RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’homme en marche, ou l’illusionniste

Socrate. - Alors, mon cher Glaucon, tu me sembles perdu dans tes pensées.

G. - Oui, je me sens parfois comme un prisonnier du doute...

S. - Si tu te sens comme tel, tu es déjà en voie de guérison, rappelle-toi...

G. - … l’étrange tableau et les étranges prisonniers dans la caverne (1), je m’en souviens.

S. - L’allégorie est là pour frapper les esprits.

G. - Je pense ne plus être ce prisonnier, ce jouet des apparences, mais...

S. - Ne serais-tu pas sur ce point présomptueux ?

G. - Je ne suis plus enchaîné, j’ai regagné la lumière, et grâce à toi, je vois les choses maintenant avec plus d’acuité.

S.- Tu ne vois plus les ombres qui défilent, mais tu vois les objets se mouvoir. Alors tu penses comprendre le Monde.

G. - Philosopher, c’est comprendre celui-ci.

S. - Il y a loin de la coupe aux lèvres.

G. - Disons, philosopher, c’est tenter de comprendre le Monde.

S. - C’est déjà mieux. Tu vois la course du soleil qui dispense ses rayons et réchauffe nos corps ?

G. - Bien sûr que je la vois, depuis... depuis...

S. - Et cette course te dit quoi ? Est-ce le soleil qui tourne ou bien la terre ?

G. - La terre bien sûr !

S. - Pourtant, c’est le soleil que tu vois ainsi parcourir le ciel, comme s’il était mû par les coursiers de Phébus.

G. - Je comprends...

S. - Dis-moi ce qui trouble ton âme.

G. - Il y a cette échéance électorale et je ne voudrais pas encore succomber aux illusions.

S. - Ce serait faire preuve de sagesse. Celle-ci n’attend pas le nombre des années. Mais elle demande un effort permanent.

G. - J’ai écouté les différents prétendants, et je serais bien tenté par la nouveauté.

S. - La jeunesse a besoin de trouver sa place, il lui faut...

G. - J’ai besoin de changement. Je serais tenté par ’’l’homme en marche !’’.

S. - Et tu ne veux pas être dupe ?

G. - Tout le monde semble avide de le voir, s’empresse autour de lui.

S. - Ne penses-tu pas qu’il faille s’intéresser aux choses elles-mêmes plutôt qu’au bruit qui les entoure ? (2)

G. - Certainement. J’ai bien écouté, et ce choix me semble être celui de la raison.

S. - As-tu bien questionné ta raison ?

G. - Un peu. Je crois mon candidat sincère car il parle de philosophie, d’un philosophe qui lui sert encore de guide.

S. - Interroge ton libre arbitre. Que retient-il de son maître à penser ?

G. - Beau... Beaucoup. C’est difficile... à dire... il lui a... permis de lire la philosophie (3).

S. - As-tu confronté les idées et les actes de ton candidat ?

G. - Il a parlé de la valeur travail et c’est un bosseur. Il dit que c’est le meilleur moyen pour sortir de la prédestination sociale (4).

S. - Quel est le secret de sa naissance, de son parcours dans l’existence ?

G. - Il reconnaît avoir eu la chance de naître dans une famille aisée (4).

S. - Il ne s’est donc donné que la peine de naître (5). Il n’est pas le meilleur exemple pour illustrer son propos. Rappelle-toi, il a même écrit que, comme il croyait à cette valeur, il s’était inscrit en khâgne (4). N’oublie pas, il a même traité certains d’illettrés. Ainsi exprime-t-il et son immodestie et son mépris. Tu devrais, alors, comprendre qu’il n’est que le chérubin de l’élite.

G. - Certes. Mais il est nouveau.

S. - Il est nouveau par rapport à d’autres. Mais ses idées le sont-elles ?

G. - Il parle de réformes, de révolution...

S. - Les mots te suffisent. Les mots ne sont que des ombres mouvantes. Cesse de te prendre à celles-ci. Quel est son idéal ? S’exprime-t-il sur la liberté, l’égalité, la fraternité, l’humanité, ...

G. - L’autre jour, il a beaucoup parlé de coût, de charges sociales...

S. - Et alors ?

G. - C’est vrai qu’elles sont lourdes...

S. - Sais-tu au moins de quoi tu parles ? Ce que tu appelles charges sociales ne sont que des salaires différés : quand tu es malade, ou quand sonne, pour toi, l’heure de la retraite. Apprends déjà à utiliser les bons mots, et arrête de psalmodier les mots des autres. Les mots qu’il utilise révèlent ses affinités avec ceux restés dans l’ombre.

