RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’opération du 7 octobre restera dans l’histoire comme un exploit militaire, ou la routine ennuyeuse d’être étiqueté antisémite

La diatribe de Wendy Kahn à mon encontre ("Naked Jew-hatred behind Kasrils' feting of Hamas atrocities" - Politicsweb, 28 novembre) n'est pas surprenante. Les sionistes et leurs soutiens dans tout l'Occident, y compris leurs mandataires locaux, ne sont capables de pleurer que pour leur propre espèce. Ceux d'entre nous qui insistent sur la reconnaissance universelle de l'humanité sont désormais régulièrement traités d'"antisémites".

Les crimes de guerre israéliens à Gaza, perpétrés avec un mépris génocidaire pour l’humanité, ont laissé 15 000 personnes dans des fosses communes - 6 000 enfants et 4 000 femmes à ce jour - et des milliers d’autres sont encore sous les décombres. Les hôpitaux, les cliniques, les écoles, les mosquées, les centres culturels, les centrales hydrauliques et électriques et les centres de communication ont été rasés, de même que 70 % des maisons, des appartements, des autres habitations et des quartiers entiers. Des bébés en couveuse, des patients en soins intensifs, des chirurgiens, des ambulanciers et des travailleurs de la santé ont été tués. Personne n’a été épargné. Même les personnes alitées et handicapées parmi le million de personnes mises en demeure de se déplacer vers le sud sous peine de mort ont été tuées.

Si ces personnes avaient été des Israéliens ou d’autres Blancs, Wendy Kahn, ainsi que la classe politique et les médias occidentaux, appelleraient à mettre fin au génocide par tous les moyens nécessaires. Personne ne mettrait en doute la nécessité d’une action militaire efficace. Mais ils ne sont pas blancs, et beaucoup sont musulmans. Aux yeux de la multitude de racistes en Israël, les Palestiniens sont des Untermenschen, moins qu’humains, voire des animaux. Par conséquent, l’idée qu’ils ont le droit de prendre les armes contre l’oppression est rejetée comme une perversion morale. L’hypothèse implicite est qu’ils doivent simplement accepter leur oppression, y compris les meurtres de masse. C’est cette hypothèse qui est perverse.

Tous les philosophes moralistes s’accordent à dire que les opprimés ont le droit de résister et que, lorsque l’oppression est violente, ce droit s’étend à la résistance armée. N’oublions pas que Nelson Mandela a été désigné comme terroriste. Les brigades al-Qassam sont l’équivalent d’Umkhonto we Sizwe (branche militaire du Congrès National Africain) et ont le même droit d’agir en tant que bras armé d’un mouvement de libération. Mais au lieu d’adopter un point de vue objectif sur l’ampleur et l’intensité de l’oppression des Palestiniens et sur le droit à la résistance armée qui en découle, Wendy Kahn se réfugie dans une insulte ridicule alléguant la "haine des juifs".

Utilisant les mêmes tactiques grossières que la campagne massive de hasbara (propagande) d’Israël, elle établit son argumentation sur ma prétendue haine des Juifs sur la base d’un seul extrait sonore tiré d’un discours de trente minutes, en le sortant de son contexte. Ce contexte était une vue d’ensemble des années d’agression barbare contre la population de Gaza et les Palestiniens sous occupation militaire. Pourtant, toute évaluation sérieuse de ce que j’ai dit montre clairement que ma remarque sur l’ingéniosité et la capacité militaires exceptionnelles du raid du Hamas sur les soldats israéliens de la division de Gaza n’applaudissait pas au meurtre ultérieur de civils israéliens lors d’un festival musical et dans leurs kibboutzim. Il convient également de noter que de nombreux officiers militaires en service dans la région figuraient sur les listes de renseignements du Hamas, d’une précision impressionnante, en vue d’un enlèvement. Dans une guerre juste contre l’oppression, les militaires en service sont des cibles militaires légitimes.

La première leçon de la guerre est de ne jamais sous-estimer son ennemi. Ce que je veux dire, c’est que dans leur arrogance raciste, l’État israélien et son armée n’ont pas compris la sophistication tactique de la résistance palestinienne. Il est totalement et délibérément ridicule de déformer ce point en le faisant passer pour de la "haine des Juifs".

Le Vietcong était reconnu pour sa compétence, tout comme le FLN en Algérie. Nombreux sont ceux qui, profondément opposés à la politique des talibans, ont néanmoins eu la maturité de reconnaître la technicité dont ils ont fait preuve lorsqu’ils ont récemment humilié les États-Unis. Une armée sensée et ses dirigeants politiques comprennent qu’ils doivent veiller à ne pas sous-estimer leur ennemi et, en cas de défaite, à en tirer les leçons au lieu de se laisser aveugler par l’arrogance et la rage.

Tout observateur objectif doit admettre que le Hamas est une force compétente, hautement disciplinée, stratégique et courageuse. Ces faits doivent être reconnus indépendamment de la politique personnelle de chacun.

