle phase qualitative de leur entente, jusqu’à présent axée sur des questions régionales et mondiales d’intérêt commun.

M.K. Bhadrakumar

illustration : Centre de Santé Publique Richard Lugar en Géorgie, que la Russie prétend être un laboratoire du Pentagone pour le développement d’armes biologiques. Pékin a appelé les États-Unis à répondre aux préoccupations de la Russie.

source : https://indianpunchline.com

traduit par Réseau International

Note de Geb.

Lisez bien, ce que je viens de souligner en gras.

Ca n’est pas de la Science Fiction mais la réalité du moment. Et ça sera plus grave qu’un virus. Les Etats Unis ont décidé de faire comme en 1939, de fixer une guerre en Europe en souhaitant que les Russes ou les Chinois ne ripostent pas sur le sol des USA par peur de détruire le Monde entier mais se confrontent uniquement à l’OTAN en Europe. Ceux qui sont au courant savons que ça ne sera pas le cas mais que les réponses comme leurs conséquences seront globalisées. Avec tous les risques qui correspondent à la menace.

Actuellement des personnes très bien informées demandent à ce que la France ne participe pas aux manoeuvres de provocation de l’OTAN aux portes de la Russie. Ce qui signifie que la menace est perçue y compris par des gens bien au courant, (I-E des anciens militaires de haut grade) conscientes du danger des politiques américaines destinées à de nouveau transformer l’Europe en champ de bataille .

En sachant que cette fois-ci les Occidentaux n’ont aucune chance d’atteindre les pays cibles mais qu’ils seront eux-même des cibles plus que faciles pour une riposte russe.(1)

(1). Actuellement il n’y a aucun système occidental connu capable de percer le bouclier défensif des systèmes de missiles Russes et aucun bouclier occidental capable d’empêcher un frappe de rétorsion par les missiles hypersoniques russes.

https://reseauinternational.net/commentaire-introductif-du-general-2s-...

»» https://reseauinternational.net/lentente-entre-la-russie-et-la-chine-s...
URL de cet article 36094
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Chroniques bolivariennes : Un voyage dans la révolution vénézuelienne
Daniel Hérard, Cécile Raimbeau
Après la mort d’Hugo Chávez, que reste-t-il de la révolution vénézuélienne, de ce « socialisme du XXIe siècle » ? Ses obsèques grandioses, pleurées par des foules pendant plusieurs jours et honorées par de nombreux chefs d’État, ont contrasté avec les critiques virulentes dont il avait fait l’objet dans les médias occidentaux. Cécile Raimbeau et Daniel Hérard nous entraînent au cœur de cette révolution pacifique, à la rencontre de la base, des supporters de Chávez. Ils les écoutent et les photographient, en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Al Qaeda est aux médias ce que Stéphanie de Monaco est à "Questions Pour Un Champion".

Viktor Dedaj

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.