G. - D’accord. Mais, il me ressemble, il est jeune, il a le regard vif.

S. - Son regard t’a-t-il permis de scruter son âme ? Il me semble pour l’avoir vu qu’il a le regard plutôt fuyant. Ne serait-il pas, comme les autres, d’abord ambitieux ?

G. - Il le faut pour être un prétendant.

S. - As-tu remarqué que son mouvement a les mêmes initiales que lui ? Il signe ainsi son unique ambition. Crois-tu que cette fusion le dispense d’avoir un projet ? Qu’en est-il de son programme ?

G. - Il est en cours d’écriture.

S. - Ne crois-tu pas que la réflexion doit précéder l’action ? Dans quelle direction, dans quel sens veut-il aller ?

G. - Dans le sens de la marche, c’est évident. La cité est tellement sclérosée.

S. - Mon bon Glaucon, tout paraît évident avec toi.

G. - Il me semble être le meilleur pour le poste, son cursus parle pour lui.

S. - Tu serais donc pour le gouvernement des meilleurs, pour l’aristocratie. Quels sont ses soutiens ?

G. - Il y a le premier magistrat de Lugdunum...

S. - Comme preuve de nouveauté, on pourrait trouver mieux, n’est-ce pas ?

G.- Assurément.

S. - As-tu observé ton prétendant ?

G. - Il est fort dynamique.

S. - Fais abstraction des paroles, d’une communication bien préparée, et tu verras ce dynamisme fort différemment. Pris par l’élan, les gestes ne peuvent que trahir le secret de son for intérieur.

G. - Sans contredit.

S. - Analyse son verbe, scrute ses mains, ses gestes, capte son regard. Interroge son passé, ses fréquentations. Alors, tu verras qu’il n’est pas celui que l’on nous donne à voir.

G. - Cela semble salutaire.

S. - Parle-t-il de noûs ? ( Noûs, en philosophie grecque = intellect, raison, esprit)

G. - J’ai surtout retenu : « Ce que je veux.... c’est que vous.... partout...vous alliez le faire gagner... parce que c’est notre projet ».

S. - Tu ne me sembles pas avoir vu son attitude quasi mystique qui succéda à cette exhortation... Il voulait dire : « Entrez en espérance. Suivez-moi ! »... Mon pauvre Glaucon, tu succombes toujours aussi facilement aux apparences, ton esprit me semble bien mal entraîné dans un mouvement rétrograde... Te rappelles-tu le mime Marceau ?

G. - Je suis jeune, mais il m’en souvient.

S. - Figure toi celui-ci effectuer sa « marche contre le vent ».

G. - Je vois l’image.

S. - C’est l’illusion du mouvement...

G. - … dans l’immobilité.

S. - Et si notre homme effectue des pas glissés vers l’arrière...

G. - Je comprends l’illusion ainsi créée.

S. - Ton ’’homme en marche !’’ ne serait-il pas cet illusionniste ?

G. - Ses idées sont donc celles du passé.

« Personne »

Notes :

1 – Allégorie de la caverne, Platon, Livre VII de La République, dialogue entre Socrate et Glaucon.

2 – « Ayez surtout le souci de séparer les choses du bruit qu’elles font », Sénèque.

3 – Écouter https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/emmanuel-macron-mes-propositions-pour-la-culture vers 2’40’’, première vidéo.

4 – Lire https://en-marche.fr/emmanuel-macron/

5 – « Vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus », Beaumarchais dans Figaro (V,3).

URL de cet article 31547
  

30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire
Michel TAUPIN
Quel plaisir de lire José Fort ! Je pose le livre sur mon bureau. Je ferme les yeux. Je viens de l’avaler d’une traite. Comme je le trouve trop court, je décide de le relire. Même à la seconde lecture, il est captivant. Cette fois, j’imagine ce qu’aurait été ce bouquin illustré par son compère Georges Wolinski comme c’était prévu. Ç’aurait été tout simplement génial. Des tarés fanatiques ne l’ont pas permis. La bêtise a fait la peau de l’intelligence et de l’élégance. De l’élégance, José Fort n’en manque pas. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Il est difficile de faire comprendre quelque chose à quelqu’un lorsque son salaire lui impose de ne pas comprendre."

Sinclair Lewis
Prix Nobel de littérature

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.