Présenter à tort le raid du 7 octobre comme un massacre irrationnel, barbare et aveugle, c’est aussi se priver de toute possibilité d’appréhender les événements de manière rationnelle. Le raid avait un double objectif. Le premier était d’entreprendre une opération militaire contre les Forces de Défense d’Israël. Il s’agissait là d’un objectif militaire tout à fait légitime, conforme au droit international.

Le second objectif du raid était de capturer des militaires et des civils. Il est vrai que cibler des civils est une violation du droit international, mais il n’est guère surprenant que cette action ait été entreprise alors qu’Israël emprisonne des milliers de personnes sans procès, dont un grand nombre de civils et beaucoup de femmes et d’enfants. On ne peut légitimement accepter le droit d’Israël d’enlever et de détenir des civils tout en prétendant qu’il s’agit d’un acte barbare lorsque le Hamas fait de même.

La logique selon laquelle le Hamas prend des otages israéliens pour obtenir un échange contre (au minimum) les nombreux enfants et femmes parmi les 6 000 Palestiniens incarcérés et soumis à des conditions innommables, y compris la torture, n’est pas démoniaque. Les larges sourires et les congratulations échangés entre les femmes juives et les soldats du Hamas sont un élément frappant de l’échange de captifs actuellement en cours. Cela contraste fortement avec ce que les femmes et les adolescents palestiniens révèlent sur les menaces et les abus qu’ils reçoivent à leur sortie de prison. La haine arabe nue est aussi sinistre qu’effrontée.

Il convient de noter que les Forces de Défense d’Israël ont déjà modifié le nombre de personnes tuées au cours du raid, le ramenant de 1 400 à 1 200. Les mensonges concernant les 40 bébés décapités et les femmes violées ont été complètement démentis. Seul un bébé a été déclaré mort, malheureusement tué dans les tirs croisés. Ce que nous déplorons, bien sûr.

Il est de notoriété publique que le nombre de soldats et de policiers tués avoisine les 400. Il s’agit de cibles militaires légitimes en termes juridiques et moraux. Il reste donc 800 autres personnes tuées. Un grand nombre de ces personnes ont été tuées par des tirs croisés, dont beaucoup par des tirs israéliens. Les rapports indiquent que certains des soldats israéliens étaient mal entraînés et agissaient sous l’effet de la panique. Voilà pour l’invincibilité mythique des Forces de Défense d’Israël.

Certes, il existe des images de civils abattus par des assaillants. Mais ceux que l’on peut qualifier d’attaquants comprenaient des combattants du Hamas et du Jihad islamique, des membres d’autres groupements militaires et une foule aléatoire de civils qui les suivaient. Ce dernier point est important.

En tant que Sud-Africains, nous ne savons que trop bien comment, pendant notre lutte, un grand nombre de personnes se joignaient aux manifestations et se livraient parfois au pillage et à la destruction, voire au "collier". Les organisateurs de bonne foi n’avaient évidemment aucun contrôle sur la violence imprévue, pas plus que les spectateurs d’un match de football ne peuvent être tenus pour responsables des combats qui éclatent, du simple fait qu’ils se trouvaient sur les lieux.

Les civils qui ont perdu la vie lors du raid ont été tués par des combattants et des civils venus de Gaza et des Forces de Défense d’Israël. En outre, le Hamas ne se doutait pas qu’il y aurait une fête musicale en cours lorsqu’il s’est dirigé vers les villes et les villages du sud d’Israël. Des gardes armés étaient présents lors de cet événement, et leur présence pourrait bien avoir provoqué d’autres tirs croisés.

Il existe des preuves évidentes que des civils ont été tués par les Forces de Défense d’Israël. Il est établi que des hélicoptères des FDI sont arrivés au festival de musique avec des missiles et des obus. L’Electronic Intifada cite un journal israélien qui affirme que plusieurs hélicoptères "se sont vidés la panse" et sont rentrés à la base pour recharger. Un pilote des FDI estime qu’ils ont tué 120 personnes et détruit tous les véhicules.

Dans les colonies, les Forces de Défense d’Israël sont arrivées en fin de journée dans la confusion, les armes à la main, tirant sans discernement, sans se soucier des civils dans les maisons. Évidemment, des tirs croisés ont suivi et, compte tenu de la confusion, des Israéliens et des pillards palestiniens ont trouvé la mort. Une Israélienne, témoin de la scène, l’a expliqué à la télévision. Au départ, au moins un char d’assaut était impliqué et la destruction des bâtiments a été causée par des tirs d’obus aveugles, là encore sans tenir compte des personnes présentes dans les maisons. La destruction totale, y compris celle des corps réduits en cendres, a été causée par ce feu nourri, et non par des guérilleros légèrement armés.

