Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


L’hologramme ou la multiplication des forces !

Dans quatre jours les résultats du premier tour de la présidentielle marqueront les nouveaux rapports de force politiques dans notre pays. La recomposition en cours va s’accélérer. Notre bulletin de vote pèsera lourd. Trois grands courants apparaissent déjà : les libéraux extrémistes autour des candidatures Fillon/Lepen, les libéraux démocrates autour de celle de Macron et les partisans de la république sociale autour de la candidature Mélenchon. On critiquera mes définitions mais je n’ai pas le fétichisme des mots. Chacun choisit ses appellations mais les trois pôles politiques existent et vont marquer la vie politique française dans la durée.

Les électeurs en majorité refusent l’extrêmisme. Vont-ils le manifester clairement ? Je le crois. En attendant, la campagne bat son plein et contrairement à ce qui se raconte dans les médias, je trouve les débats intéressants, les évolutions de l’opinion passionnantes. Les Français se repolitisent tant et si bien que les étrangers scrutent avec ferveur nos événements, surpris de l’engouement provoqué par ces élections. Tant mieux. La politique reprend ses couleurs, l’oligarchie s’inquiète. L’espoir renaît parmi les couches populaires. Vu la participation dans les meetings, on sent monter la marée contestataire. Le dégagisme s’exprime ouvertement, c’est prometteur de l’ampleur du rejet de la caste au pouvoir, des profiteurs et des affairistes.

Dans ce combat, les initiatives de la France Insoumise interpellent.

Performance technologique et qualité idéologique, j’avoue être bluffé par le succès du meeting de Mélenchon à Dijon et simultanément tenu à Montpellier, Clermont-Ferrand, Nantes, Grenoble, Nancy et Le Port (ile de la Réunion). A quatre jours de l’élection, rassembler des dizaines de milliers d’insoumis est un formidable signal donné au peuple pour dégager les candidats partisans du libéralisme économique. Succès également des prises de parole de Mélenchon en péniche en Ile de France. Terminer en apothéose avec les "apéros insoumis" ce vendredi, quoi de mieux pour démontrer la force tranquille qui est en nous.

Le peuple en marche reprend ses droits. L’avenir est au commun ! Quoi qu’il se passe le 23 avril, La France Insoumise, ses militants, son programme deviennent le pivot autour duquel se rassembleront toutes celles et ceux qui souhaitent changer la société.

URL de cet article 31783
   
DE QUOI SARKOZY EST-IL LE NOM ?
Alain BADIOU
« Entre nous, ce n’est pas parce qu’un président est élu que, pour des gens d’expérience comme nous, il se passe quelque chose. » C’est dans ces termes - souverains - qu’Alain Badiou commente, auprès de son auditoire de l’École normale supérieure, les résultats d’une élection qui désorientent passablement celui-ci, s’ils ne le découragent pas. Autrement dit, une élection même présidentielle n’est plus en mesure de faire que quelque chose se passe - de constituer un événement (tout au plus une « circonstance », (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
57 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.