Dans un tribunal, l’attribution des responsabilités devrait déterminer qui a tiré sur les civils, quels combattants de quels groupes de résistance et qui, parmi la foule aléatoire qui se déversait à travers la clôture, les gardes de sécurité et les Forces de Défense d’Israël. Une discussion rationnelle dans les médias doit respecter les mêmes principes d’objectivité et de rigueur.

La débâcle qui s’est ensuivie lors de la capture des prisonniers est une question distincte de l’opération militaire contre les FDI et la police israélienne. Quiconque comprend l’action militaire sait qu’il existe une évaluation éclairée. Que les Israéliens et les sionistes comme Wendy Kahn le veuillent ou non, cette opération entrera dans l’histoire comme un exploit militaire grandiose. Je répète que c’est ce que j’ai salué en tant qu’étudiant de la guérilla.

Nous devons nous demander pourquoi les médias occidentaux, leurs mandataires locaux et les sionistes locaux comme Wendy Kahn ne peuvent pas comprendre cela. La réponse est claire : le racisme ! Ils sont tout simplement dotés d’un cerveau qui ne supporte pas l’audace d’une bande d’Arabes surpassant tous les gentils Blancs.

Ce qui est arrivé aux civils est tragique, mais comme nous, Sud-Africains, le savons, on ne peut pas opprimer les gens pendant des décennies et ne pas penser que la marmite ne va pas déborder tôt ou tard. Lorsque la marmite se met à bouillir, rien ne garantit qu’elle le fera en douceur, à la satisfaction des oppresseurs. C’est une chose que toute personne mûre, et toute personne ayant une connaissance de base de l’histoire, comprendra. Les sionistes et les forces puissantes de l’Occident ont cherché à rendre perverse l’expression de faits empiriques et logiques de base, parce qu’ils partent du principe que les Untermenschen n’ont pas le même droit que les Blancs de résister à l’oppression.

L’idée que j’ai tenu un discours de haine et que j’ai appelé mon public à prendre les armes est aussi ridicule que paranoïaque. Je pense avoir parlé au nom de millions de Sud-Africains rationnels, des gens qui ne voient pas le monde à travers une lentille raciste. Les personnes qui croient en la justice pour tous et qui soutiennent le droit de chacun à résister à l’oppression ont applaudi le discours.

Comme le grand rabbin Warren Goldstein, Wendy Kahn parle de la montée en flèche de l’antisémitisme. Mais, bien entendu, aucune preuve factuelle n’est fournie pour étayer cette affirmation. Si elle veut être une commentatrice sérieuse, elle devrait être minutieuse dans son contrôle des faits. Elle devrait comprendre qu’il est de son devoir d’éduquer la communauté juive en expliquant la différence conceptuelle et éthique claire entre l’antisémitisme et la critique légitime de l’État israélien et du projet sioniste. L’honnêteté élémentaire exige qu’elle fasse cette distinction pour améliorer les relations entre cette communauté et l’ensemble des citoyens et éviter l’alarmisme.

Mais la fixation sioniste de Wendy Kahn et son mépris pour l’humanité des Palestiniens qui en découle font qu’elle ne nous offre que des sophismes. Il incombe au South African Jewish Board of Deputies et à la South African Zionist Federation de ne pas créer de divisions. L’allégeance à un État étranger meurtrier et oppressif, directement opposé, en principe et en pratique, à la substance et à l’esprit de la Charte des droits de l’Afrique du Sud, mérite une réflexion personnelle de la part de Wendy Kahn et d’autres membres de la communauté juive.

Il faut reconnaître que la position du mouvement Boycot, Désinvestissement, Sanctions et d’autres groupes de solidarité, y compris le parti au pouvoir et le gouvernement, est en accord avec les principes fondamentaux de la Constitution. Le soutien au sionisme et à l’État israélien est une violation directe de ces principes.

* Ronnie Kasrils est ancien vice-ministre sudafricain de la défense et ministre des services de renseignement.

URL de cet article 39172
  

Même Thème
Missions en conflit
Piero GLEIJESES
Cet ouvrage présente un récit haletant de la politique cubaine en Afrique de 1959 à 1976 et de son conflit croissant avec les États-Unis. L’auteur conduit le lecteur des premiers pas de Cuba pour aider les rebelles algériens combattant la France en 1961, à la guerre secrète entre La Havane et Washington au Zaïre en 1964-65 — où 100 Cubains menés par le Che Guevara ont affronté 1 000 mercenaires contrôlés par la CIA — et, finalement, à l’envoi héroïque de 30 000 Cubains en Angola en 1975-76, qui a stoppé (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le déficit de l’Etat était l’objet même de spéculations. A la fin de chaque année, nouveau déficit. Au bout de quatre ou cinq ans, nouvel emprunt. Or chaque emprunt fournissait à l’aristocratie une nouvelle occasion de rançonner l’Etat, qui, maintenu artificiellement au bord de la banqueroute, était obligé de traiter avec les banquiers dans des conditions toujours plus défavorables.

Karl Marx
La lutte des classes en France. 1850

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.